Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 09:49

Capture-alba.JPG

Lire ou relire : Notre Amérique-par José Martí

Anniversaire de la naissance de José Julián Martí Pérez Apôtre de l'Indépendance de Cuba, né à La Havane le 28 janvier, 1853. La biographie de Martí est une des plus riche dans la gamme d'ombres.

 

Éramos… de Nuestra América

Texto: José Martí

Música y voz: Pablo Milanés (1974)

Éramos una visión, con el pecho de atleta,
Las manos de petimetre y la frente de niño,
Éramos una máscara, con los calzones de
Inglaterra, el chaleco parisién, el
Chaquetón de norteamérica y la montera de
España.
El indio mudo, nos daba vueltas
Alrededor, y se iba al monte, a la cumbre
Del monte, a bautizar a sus hijos.
El negro, oteado, cantaba en la noche
La música de su corazón, sólo y desconocido,
Entre las olas y las fieras.
El campesino, el creador, se revolvía,
Ciego de indignación, contra la
Ciudad desdeñosa, contra su criatura.

 

Nous étions un délire, fait d'un torse d'athlète
Des mains d'un petit chef, du front d'un enfant,
Nous étions une arlquinade, avec une culotte
D'Angleterre, un gilet parisien,
Une veste américaine et un couvre-chef
Espagnol.

L'Indigène sans parole, nous a inspecté
De partout, et s'en est allé à la montagne, au rassemblement
De la montagne, pour donner un nom à ses enfants.
L'homme de couleur, vigile, chantait dans la nuit
La musique de son coeur, seul et inconnu
Parmi les foules et les fauves.

Celui qui cultivait la terre, le créateur, s'est retourné,
Empli d'indignation, contre
La ville méprisante, contre sa créature.

Traduction : Alma

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article

commentaires