Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 13:04

enfants cubains
Je vis, quelques mois par année, sur une île, Cuba, que les États-Unis, tels un tribunal suprême du monde entier, ont classée parmi les pays qui appuient et patronnent les attentats terroristes.

Tous les jours, je me rends au journal où je traduis en français des articles à caractère politique, puisque, ici, tout est politique: art et culture, sport, mode de vie, santé, éducation, production de biens de consommation et industriels, tourisme, commerce, restauration historique, diplomatie et relations internationales, statistiques, etc., tout reflète la lutte pour un monde meilleur, pour la construction d’une société socialiste, juste, égalitaire et solidaire, un peu comme les médias au Québec et au Canada tendent à démonter, directement ou indirectement, la suprématie du mode de vie capitaliste. C’est le combat de David contre Goliath, celui d’un petit pays sous-développé face aux géants et aux empires qui contrôlent plus ou moins ou de moins en moins, c’est selon, le monde.

Dans mon quartier, les enfants jouent et se chicanent dans la rue; ils s’échangent leurs jouets, se prêtent leur bicyclette, leur ballon ou leur fusil en plastique, ou ils improvisent une partie de baseball avec les moyens du bord, un bout de bois et une petite pierre; les mères, qui arrivent du travail, commentent les dernières rumeurs ou racontent à la voisine ce qu’elles ont trouvé au marché public ou l’avisent que les œufs ou le poulet ou le bœuf haché viennent d’arriver au petit magasin du coin où l’on se procure les denrées de base à prix subventionnés. Les hommes jouent au domino sur une table installée sur le bord de la rue ou ils jouent au mécanicien, penchés sur le moteur Lada installé dans leur vieille bagnole américaine des années cinquante; d’autres lisent le journal du jour tandis que d’un balcon à l’autre, comme se répondant, on entend des airs de salsa ou de reggaeton, des boléros romantiques et des cumbias décoiffantes , au milieu de sifflements d’oiseaux exotiques et des aboiements de chiens. Ça, c’est mon coin de Cuba que je connais le mieux et dont je ne saurais me passer, malgré l’inconfort, le bruit envahissant et l’empiètement sur ma vie privée.

J’habite quelques mois par année un pays qu’on dit abriter des terroristes et des repris de justice. Les quelques militants basques qui s’y trouvent encore le sont à titre d’exilés arrivés ici à la suite d’ententes avec les autorités concernées. Un peu comme les militants du FLQ, dont j’étais, l’ont été dans les années 1970, ce qui ne faisait pas de Cuba un abri pour terroristes puisqu’on nous avaient accueillis à Cuba, nous révolutionnaires québécois, pour des raisons humanitaires à la suite d’une entente négociée avec le gouvernement canadien.

J’habite quelques mois par année un petit pays de quelque 11 millions d’habitants, qui est victime du pire blocus économique, commercial et financier qui soit, imposé par la plus grande puissance au monde depuis 50 ans. Un pays qui, même s’il en arrache, affiche le taux de mortalité infantile le plus bas du continent latino-américain et voisin de celui du Canada. Un pays qui exporte ses plus grands succès, en santé, en éducation, en sports, en culture (littérature, cinéma, arts plastique, musique, danse classique, etc.), entre autres. Un peu comme le Québec est fier d’exporter son électricité, une ressource propre, ou son savoir-faire en avionnerie et en construction ferroviaire, ou ses fleurons culturels (Cirque du soleil ou Cirque Éloize, cinéma, littérature, théâtre, chanteurs, danse contemporaine, etc.).

J’habite aussi quelques mois par année un pays qui ne l’est pas encore tout au fait, le Québec, au sud duquel circulent librement des terroristes avoués qui ont perpétré de nombreux attentats contre des citoyens cubains ou des installations de ce pays, dont le plus cruel fut sans aucun doute l’explosion en plein vol, le 6 octobre 1976, d’un avion des lignes cubaines avec 73 passagers à son bord, qui ont tous péri. Ce pays me fait peur et je ne veux plus y mettre les pieds, même si j’admire la culture du peuple étasunien et plusieurs de ses réalisations.

Le gouvernement de ce grand pays qui abrite des terroristes, par son inaction, son laxisme, son laisser-faire ne fait que les encourager à commettre d’autres crimes contre un pays qui ne demande qu’à vivre en paix et à améliorer la situation de sa population comme celle des autres nations qui en arrachent, elles aussi, dont Haïti, où des équipes de médecins et d’alphabétiseurs cubains se relaient depuis des années, donc bien avant le terrible séisme qui vient de dévaster cette île exsangue.

Le gouvernement de ce grand pays dit démocratique a emprisonné pendant des années, sans mandat et sans procès, des gens simplement soupçonnés de terrorisme, il les a torturés dans des prisons secrètes, dont celle de la base de Guantanamo. Par contre, il a condamné à des peines de prison à perpétuité cinq Cubains dont le seul crime est d’avoir infiltré des groupes d’exilés cubains de Miami qui projetaient des actions terroristes contre Cuba. Ce gouvernement me fait peur, même si moi, je n’ai rien à me reprocher.

Dans quelques jours, je reviendrai chez moi, au Québec. Aurons-nous droit à une fouille à nu virtuelle à l’aide d’un scanner corporel ou va-t-on nous palper pour la simple raison que nous revenons de Cuba, un pays que les États-Unis veulent écraser parce qu’il donne le mauvais exemple tout autour de lui, le mauvais exemple de la liberté, de l’autonomie, de la solidarité et de la fierté, quatre vertus dont il faudra bien, nous aussi, au Québec, nous emparer si on veut devenir un vrai et beau pays.
Chronique de Jacques Lanctôt
Canoë Info

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article

commentaires

laure 16/01/2010 04:48


SYSTEME DE SANTE CUBAIN OBSOLETE...

