Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 00:33


Auteur : Luigino BRACCI ROA

Après avoir comparé la conduite interventionniste usaméricaine et l'aide apportée par Cuba à l'éradication de l'analphabétisme en Amérique latine, il a lu des passages de la Déclaration du Sommet de l'ALBA dans laquelle la Bolivie, Cuba, la Dominique, le Honduras et le Venezuela dénoncent le caractère « insuffisant et inacceptable »  du projet de Déclaration du Vème Sommet des Amériques.

ortega_obama_sourdDaniel Ortega, le président du Nicaragua, a affirmé éprouver honte et gêne au Sommet des Amériques, du fait qu'un pays comme Cuba, qui a collaboré avec ses voisins pour éradiquer l'analphabétisme et la pauvreté, est exclu de ce Sommet, contrairement aux USA, qui sont un pays qui a dirigé la guerre contre le Nicaragua et d'autres pays d'Amérique centrale pendant les années quatre-vingt et quatre-dix, qui a été l'acteur principal de l'invasion à Playa Girón (1) et impliqué dans le coup d'État au Venezuela en 2002.

C'est ainsi qu'il s'est exprimé au cours de son allocution au Sommet des Amériques, qui se déroule ce vendredi soir à Trinité-et-Tobago. C'est le second discours, qui rejoint celui de la précédente oratrice, [la présidente de l'Argentine] - Cristina Fernández de Kirchner - pour réclamer la fin du blocus contre Cuba.

Le Cas USA

Ortega a expliqué qu'il a eu l'occasion de rencontrer trois présidents usaméricains par le passé, Obama étant le quatrième. Il avait demandé à Ronald Reagan qu'il arrête la guerre que les USA avaient impulsé contre son pays durant les années quatre-vingt.

Puis, ce fut le président Jimmy Carter qui dit à Ortega que, la dictature des Somoza étant terminée, « il était l'heure que le Nicaragua change ». Ortega répondit à Carter : « Le Nicaragua n'a pas besoin de changer. Le Nicaragua n'a jamais envahi les USA, il n'a pas miné les ports des USA, il n'a pas lancé une seule pierre contre la nation US et n'a pas imposé de gouvernements sur son territoire. Par conséquent, c'est vous qui devez changer, pas le Nicaragua ! ». Ensuite Ortega avait rencontré George H. Bush père.

Ortega a rappelé que le Nicaragua a présenté, pendant le gouvernement de Reagan, une requête contre les USA devant la Cour Internationale de Justice. La Cour avait rendu une sentence en indiquant que les USA devaient arrêter toutes ses actions militaires, ainsi que le minage des ports et le financement de la guerre. « Ils devaient indiquer les lieux précis où ils avaient placé des mines, mais ils avaient refusé de donner cette information. De plus, elle leur ordonnait d'indemniser le Nicaragua pour les dommages causés par le blocus économique et commercial ».

« Jusqu'à aujourd'hui, cette sentence n'a pas été respectée par les dirigeants nord-américains. Nous avons l'espoir qu'un jour nous pourrons aborder ce sujet avec des dirigeants nord-américains qui soient véritablement respectueux du droit international et des peuples ».

Le Cas Cuba

discours_ortegaAprès avoir parlé des agressions US contre l'Amérique centrale, Ortega a expliqué que, bien que la guerre contre le Nicaragua soit terminée, la pauvreté, la misère, le chômage et les inégalités persistent dans nos peuples. Cuba, Fidel Castro et Raúl ont inconditionnellement aidé à alphabétiser leurs peuples, et maintenant avec la coopération également du Venezuela et de Hugo Chávez.

Ortega a rappelé que lors de sa première prise de fonction, l'analphabétisme dépassait 60%, mais lorsqu'en 1990 il a quitté le pouvoir, il était descendu à 12%. En le reprenant en 2007, il a trouvé de nouveau un taux d'analphabétisme de 35%, il accusait de cet état de cause, la privatisation de la santé et de l'éducation et les autres aspects de la politique néolibérale appliquées au Nicaragua.

