Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 07:58

banderas-cubanas-copie-2.jpg

RHC

L’empire et ses alliés se sont lancés dans une nouvelle croisade pour tenter de sataniser Cuba. Sa puissante machine politique et médiatique a mis en marche une opération colossale de mensonges dans le but de discréditer le processus révolutionnaire ; de déstabiliser le pays et créer les conditions pour la destruction de notre système social.

Dans cette campagne fébrile ils utilisent leurs mercenaires à leur guise. Pour obtenir des gains politiques honteux, ils les poussent à la mort, sans se soucier vraiment le moins du monde de ces êtres humains. Ils ne se sont jamais souciés ni de la mort de plus de 3000 Cubains dans des actes de terrorisme organisés et financés depuis les Etats-Unis ni du sort de plus de 2000 compatriotes mutilés par ces actes abominables. Ils ne se sont jamais souciés non plus des personnes qui ont trouvé la mort dans le détroit de Floride et qui se sont lancées dans des aventures dangereuses attirées par les chants de sirène de la Loi de Rajustement Cubain, une loi criminelle.

Ils invoquent cyniquement les droits humains qu’ils ont foulés aux pieds et continuent de fouler aux pieds aujourd’hui en toute impunité dans divers coins du monde. Ils accusent hypocritement la Révolution de la mort d’une personne, d’un prisonnier de droit commun qu’il ont travesti en prisonnier politique par œuvre et grâce des campagnes anti-cubaines et des énormes ressources et moyens qui y sont destinées, et qu’ils ont sacrifié afin qu’il serve de fer de lance dans le but de dénigrer la nation qui a déployé le plus d’efforts pour sauver des vies dans le monde en envoyant des dizaines de milliers de ses travailleurs dévoués de la santé collaborer avec plus d’une centaine de pays, dans les endroits les plus reculés ; afin de dénigrer la Révolution qui n’a pas hésité une seule seconde à mettre à la disposition ses médecins pour porter secours aux Étasuniens en Nouvelle Orléans et dans d’autres villes du Sud après le passage dévastateur de l’ouragan Katrina ; afin de dénigrer la Révolution qui permet de faire gratuitement des études supérieures à des jeunes qui n’auraient jamais pu se diplômer dans leurs pays, y compris à plusieurs jeunes des Etats-Unis ; afin de dénigrer la Révolution qui a mis à la disposition de la communauté internationale une méthode novatrice d’alphabétisation qui a permis à des millions de personnes dans plusieurs pays d’Amérique Latine et des Caraïbes, d’Europe, d’Afrique et d’Océanie d’accéder aux droits humains sacrés de l’éducation et de la connaissance.

La Révolution Cubaine a agi, de façon conséquente avec des principes éthiques, politiques et moraux suivant les enseignements de Fidel. Le respect de l’être humain est l’essence de notre système et il a été une des clés de l’appui populaire au processus révolutionnaire depuis les journées héroïques de la Sierra Maestra, où le droit des prisonniers ennemis à la vie a toujours été respecté.

Malgré la politique invariable d’hostilité et d’agression menée par l’Empire, qui va depuis l’invasion militaire, les attentats terroristes et les plans d’attentats contre Fidel et nos dirigeants, jusqu’à l’encouragement de la subversion et le blocus économique, financier et commercial génocidaire qui dure depuis 50 ans déjà, la Révolution n’a jamais assassiné, torturé ou fait disparaître un seul de ses ennemis.

Est-ce que les gouvernements des Etats-Unis et des pays européens qui crient à en perdre le souffle en critiquant Cuba et en la condamnant comme s’ils étaient des vierges vestales peuvent en dire autant ? Que peuvent-ils dire du million de morts en Irak et des dizaines de milliers de victimes qu’ont faites en Afghanistan les guerres illégales qui y sont menées ? Comment peuvent-ils expliquer les prisons secrètes et les tortures infligées aux présumés terroristes ? Sur quelle base légale reposent les assassinats sélectifs que les Etats-Unis ont commis contre leurs ennemis dans plusieurs partis du monde avec une force spéciale dirigée durant ces années par le même Général qui commande maintenant les troupes en Afghanistan ? Comment peuvent-ils justifier la mort, ces 5 dernières années, de plus d’une centaine d’immigrants qui étaient sous la surveillance du Service d’Immigration et de Contrôle des Douanes des Etats-Unis ? Quel droit de l’Homme respectent les rouées de coups contre les représentants des mouvements sociaux qui protestaient lors du Sommet du Climat à Copenhague ou contre les étudiants californiens qui exigeaient un budget plus important et la réduction du coût de l’éducation ? Qui supervise le traitement dégradant qui est donné aux immigrants dans les centaines de centres de détention disséminés en Europe ? Est-ce qu’ils ont été alarmés ; est-ce qu’ils ont dénoncé ou condamné ces violations scandaleuses des droits de l’Homme au sein du Congrès des Etats-Unis, du Parlement Européen et des partis de droite du Vieux Continent qui affichent aujourd’hui une si grande préoccupation pour Cuba ?