Cuba: 26 morts dans un hôpital psychiatrique, enquête pour négligence

Vingt-six patients d'un hôpital psychiatrique de La Havane sont décédés cette semaine en raison d'une vague de froid et de la négligence du personnel, ont annoncé vendredi les autorités cubaines
qui ont ouvert une enquête pour traduire en justice les "principaux responsables".
Vingt-six patients d'un hôpital psychiatrique de La Havane sont décédés cette semaine en raison d'une vague de froid et de la négligence du personnel, ont annoncé vendredi les autorités cubaines
qui ont ouvert une enquête pour traduire en justice les "principaux responsables".

Les 26 décès survenus à l'Hôpital psychiatrique de La Havane sont "liés à la baisse des températures prolongée et à des facteurs de risques de patients" âgés ou souffrant de maladies chroniques,
selon un communiqué du ministère de la Santé lu à la télévision nationale.

Le ministère de la Santé a décidé de créer une commission d'enquête sur cette affaire alors qu'"ont été rapportées plusieurs déficiences concernant l'absence de mesures opportunes" pour venir en
aide aux patients.

"Les principaux responsables de ces faits seront traduits en justice", a indiqué la télévision sans donner plus de détails sur les faits.

La Commission cubaine des droits de l'Homme, par la voix de son chef Elizardo Sanchez, a affirmé à l'AFP que les décès s'étaient produits entre dimanche et mardi alors que les températures ont
baissé jusqu'à 4 degrés dans la nuit dans les environs de l'aéroport de La Havane, près duquel se trouve l'hôpital.

"Il s'agit d'un fait de négligence criminelle" et du "plus lourd bilan" de morts qui auraient pu être évités dans un hôpital cubain, a affirmé M. Sanchez qui s'est dit "préoccupé par les signes de
détérioration" du système de santé cubain.

Le président cubain Raul Castro se serait rendu vendredi à l'Hôpital psychiatrique de La Havane, selon des sources cubaines non confirmées.

Des médecins et infirmiers ont affirmé, sous couvert de l'anonymat, que des employés de l'hôpital volaient la nourriture de patients "affamés" pour la revendre sur le marché noir ou nourrir leur
famille.

L'éducation et la santé gratuites sont les emblèmes de la Révolution de 1959 même si ces dernières années, de l'aveu même des autorités, elles se sont détériorées en raison des difficultés
économiques liées à l'embargo américain et à des problèmes de gestion internes.

L'Hôpital psychiatrique de La Havane, le seul de la capitale qui compte "2.500 lits" selon les autorités, avait été le théâtre en novembre dernier d'un spectacle inusité, "Le Chevalier de Paris",
avec pour acteurs une centaine de ses patients sous la baguette du metteur en scène français Serge Sandor.


cuba si lorraine 16/01/2010 10:38


Obsolète...n'importe quoi, combien de pays au monde envie le système de Santé cubain !
Que dire du nôtre et de ce qu'il devient surtout !

Sans être fausse cette information a, comme d'habitude, été biaisée dans l'intérêt de diminuer l'aura du système de Santé cubain.


Dépêches toutes à sens unique ne parlant que de négligences, vols, marchés parallèles.


Ceci dit,  je ne dis pas que cela n'existe pas, mais toujours une information a sens unique, deux poids deux mesures, qui vise à diminuer l'impact positif du système de Santé cubain dans le
monde.


Lorsque Cuba a fait connaître qu'elle avait réussit à baisser la mortalité infantile à 4,8 pour 1000 en 2009, ces mêmes médias n'ont pas fait suivre l'information....bizarre....Cuba avec ce
chiffre se trouve à égalité avec le Royaume Uni sans avoir les mêmes moyens, Les Etats Unis déclarant eux une mortalité infantile de 6,8 pour mille, cherchez l'erreur...


Pour en revenir à l'information des 26 décès dans l'hôpital psychiatrique de la Havane, Hôpital de 2 500 lits, la nouvelle a été prise en compte au plus haut niveau de l'état, puisque le
président Raul Castro et le ministre de la Santé s'y sont rendus et demandent l'ouverture d'une enquête, ne négligeant aucune piste.


Cette enquête fera la part des choses entre les facteurs de risque propres aux patients souffrant de troubles psychiatriques, la détérioration biologique naturelle due au vieillissement, les
infections respiratoires qui pourrait être de type épidémique, les complications de maladies chroniques principalement cardio-vasculaires et cancer et les déficiences des professionnels
qui n'auraient pas agit de manière adéquat face aux problématiques relevées.


Rappelez vous en France en 2003 !


La canicule et le nombre élevé de décès, l'attitude de nos responsables politiques, dois je faire un dessin !









Daniel Gingras 15/01/2010 16:15


Mr Jacques Lanctôt je suis parfaitement d accord . En fin un Québecois qui pense comme moi ,!!! moi de même je passe deux a trois mois par année a Cuba , j ai découver tout comme vous un pays
formidable , à Cuba se trouve une solidaritée qui se trouve nulle part ailleur sur la planète , les gens sont heureux à Cuba et moi même quand je débarque à Cuba je ressent a l intérieur de moi un
grand soulagement car Cuba ma fais découvir que le bonheur se trouve là où la simplicitée règne. CUba a un système politique que le monde entier devrais copier ,

Bien a vous ,

opinion de Daniel Gingras (Montreal) québec