Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 10:02

cuba-91722231536692572.jpg

source : People’s World

Traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société

« La vieille habitude de ne pas accomplir le plan et d’avoir un budget déséquilibré doit cesser », a dit le Président Cubain Raul Castro à l’Assemblée Nationale le 18 décembre. « Le plan et le budget sont sacrés »

Le socialisme cubain est en train de changer. Les observateurs étrangers de droite accueillent avec plaisir la perspective de la faillite d’un Etat socialiste. D’autres, à gauche, mettent en garde contre une prétendue accommodation au capitalisme. Mais pour beaucoup de ceux qui respectent le droit souverain des cubains à tracer leur propre chemin, les hypothèses, buts et méthodes en jeu sont d’un immense intérêt.

Des documents, rapports et interviews récemment publiés méritent d’être mentionnés. Divisée en 11 groupes, la Commission Economique du Parti Communiste Cubain a publié en novembre dernier son « Projet d’Orientation de la politique économique et sociale pour le Parti et la Révolution ». Ce résumé détaillé et complet des changements proposés a été préparé pour être étudié par toute la nation avant le Sixième Congrès du Parti Communiste Cubain, en avril 2011. Il est disponible ici.

La situation force la main aux cubains. Affectées par la crise économique mondiale, les recettes tirées des exportations et du tourisme sont au plus bas et les prix à l’importation, en particulier pour la nourriture, sont élevés. Les gaspillages intérieurs et la faible production agricole pèsent lourdement dans la balance. La dette extérieure est payée avec retard ou le sera. Le blocus économique étasunien augmente le prix de l’achat et du transport des biens étrangers vitaux. Les institutions internationales et les Banques, sous influence étasunienne, interfèrent avec le commerce et les emprunts cubains. Les ouragans de 2008 ont causé des dommages à hauteur de 10 milliards de dollars.

La Ministre des Finances, Lina Pedraza, a récemment lancé un appel pour « garantir le niveau de recettes suffisant pour soutenir les décisions en matière de dépenses sociales ». Elle a indiqué que les recettes des projets et entreprises publics n’ont couvert que 55% des dépenses inscrites au budget de l’Etat.

L’ajustement économique a commencé en 2007, avec des commissions censées faire des diagnostics et de nouveaux modèles de management. En 2008, le gouvernement a libéralisé la vente d’équipements individuels de communication et l’utilisation des installations touristiques par les cubains. Il a étendu les possibilités de vente directe d’aliments au consommateur et amorcé une réforme de l’utilisation des terres visant à cultiver les terrains inexploités.

En 2009, Cuba a modifié son budget, diminué ses importations, créé une agence comptable et supprimé certains services et certaines aides gratuits. L’année dernière, le gouvernement a assoupli les régulations appliquées à la construction et à la réparation des maisons et étendues les possibilités offertes pour créer son propre emploi imposable. Les municipalités ont commencé à intégrer les petites entreprises et coopératives dans les plans locaux de développement. Les promoteurs d’équipements touristiques ont obtenu des usufruits à long terme. Les paysans peuvent désormais acheter leurs outils par eux-mêmes. Les coopératives agricoles ont commencé à planifier la fabrication industrielle de produits agro-alimentaires. Le gouvernement a annoncé l’élimination de 500 000 emplois publics en six mois et autorisé 250 000 petites entreprises privées pouvant embaucher leurs propres employés.

Le projet se caractérise par l’attention au détail, l’établissement de priorités et l’effort de consensus. La précipitation et l’improvisation sont exclues. Avec le « Projet d’orientation de la politique économique et sociale » comme pierre angulaire, les discussions ont tourné autour des buts, des méthodes et de l’esprit d’un processus en développement. Sont au programme : les buts socialistes, la pression économiques présente et les priorités qu’elle impose, l’autonomie locale, la coopération internationale, la séparation des objectifs de long terme et de court terme, le développement durable. Ce programme comprend la fiscalité, les normes et standards, l’investissement intérieur et extérieur, la gestion de la dette et du crédit, les salaires, les prix, les coopératives, la substitution des importations, la production agricole, le tourisme et les questions liées à l’éducation. Un processus protéiforme de délibération et d’éducation populaire s’est étendu à toute l’île.

