Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 09:11

LOGO VI CONGRESO DEL PCC

Ángel Guerra Cabrera

Traduit par Gérard Jugant

Edité par Michèle Mialane  -  Fausto Giudice

Le débat national  organisé à Cuba du 1er décembre 2010 au 28 février 2011 constitue le véritable lancement du VIe congrès du Parti Communiste de Cuba (PCC), continuation d’un Parlement ouvrier, paysan, étudiant et populaire auquel la révolution a fait appel de nombreuses fois depuis son arrivée au pouvoir.

Le document soumis à la discussion publique est le Projet de Grandes Lignes de la politique économique et sociale (Proyecto de Lineamientos de la politica economica y social), élaboré par la Commission de Politique Économique du Congrès, dont il  constituera le sujet principal, et le but du débat lancé avec les citoyens est d’assurer que le document définitif qui sera soumis à l’organe suprême du parti, lors du congrès d’ avril 2011, sera fondé sur leurs propositions. Le projet a été mis il y a quelques jours à la disposition de la population  tandis que le Parti tenait un séminaire national pour préparer les cadres et spécialistes provinciaux qui auront la responsabilité d’organiser le débat dans les provinces. Dans l’une de ses interventions au séminaire, qui a duré quatre jours, le deuxième secrétaire du PCC, Raúl Castro, a précisé qu’il ne s’agit pas de convaincre les gens de la pertinence du projet mais d’exposer les problèmes et de recueillir méticuleusement les opinions parce que dans ce processus celui qui va décider est le peuple (souligné par l’auteur). Auparavant il avait déclaré que la diversité est fondamentale et que la vie s’enrichit des divergences ; ce doit être une maxime au sein du parti, il le rappelle fréquemment. C’est pourquoi il est fondamental pour le succès du Congrès que la participation au débat soit massive et il a précisé que les idées de Fidel se retrouvent dans chacune des grandes lignes proposées.

Quel meilleur exemple de démocratie directe et participative, réellement socialiste peut-on trouver ?
Les deux principaux chefs de l’unique révolution qui a lutté pour l’idéal et les réalisations socialistes durant plus de 50 ans, face à l'offensive implacable de l’impérialisme yankee, soumettent au scrutin populaire les propositions du parti, à l’élaboration desquelles ils ont pris part personnellement. Une lecture soigneuse du document nous place face à la nécessité d’une  rénovation inéluctable et radicale du système de direction de l’économie, des mécanismes de redistribution sociale et des critères d’emploi de la force de travail, mais sans céder d’un iota sur la propriété sociale des moyens fondamentaux de production ni sur la souveraineté nationale sur les ressources économiques et naturelles. Simplement, désormais, une part importante de la propriété sociale ne sera pas étatique mais coopérative, dans l’agriculture, les services et autres activités, et aussi bien  les coopératives que les entreprises publiques et les municipalités disposeront désormais de prérogatives, compétences et moyens plus importants, qui renforceront extraordinairement la démocratie participative, la fonction de l’État dans la planification socialiste et les armes pour lutter contre le bureaucratisme.

En même temps, un secteur privé émergeant, dûment régulé, sera désormais chargé des tâches que l’État ne pourrait jamais satisfaire. 

Les dirigeants cubains évitent le terme de “réformes” et préfèrent celui d’ “aggiornamento du modèle économique”,  étant donné qu’il ne s’agit pas de changer le fond -le socialisme- mais de faire un grand bond en avant dans son perfectionnement, la réalisation de ses objectifs et dans le passage à une étape supérieure du développement économique, en procédant aux changements nécessaires, en rectifiant les erreurs et en modifiant les règles qui en leur temps ont pu être indispensables mais constituent maintenant des obstacles à  la construction  du socialisme. Il s’agit aussi d’élever la compétitivité et le niveau de vie du pays dans les conditions hostiles et imprévisibles liées à  la crise la plus catastrophique dans l’histoire du capitalisme, sans laisser personne sur le bord du chemin, les réseaux sociaux se chargeant de l’éviter.

L’actuel processus de discussion n’est pas nouveau et ses antécédents ont été décisifs pour arriver à la formation d’une base de consensus populaire telle qu’elle existe aujourd’hui.   Il s’est ouvert  avec le débat national sur le discours que Raúl a prononcé à Camagüey le 26 juillet 2007, et où il a exposé la nécessité d’introduire des changements structurels et conceptuels dans l’économie cubaine, et,  citant Fidel - “changer tout ce qui doit être changé” -, il a appelé à un débat public qui dure depuis trois ans,  impulsant  un nouveau cycle de démocratie de base, qui culminera précisément avec le VIème Congrès.

Merci à Tlaxcala
Source: http://www.jornada.unam.mx/2010/11/18/index.php?section=opinion&article=032a1mun
Date de parution de l'article original: 18/11/2010
URL de cette page: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=2847

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article

commentaires