Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 08:18


Avez-vous remarqué comment les soldats de l’empire américain semblaient tous fin prêts à réagir et à débarquer rapidement à Port-au-Prince, rappelant ainsi les opérations précédentes menées dans cette région, comme dans l’île de la Grenade (1983) et au Panama (1989)?

Il est évident qu’un tel plan d’invasion existait déjà sur la table de travail des généraux de la plus puissante armée au monde et le séisme leur a donné l’occasion de le mettre en pratique.

Les 100 millions de dollars promis pour venir en aide au peuple haïtien ont servi, en quelque sorte, à défrayer les coûts de leur intervention: 20 000 soldats armés jusqu’aux dents et quelques milliers d’agents spéciaux embauchés par des agences privées, 23 navires de guerre, 60 hélicoptères et 30 avions. La guerre a-t-elle été déclarée dans les Caraïbes?

Quoi qu’il en soit, les États-Unis semblent de plus en plus prendre le contrôle non seulement de l’aéroport mais de l’ensemble du territoire haïtien. Après avoir réussi à impressionner un grand nombre d’Haïtiens — certains les applaudissaient en brandissant de petits drapeaux étasuniens, d’autres s’enfuyaient en craignant le pire —, ils ont reçu la bénédiction du gouvernement de René Préval pour entreprendre, avec l’aide des forces de la MINUSTAH, l’évacuation de la capitale Port-au-Prince. Derrière des impératifs sécuritaires — il faut dégager la capitale à moitié détruite pour pouvoir reconstruire sur du solide —, se camouflent d’autres intérêts, autrement plus payants.

Pourquoi Haïti attire-t-elle tant aujourd’hui la convoitise des «amis» de ce petit pays, la France, le Canada et les États-Unis? Haïti est devenue, avec le temps, la plaque tournante du narcotrafic dans les Caraïbes. Le scénario est connu: des avionnettes partent de la Colombie et larguent près des côtes de l’île des sacs remplis de cocaïne et de marijuana, et cette drogue est ensuite recueillie et acheminée aux États-Unis. L’assassinat de l’ex-sergent d'état-major de la GRC, Mark Bourque, sur une route isolée près de Cité Soleil, alors qu’il participait à une mission humanitaire en Haïti, en 2005, après avoir été plus ou moins mis à la retraite parce qu’il en savait trop sur le blanchiment d’argent à Montréal, n’est pas un hasard. Cet incorruptible, que les grands patrons de la GRC avaient préféré éloigner, représentait une menace pour ceux qui dirigent, depuis les États-Unis, ce lucratif marché.

Deuxièmement, Haïti recèle d’immenses richesses naturelles qu’on a délibérément cachées à la population de ce pays mendiant, entre autres du pétrole et du gaz en grande quantité. On dit que Port-au-Prince repose sur un immense puits de pétrole. En déplaçant la population pour des raisons «humanitaires», on pourra ainsi entreprendre l’exploitation en douce de l’or noir, sans susciter de crise majeure. On dit aussi que l’île possède les plus grands gisements d’or au monde, de même que de l’uranium, du zirconium qu’on utilise pour les réacteurs nucléaires, et de l’iridium pour la fabrication de navettes spatiales, sans parler des mines de cuivre et de diamants. Mais oubliez l’acajou, il n’en reste plus, les Duvalier ont vidé les forêts de ce bois noble.

La situation chaotique ne peut donc que servir les intérêts étasuniens. Le moment est sans doute venu, pour les États-Unis, de se présenter en défenseur de la loi et l’ordre, mêlant intervention humanitaire et intervention militaire, pour mieux faire main basse sur toute cette richesse et transformer l’île en terrain de jeu, un peu comme l’était Cuba du temps de Batista. N’oublions pas qu’Haïti est située à seulement 30 minutes des côtes de la Floride et que des Gonaïves, on a une bonne vue des rives cubaines. En passant, c’est Aristide qui, en 1994, a renoué les relations diplomatiques avec Cuba. Les Américains n’ont pas apprécié le geste et on connaît la suite...

J’exagère sans doute, les États-Unis n’agiront pas aussi ouvertement, ils tenteront de camoufler leurs visées en trouvant mille et un subterfuges, comme ils l’ont déjà fait pour l’Irak, alors qu’on sait bien maintenant que c’est le pétrole irakien qui était visé derrière l’invasion de ce pays.

Vous allez trouver que j’ai une fixation sur Cuba, mais sachez tout de même qu’au cours des dernières années, les médecins cubains en Haïti ont effectué 13 millions de consultations médicales, 207 000 interventions chirurgicales, 107 000 accouchements et 5 millions de visites à domicile. Tout cela gratuitement, dans un pays où le système de santé est payant. Des chiffres qui devraient faire rougir de honte la plus grande puissance au monde.

 Canoë

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans L'Empire
commenter cet article

commentaires