Ce qui les inquiète vraiment c’est la force morale de la Révolution, sa fidélité aux principes, son prestige croissant dans notre région où elle est devenue un acteur important d’impulsion du processus d’intégration ; ses actions intelligentes et sereines pour faire face aux dures conséquences de la crise économique internationale et du blocus, sa conviction du fait qu’il faut changer tout ce qui doit être changé pour conquérir pour notre peuple toute la justice comme Fidel et Raul nous l’ont demandé.

Pour tout cela l’Empire et ses alliés européens ourdissent des plans, coordonnent le travail de leurs services de renseignements, envoient leurs diplomates en poste à Cuba dans les rues pour faire le monitoring du travail de leurs salariés dans notre pays, destinent davantage des fonds à la subversion à Cuba. L’USAID à elle seule, a destiné 20 millions de dollars cette année pour payer les groupuscules contre révolutionnaires et financer la guerre médiatique contre Cuba.
Ils centrent leur campagne cynique sur un nouveau gréviste de la faim, dont les délits communs et les actes contre révolutionnaires ont été dénoncés par le quotidien Granma, le 8 mars dernier et qui reçoit une attention médicale spécialisée.
Ils mondialisent un show alors qu’ils ne disent pas un mot de sa cruauté et de ses antécédents criminels, ses agressions et menaces de mort à une femme médecin, la directrice de l’hôpital dans lequel il a travaillé ou la rouée de coups qu’il a donnée à un vieil homme qui a dû être opéré d’urgence pour lui enlever la rate à la suite des lésions reçues.
Ils accordent aussi des espaces aux dites Dames en Blanc qui se prêtent au jeu de l’ennemi et qui se nourrissent avec des dollars éclaboussés de sang cubain, qui leur sont envoyés entre autres par le terroriste Santiago Álvarez Fernández Magriñá, qui a tenté de faire sauter le cabaret "Tropicana" et qui est le « bienfaiteur » à Miami de Luis Posada Carriles. Rien d’étonnant donc que l’auteur de l’explosion en plein vol d’un avion de passagers de Cubana de Aviación et d’autres actes exécrables ait participé il y a quelques jours à Miami à un meeting d’appui à ces “dames", dont la seule sanction qu’elles ont reçue c’est le rejet énergique de notre peuple dans les rues.
Recevoir de l’argent d’une organisation terroriste est une félonie sévèrement punie aux États-Unis. Agir au service d’une puissance étrangère l’est égale ment. Les délits des dits « dissidents » n’ont rien à voir avec la liberté d’opinion, mais avec la collaboration mercenaire avec les plans de la super puissance contre notre nation.
Il y a des preuves que tous ont reçu, directement ou indirectement des fonds du gouvernement des États-Unis et de nombreuses fondations européennes qui collaborent avec la politique de guerre contre Cuba.
Qu’arriverait à ces “dissidents” s’ils se livraient, dans le pays de leurs maîtres, aux actions qu’ils réalisent à Cuba? Le code pénal des États-Unis prévoit une peine de 20 ans pour ceux qui prônent le renversement du gouvernement ou de l’ordre établi, 10 ans de prison pour ceux qui font de fausses déclarations dans le but de porter atteinte aux intérêts nationaux dans leurs relations avec d’autres pays et 3 ans pour ceux ayant une correspondance ou des relations avec un gouvernement étranger, dans le but d’avoir une influence dans sa conduite, en ce qui concerne un conflit ou une controverse avec les États-Unis ".
L’ennemi a recours à toutes les armes de pression. Il utilise le chantage politique et ordonne la destruction médiatique de ceux qui prétendent être solidaires avec Cuba. Il tente de faire taire toute voix s’opposant à ses diktats. Il oublie même la "Liberté d’expression" qu’il ne cesse de brandir, pour obliger Google à fermer le blog d’un intellectuel cubain qui a dénoncé à l’aide de preuves irréfutables, les véritables buts de la campagne contre notre patrie.
Rien ne nous surprend. Ce sont les mêmes méthodes perverses mises en pratique depuis 50 ans lorsque le Président Eisenhower a adopté le Plan d’actions cachées contre Cuba.
Comme l’a bien dit le camarade Raúl à la clôture du 9è Congrès de l’UJC
"Plus d’un demi siècle de combat permanent a appris notre peuple que l’hésitation est synonyme d’échec.
Nous ne céderons jamais au chantage d’aucun pays ou groupe de pays, si puissants qu’ils puissent être, et quoi qu’il arrive. Nous avons le droit de nous defender. Si vous prétendez nous assiéger, sachez que nous saurons nous retrancher, en tout premier lieu, derrière la vérité et les principes. Les exemples abondent dans notre histoire.
Nous lutterons avec nos idées, dans nos rues et sur toutes les tribunes internationales.
Le 1er Mai prochain, vous recevrez de notre peuple et de ses travailleurs, une réponse énergique et sans équivoque de leur appui à la Révolution.!
Nous défendrons la vérité avec notre morale et nos principes!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article

commentaires