« Cuba a offert à nos peuples sa solidarité sans condition, et c'est pour cela qu'il est sanctionné. Qu'il est puni. Qu'il est exclu. Et c'est pourquoi je me sens mal à l'aise dans ce sommet, je ne peux pas être à l'aise dans ce sommet. Je ressens de la honte dans ce sommet », a dit Ortega. Porto Rico est un autre pays qui n'est pas présent au sommet. « Il est toujours soumis à une politique colonialiste ».

« Je refuse de l'appeler sommet des Amériques », a dit Ortega.

L'ingérence usaméricaine ne peut pas être considérée comme "de l'histoire"

Ortega a aussi rappelé d'autres ingérences usaméricaines, comme celle de la Playa Girón à Cuba, quand les forces usaméricaines se sont impliquées dans une tentative d'invasion de l'île. Ortega a souligné qu'Obama, qui était âgé alors de 3 mois et demi, n'a évidemment pas de responsabilité en ce qui concerne Playa Girón, mais que de toutes manières ces faits ne peuvent pas être considérés comme une simple histoire d'un passé lointain. Il a rappelé que le 11 avril 2002, les USA ont été liés à la tentative de renverser et d'assassiner Hugo Chávez, et que par le biais de leurs porte-paroles ils ont reconnu et ont donné raison aux auteurs du coup d'État. « Nous avons donc raison de dire que ceci n'est pas l'histoire, quand ces faits se sont produits contre l'institution d'un peuple et d'une nation il y a 7 ans à peine ».

Il a expliqué que le sous-développement et la pauvreté que vivent les peuples d'Amérique centrale, sont les causes de l'émigration, « et la seule manière de contenir ce flux d'immigrants vers les USA ne se fait pas en érigeant des murs ni en renforçant la surveillance militaire, ou en développant des surveillances conjointes ou une politique répressives La seule manière de freiner l'émigration vers les USA est d'apporter des fonds sans condition politique ni les conditions imposées par le FMI aux pays d'Amérique centrale ».

Nous voulons des changements, mais il faut discuter desquels

Il a rappelé que « nous voulons tous un changement », en se référant à la phrase qui a rendu célèbre Barack Obama au cours de sa campagne présidentielle. Mais il a souligné que le Nicaragua, avec Haïti, la Bolivie, le Honduras et d'autres pays, font partie des pays les plus pauvres de l'hémisphère, et cela bien « qu'ils aient respecté au pied de la lettre la prescription néolibérale, qu'ils ont appliqué durant 16 ans, de 1990 à 2007 ».

« Nous voulons des changements, mais sur quels types de changements devons-nous nous mettre d'accord ? Des changements pour maintenir le statu quo, ou pour sauver un modèle qui a démontré son succès pour concentrer des richesses, développer la pauvreté et multiplier la misère ? Il s'agit d'un problème d'ordre éthique et moral ».

Il a indiqué que cette année le Nicaragua souffre d'une chute de sa croissance économique d'environ 1,5%, alors que l'an passé sa croissance avait augmenté de 3% et même de 4%. « La région exige aujourd'hui plus que jamais des ressources pour le développement, pour pouvoir récupérer les indices de croissance établis », a t-il indiqué.

Il a également critiqué le G 20. « Ce n'est ni éthique ni moral que le G20 soit celui qui prenne les grandes décisions de nos peuples. Il est l'heure que se soit le G192, c'est-à-dire, tous. Tous pour discuter, débattre, apporter des solutions à la crise. Rien de mieux qu'avec les pays d'Amérique centrale ».

Refus du projet de Déclaration Finale

Il a lu également une partie de la déclaration du Sommet de l'ALBA, dans laquelle la Bolivie, Cuba, la Dominique, le Honduras, le Nicaragua et le Venezuela déclarent que le projet de Déclaration du Vème Sommet des Amériques est « insuffisant et inacceptable » du fait « qu'il ne donne pas de réponse au sujet de la crise économique mondiale » et « qu'il exclut Cuba sans justification, sans mentionner le consensus général existant dans la région qui condamne le blocus et les tentatives d'isolement ».

