Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 10:01

 foto-1reducida-580x385.jpg

PLEINEMENT engagé dans sa bataille incessante pour informer le monde sur le danger d’une guerre nucléaire, et tenter de persuader le président Barack Obama de s’abstenir d’appuyer sur la gâchette, le commandant en chef Fidel Castro a rencontré le lundi 23 août des scientifiques cubains pour traiter de la question des armes nucléaires et des dangers d’une conflagration à grande échelle.

Pendant deux heures, le leader de la Révolution a échangé des vues et posé de nombreuses questions au Dr Tomas Gutierrez Pérez, directeur général de l’Institut de météorologie, à l’ingénieur José Fidel Santana Nuñez, président de l’Agence pour l’énergie nucléaire et les technologies de pointe du ministère des Sciences, des Technologies et de l’Environnement, au colonel José Luis Navarro Marrero, chef du Secrétariat des sciences et des technologies des Forces armées révolutionnaires, et au Dr Fidel Castro Diaz-Balart, conseiller scientifique du Conseil d’Etat.

Hiroshoma et Nagasaki, les bombes à uranium, à plutonium et à hydrogène, la capacité nucléaire militaire des grandes puissances, la portée radioactive de l’explosion d’une bombe suivant sa puissance, le naufrage du sous-marin nucléaire russe en 2000, l’hypothèse d’un «hiver nucléaire», entre autres, ont été au centre des débats.

Fidel a évoqué les journées de la Crise d’octobre 1962, le processus qui déboucha sur l’accord d’installation de missiles soviétiques à Cuba, le danger qui plana sur Cuba et sur le monde, les erreurs commises par Khrouchtchev et Kennedy. «Kennedy lui-même était horrifié de voir combien le monde avait été proche de la guerre», a signalé Fidel.

«Nous n’avions aucun intérêt à la présence de missiles chez nous, ni d’une base. Nous étions plus intéressés par l’image du pays. Une base soviétique ici dévalorisait l’image de la Révolution, sa capacité à influer dans notre région. Pourquoi avons-nous accepté?... C’était très dur pour nous, mais c’était une question d’internationalisme». Et il a rappelé la réunion avec la direction révolutionnaire, où il a déclaré que «si nous attendions du camp socialiste qu’il se sacrifie et se batte pour nous, nous devions être prêts à nous sacrifier pour eux».

Ce souvenir historique l’a amené à analyser les dangers du présent, dans un monde qui détient près de 25 000 ogives nucléaires: «N’est-ce pas une histoire de fous?, a-t-il demandé aux scientifiques. Sur cette petite planète il suffit d’une centaine de bombes pour provoquer un hiver nucléaire. Seuls des êtres insensés peuvent justifier ce genre de folie».

Et d’ajouter plus loin: «C’est comme si le monde en était à sa première guerre, comme si l’histoire humaine n’avait pas connu autre chose que la guerre. C’est comme si, depuis qu’il s’est armé d’un gourdin, l’homme n’avait fait que la guerre. Tous ces raisonnements sont erronés, c’est pourquoi je m’efforce de tenter de persuader les gens du danger. Il y a peu, qui savait que le danger de guerre existait? Qui a soulevé cette question? Qui contrôle tous ces médias dans le monde?

«A présent tout va dépendre d’un homme; non pas parce qu’il est puissant mais parce que c’est le seul à avoir la faculté d’appuyer sur la gâchette. S’il ne le fait pas, tout le monde lui en sera reconnaissant, y compris les millionnaires; même Israël lui en sera reconnaissant», a conclu le commandant en chef dans ses observations, convaincu que les scientifiques peuvent aussi beaucoup contribuer à cette bataille pour la prise de conscience sur les graves dangers qui planent sur l’humanité.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Fidel
commenter cet article

commentaires