Les thèmes récurrents sont l’autocritique, la décentralisation, la détermination des priorités économiques, la redistribution des richesses par la fiscalité, l’insistance sur l’efficacité, les programmes pour l’emploi à son compte. S’adressant aux dirigeants de la confédération syndicale CTC, le Président Castro et le Ministre de l’Economie, Murillo, ont appelé les syndicalistes à jouer un rôle clé dans la mise en oeuvre des nouvelles politiques fiscales et à encourager l’efficacité du travail et de la production.

Une récente interview avec l’ancien haut fonctionnaire et économiste Joaquin Infante publiée par le journal cubain « Jeunesse Rebelle » (Juventud Rebelde) renseigne utilement sur l’arrière-plan du processus en cours. La traduction de l’australienne Marce Cameron est disponible sur Cuba Socialist Renewal [Renouveau Socialiste à Cuba, ndt], son nouveau blog, précieuse source d’information.

D’après Infante, « la gestion administrative de l’économie a une longue histoire », marquée par un « culte des plans pour la production matérielle, non pour […] l’équilibre financier. Nous nous sommes habitués […] à toujours couvrir les déficits et les défaillances que les résultats soient obtenus ou non ». Il a rappelé : «  les finances nous semblaient liées au capitalisme et cela a conduit à une centralisation extrême des décisions concernant le plan et l’économie. Avec cette rigidité et ce manque de flexibilité, les finances ne peuvent fonctionner. »

Les subventions appliquées à l’origine aux « produits vendus à la population » se sont étendues à « des milliers de produits et d’activités productives » a-t-il affirmé. Toutefois, « si vous subventionnez toute la production, personne ne connaît le coût de quoi que ce soit » a-t-il déclaré. « L’un des changements est que les pertes ne seront plus subventionnées. Ainsi, l’entreprise sera forcée d’être plus efficace. »

« Cela implique une décentralisation du pouvoir vers l’entreprise » a expliqué Infante. Actuellement, a-t-il dit, «  les recettes ne peuvent être conservées dans l’entreprise [….] et tout remonte ». Les opportunités de récompenser « la qualité et l’excellence du travail » manquent. « Avec une économie qui ne prospère pas, comment peut-on soutenir les programmes sociaux? » a-t-il demandé.

Interroger sur les critiques émanant de « théoriciens gauchistes qui croient voir la fin du socialisme à Cuba », Infante a répondu : « Parle-t-on de résoudre les problèmes concrets d’un pays? Je suis un théoricien pratique. Personne n’est parvenu à construire un socialisme idéal. Ici, nous faisons les choses à notre manière, pour plus de socialisme. Et qu’est-ce que le socialisme, sinon le fait d’offrir le bien-être au peuple et de redistribuer les ressources de la meilleure façon possible? »

Il a ajouté : « Quand vous mettez fin à la tutelle administrative, et que vous êtes guidés par les résultats économiques et financiers, vous acculez la bureaucratie. La priorité est de changer notre conception de l’économie, pour plus et mieux de socialisme. » Il a dit que le but est de « faire en sorte de prendre la main face au marché mais de [laisser] des espaces au marché »

Raul Castro, parlant à l’Assemblée Nationale, a répété sa déclaration antérieure : « Je n’ai pas été élu pour restaurer le capitalisme à Cuba ni pour mettre un terme à la Révolution. J’ai été élu pour défendre, maintenir et continuer à améliorer le socialisme, non pour le détruire ». Castro a insisté : «  L’Etat Socialiste ne laissera aucun citoyen sans secours et par le système de protection sociale, il fera que les gens incapables de travailler recevront la protection minimale requise. »

Le président Cubain a dit que les nouvelles orientations « indiquent la route vers un avenir socialiste, adapté aux conditions cubaines et non pas au capitalisme et au passé néo-colonial vaincus par la Révolution. La planification et non pas le libre marché sera le trait distinctif de l’économie […] la concentration de la propriété ne sera pas permise. »

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article

commentaires