Le capitalisme est en train de faire disparaître l'humanité et la planète. Ce que nous vivons est une crise économique mondiale systémique et structurelle et non pas une crise cyclique de plus. Le capitalisme a provoqué la crise écologique en soumettant les conditions nécessaires à la vie sur la planète à la prédominance du marché et du profit.

La crise économique mondiale, la crise climatique, alimentaire, énergétique sont le produit de la décadence du capitalisme qui menace de mettre un terme à l'existence même de la vie et de la planète. Pour éviter ce dénouement il est nécessaire de développer un modèle alternatif au système capitaliste. Un système de :

- Solidarité et de complémentarité et non de concurrence.

- Un système en harmonie avec notre Terre Mère et non celui de pillage des ressources naturelles.

- Un système de diversité culturelle et non d'anéantissement de cultures et d'imposition de valeurs culturelles et de styles de vie étrangers aux réalités de nos pays.

- Un système de paix basé sur la justice sociale et non sur des politiques et des guerres impérialistes.

- Pour simplifier, un système qui rétablisse la condition humaine de nos sociétés et de nos peuples et qui ne les réduise pas à de simples consommateurs ou marchandises.

Nous voulons un monde où tous les pays, grands et petits, aient les mêmes droits et où il n'existe pas d'empire. Nous plaidons pour la non-intervention. Nous devons renforcer, comme unique voie légitime pour la discussion et l'analyse des agendas bilatéraux et multilatéraux du Continent, la base du respect mutuel entre les États et les gouvernements, sous le principe de la non-ingérence d'un État sur un autre, de l'inviolabilité de la souveraineté et de l'autodétermination des peuples.

Au sujet du blocus des USA contre Cuba et l'exclusion de ce pays du Sommet des Amériques, les pays de l'Alternative Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique réitérons la Déclaration adoptée le 16 décembre 2008 dernier, par tous les pays d'Amérique latine et des Caraïbes insistant sur la nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé par le gouvernement des USA contre Cuba, y compris l'application de la loi Helms-Burton.

Nous sommes fermement convaincus que le changement, que tout le monde espère, ne peut venir que de l'organisation, de la mobilisation et de l'unité de nos peuples ».

Et il a conclu en indiquant : « Le modèle actuel de développement n'est plus possible ni durable. Continuer sur le modèle actuel de développement c'est continuer à creuser la tombe dans laquelle nous irons tous. La seule façon de nous sauver tous est de changer le modèle, pour des raisons d'éthique, de morale et de valeurs ».

(1) Playa Girón : Petite plage située dans la baie des Cochons (Bahía de Cochinos) sur la côte méridionale de l'île de Cuba, dans une zone marécageuse de la province de Matanzas, à l'ouest de la ville de Cienfuegos.
L'endroit est devenu célèbre à la suite d'une péripétie des relations internationales, connue sous le nom de débarquement de la Baie des Cochons le 15 avril 1961, pendant laquelle les opposants à la révolution cubaine débarquèrent avec l'aide et le matériel de la CIA pour reprendre l'île de Cuba aux castristes.
Le terme en réalité ne se réfère pas à des cochons, mais à une sorte de poisson également appelé cochino en espagnol cubain. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Baie_des_Cochons

Traduction : Esteban

Révision : Fausto Giudice

***************
Source :
Ortega avergonzado por la ausencia de Cuba en Cumbre de las Américas
Article original publié le 17/4/2009
sur l'auteur
Esteban G. et Fausto Giudice rédacteur du blog Basta ! Journal de marche zapatiste sont tous deux membres de Tlaxcala.
URL de cet article sur Tlaxcala : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=7470&lg=fr

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Amérique Latine
commenter cet article

commentaires