Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 08:04

rene-preval-haiti-terremoto-pres.jpg

• Le président René Préval signe un accord de coopération sanitaire avec le Brésil et Cuba

complot-2-29marzo.jpgLeticia Martinez Hernandez / Juvenal Balan (photo), Envoyés spéciaux Granma

Port-au-Prince, Haïti.- Ce samedi était placé sous le signe du bonheur, même si bien peu de Haïtiens ont pu s’en rendre compte. Mais un pays où la mortalité infantile dépasse les 80 pour mille, où l’espérance de vie n’atteint pas 60 ans et où des dizaines de milliers de personnes meurent de maladies telles que la tuberculose, la malaria, la dengue… ce pays ne pouvait vivre meilleure journée que celle où des dirigeants du plus haut niveau se sont mis d’accord sur un programme de santé et la création d’un réseau de surveillance épidémiologique.

La signature du mémorandum d’entente entre les gouvernements de Cuba, du Brésil et de Haïti parle bien haut de cette solidarité qui se prolonge dans le temps et qu’aucune secousse, même sismique, ne saurait ébranler. Selon l’Organisation panaméricaine de la santé, Haïti compte deux médecins et moins d’un infirmier pour dix mille habitants. Toujours selon l’OPS, près de 80% des équipements des institutions publiques de santé sont défectueux ou hors d’usage. Cuba et le Brésil sont donc convenus de venir à la rescousse de ce système de santé défaillant, grâce à ce que le président haïtien René Préval a appelé un « complot de solidarité ».

Depuis quelque temps, le transfert de médecins, infirmières, physiothérapeutes, ainsi que de matériel médical à destination de zones d’accès difficile est le pain quotidien de la brigade médicale cubaine en Haïti. Ses membres l’ont compris dès leur arrivée, quelques heures après le formidable séisme : l’aide requise en Haïti s’inscrivait dans le long terme. Aujourd’hui, les habitants de Port Salut ou de Lasil écarquillent les yeux devant des camions qu bringuebalent dans leurs rues, chargés d’équipements comme on n’en avait jamais vu dans ces parages. Et puis, un matin pas comme les autres, un hélicoptère a atterri à Corail pour y laisser des médecins latino-américains et cubains venus sauver ses habitants de l’oubli et d’une mort précoce.

C’est ainsi que l’idée du commandant en chef Fidel Castro –restructurer totalement de système haïtien de santé publique— prend corps progressivement, et cette fois avec l’aide inestimable du Brésil, un pays qui, de l’avis de José Gomes Temporao, ministre de la Santé, partage avec Cuba les mêmes principes, la même philosophie. Parmi les hôpitaux qui ferment pour mieux renaître, figure celui de La Croix des Bouquets, le plus important des hôpitaux de campagne montés par la brigade médicale cubaine et qui traite tous les jours plus de 700 Haïtiens. L’hôpital va donc quitter le jardin où les tentes sont demeurées pendant plus de deux mois et gagner avec sa troupe les bâtiments d’une institution de santé à l’abandon.

C’est en ce lieu sur lequel ondoient tous les jours les drapeaux de Cuba et de Haïti que le ministre cubain de la Santé publique, José Ramon Balaguer, a dit à plus de trois cents membres du contingent cubain Henry Reeve q’ils étaient la fierté de la patrie. Haïti peut compter sur eux : ils vont semer la santé et envahir jusqu’au dernier village, avec leur équipement et leur bonne volonté. Ce samedi, les médecins cubains et latino-américains ont entonné ensemble une célèbre chanson de Pablito Milanés dont le texte dit à peu près ; « J’aime cette île, je suis des Caraïbes » : leur engagement a pris la forme d’une chanson.

Partager cet article

Repost0

commentaires