Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 08:46

hacking.jpg

Non, je ne parlerai pas de Haïti ni du retour, organisé très certainement en haut lieu, du sanguinaire Baby Doc, cet événement a été largement médiatisé et on n’en connaît pas encore tous les dessous. Je ne vous parlerai pas non plus du juge Bastarache et de sa commission à six millions, on le savait tous que les dés étaient pipés et que son patron, Jean Charrette, en sortirait encore plus blanc que neige.

Il y a quelques semaines, j’avais lu une nouvelle sur Internet qui n’avait jamais par la suite été relayée par les grands médias. Il s’agissait d’un autre épisode de la guerre cybernétique que livrent les Etats-Unis et ses alliés contre ce qu’ils appellent les «États voyous», même si nous vivons plutôt une époque de «paix froide». On y parlait d’un virus informatique appelé Stuxnet, qui avait attaqué la centrale d’enrichissement d’uranium de Bushehr, en Iran.

Ce virus a réussi à ralentir le fonctionnement des opérations de la centrale dans le but évident de saboter le programme nucléaire que l’Iran développe à des fins pacifiques. Sutxnet n’a pas été introduit par un quelconque crac informatique et les spécialistes admettaient qu’il n’avait pu être fabriqué que par les services d’intelligence d’un ou de plusieurs pays possédant une technologie hautement sophistiquée. Nous savons tous que le développement de l’énergie nucléaire en Iran n’a pas reçu l’aval de Washington et de ses proches alliés, car, selon eux, l’Iran posséderait ensuite les capacités pour développer son propre arsenal nucléaire.

Cuba avait déjà été attaquée par un tel virus, en juillet 2010, et plusieurs réseaux internes avaient ainsi été infestés. D’ailleurs, dans les documents dévoilés récemment par WikiLeaks, on apprend que le Département d’État étasunien a demandé qu’une surveillance particulière soit accordée aux réseaux de télécommunication par câble sous-marin de 25 pays. C’est la voie royale d’entrée pour tout cheval de Troie digne de ce nom.

Fidel Castro avait raconté, en septembre 2007, comment, à l’époque de la guerre froide, l’URSS avait été attaquée par un virus informatique sournois provenant des Etats-Unis. Le gouvernement soviétique avait acheté un stock d’ordinateurs pour gérer un ambitieux projet d’oléoduc, qui devait assurer la prospérité l’Union soviétique. Lorsqu’ils voulurent par la suite acheter les logiciels aux Etats-Unis pour faire fonctionner ces ordinateurs, ils en furent empêchés. Le KGB envoya alors des agents au Canada pour s’en procurer en douce auprès d’un autre fournisseur. Les services secrets américains avaient été prévenus de la manœuvre grâce à Vladimir Vetrov, un agent du KGB qui avait retourné sa veste et livrait des informations aux services secrets de la DST française (le «Dossier Farewell»). Le gouvernement étasunien autorisa, cette fois-ci, la transaction mais on trafiqua préalablement les logiciels en y introduisant un virus à retardement indétectable.

Quelque temps plus tard, les ordinateurs, avec les logiciels infectés, furent mis en service, pour le plus grand bonheur des Soviétiques… et des Américains. Tout fonctionna parfaitement pendant un certain temps. Jusqu’au moment où des commandes erronées, produites par les logiciels infectés, firent exploser turbines et valves et vinrent à bout du gazoduc, produisant un incendie presque aussi spectaculaire qu’une explosion nucléaire. Les satellites observèrent, du haut des airs, cet étrange phénomène mais aucune radioactivité nucléaire ne fut détectée. Le Pentagone savait, lui, qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Heureusement, il n’y eut à déplorer aucune perte humaine.

Le gazoduc transsibérien, qui devait acheminer la gaz naturel de Sibérie jusqu’aux portes de l’Europe, venait d’être saboté, ce qui retarderait de plusieurs années la mise en œuvre de cet audacieux projet de développement qui devait enfin apporter la prospérité au gouvernement communiste. Ce fut une étape importante dans la guerre économique que livrait les Etats-Unis à l’URSS. Ces événements se passaient en 1984, cinq ans avant la chute du mur de Berlin…

Pour revenir à l’Iran, c’est le New York Times qui a finalement confirmé, il y a quelques jours, que le virus Stuxnet avait réussi à infecter le programme nucléaire iranien et à retarder de quelques années la possibilité de production d’un engin nucléaire. Ce virus, le même qui a été utilisé contre Cuba et qui sévit ailleurs dans le monde, est fabriqué en Israël, nous apprend le New York Times, à la centrale nucléaire de Dimona, dans le désert du Négev, avec la collaboration des États-Unis.

L'article du New York Times.

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans L'Empire
commenter cet article

commentaires