Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 12:49

Maria Esther Reus, ministre de la Justice à Cuba

Large soutien à Cuba au Conseil des droits de l'Homme


FAUSTO TRIANA (envoyé spécial)


GENEVE, 5 février.- Le rapport de Cuba devant le Conseil des droits de l'Homme

(CDH) a été suivi par de nombreuses interventions de divers pays saluant les

réussites obtenues par Cuba dans le domaine de l'éducation, de la santé, de la

solidarité internationale et pour la défense de sa souveraineté.

Il s'agissait de l'exercice de l'Examen périodique universel (EPU) du groupe de travail

de cet organe de l'ONU, qui a déjà examiné 54 pays depuis son installation.

Maria Esther Reus, ministre cubaine de la Justice était chargée de présenter le

rapport. Elle a expliqué que pour l'élaboration de ce rapport, la société civile ainsi que

plus de 200 organisations non gouvernementales (ONG) avaient été largement

consultées.

Elle a souligné que son pays accordait une grande importance à l'EPU, ajoutant que la

qualité essentielle du système politique cubain était sa capacité à se perfectionner

constamment en fonction des nouvelles exigences.

Il s'agit d'un projet authentiquement cubain, fondé sur une histoire de lutte pour

l'égalité et la solidarité entre les hommes et les femmes, l'indépendance, la

souveraineté, la non-discrimination et la justice sociale, a-t-elle précisé.

La ministre a conclu son exposé en insistant sur l'attachement de l'île, toujours

ouverte au dialogue, aux principes d'objectivité et d'impartialité qui doivent guider la

coopération internationale en matière de droits humains.

Les délégués sont intervenus ensuite. Une centaine de pays s'étaient inscrits pour

donner leur avis, mais pour des raisons de temps, seulement 60 pays ont pu

intervenir. 51 parmi eux se sont exprimés de façon constructive, et la majorité avec

admiration. Les neuf autres ont répété les mêmes discours dictés par l'empire dont ils

sont les alliés.

L'intervention de l'ambassadeur du Sri Lanka a rompu avec le style diplomatique

guindé de l'EPU. Il n'a pas tari d'éloges sur Cuba, qu'il a qualifié de pays à l'avantgarde

de la collaboration avec le tiers monde.

Il a mentionné les avancées des droits de la femme, le soutien de l'île à la lutte contre

l'apartheid, les missions médicales et d'alphabétisation, l'assistance pour faire face

aux conséquences du tsunami au Sri lanka et au tremblement de terre au Pakistan,

entres autres.

Il a conclu par un Hasta la victoria siempre, salué par une ovation nourrie dans le

Palais des Nations de Genève.

Des phrases ont résonné dans la salle telles que : impressionnants résultats, meilleure

démonstration de l'expression populaire de la démocratie, engagement sincère avec

la solidarité internationale malgré le blocus des Etats-Unis et une Révolution qui a

rendu la dignité à son peuple.

A ce propos, le vice-ministre des Relations extérieures de Cuba, Bruno Rodriguez

Parilla, a signalé l'atmosphère favorable et respectueuse qui a prévalu durant

l'exercice, contrairement aux anciennes pratiques de manipulation et de double

morale.

Au cours des trois heures de délibérations, les intervenants de l'Afrique du Sud, du

Venezuela, de la Bolivie, du Nicaragua, des Philippines, de l'Equateur, du Mexique, de

la Jordanie, du Pakistan, de l'Algérie, de la Chine, de la Russie, de Trinidad et Tobago

et de la Jamaïque ont pu prendre la parole.

Pour compléter certains aspects du rapport, d'autres membres de la délégation

cubaine ont abordé les thèmes du système judiciaire, parlementaire, du travail, de la

sécurité sociale, de l'informatique et des communications. (PL)

(source « Granma International » édition en français, 10 février 2009)

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article

commentaires