Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 22:50

haiti.jpg

Le Président René Préval qui s’est rendu dans les zones affectées a demandé à la population de prendre toutes les mesures d’hygiène pour éviter la propagation de la bactérie.

Sans doute, le besoin urgent d’évacuer un grand nombre de personnes à l’approche de Tomas, pourrait favoriser sans doute la propagation du choléra, de même que les inondations provoquées par Tomas, qui ont obligé les habitants de plusieurs endroits à quitter leurs logements à toute allure.

Il est encore impossible de dresser un bilan complet des dégâts, mais il ne faut pas perdre du temps pour prendre les mesures de protection pour éviter un regain de la maladie qui a d’ores et déjà provoqué la mort de 440 personnes sur les plus de 6 000 qui ont été infectées en moins d’un mois.

L’ouragan est venu confirmer, si besoin était, les conditions très précaires dans lesquelles subsistent plus d’un million et demi d’Haïtiens qui ont perdu leurs biens lors du tremblement de terre et qui, 10 mois après, sont toujours logés dans des camps de tentes où le manque de conditions sanitaires favorise l’apparition de virus et maladies.

Le passage de Tomas sur Haïti doit être vu comme un appel d’alerte à la communauté internationale à ne pas oublier les engagements pris auprès d’Haïti, mais à accélérer les travaux de reconstruction du pays, un effort qui devrait non seulement effacer les effets du séisme, mais de la pauvreté historique.

Cependant, la bureaucratie, qui n’a pas le moindre sens humanitaire et solidaire, en reste le principal obstacle.

Un exemple de cela est survenu au Congrès des États-Unis, où juste avant le passage de Tomas sur Haïti, de nouvelles entraves ont été posées à la remise du milliard 150 millions de dollars, promis depuis le mois de mars.

Les membres du Congrès exigent, pour libérer les fonds, que le Département d’état démontre que cet argent ne sera ni volé ni détourné. Ils n’ont pas confiance peut-être en l’ex président William Clinton, qui est à la tête de la commission d’aide à ce pays dévasté ?
Il s’agit peut-être du préjugé raciste classique, en vertu duquel la corruption est inhérente à la pauvreté, ce qui, comme tout préjugé, est faux et hypocrite ?

La réalité est que cela fait 10 mois qu’un million et demi d’êtres humains vivent dans la rue et environ 8 mois que Mme Hillary Clinton a promis des fonds pour construire des logements et créer des emplois. Rien n’a été fait jusqu’à présent. L’attitude des congressistes étasuniens vis-à-vis d’Haïti contraste avec celle qu’ils ont assumée lorsque la crise financière mondiale a éclaté. Ils se sont empressés d’approuver les 75 milliards de dollars pour sauver les banques et les banquiers.

Pourquoi la France a-t-elle refusé de rendre à Haïti la “Dette de l’Indépendance” qu’elle lui avait imposé pour reconnaître son indépendance après le triomphe, en 1804, de la première rébellion d’esclaves de l’histoire?

Paris avait exigé à la république naissante, le paiement de 150 millions de francs or, 10 fois plus que les revenus annuels d’Haïti à l’époque et l’a obligé à payer des intérêts jusqu’en 1947. C’est l’une des raisons de la pauvreté qui règne dans le premier pays indépendant de l’Amérique Latine et des Caraïbes et qui est pourtant le plus arriéré.

Cette somme équivaut, actuellement, à 21 milliards 800 millions de dollars, ce qui serait suffisant pour favoriser le développement et en finir, une fois pour toutes, avec la misère en Haïti qui atteint des niveaux qui sont une véritable offense. Cette misère qui est à la base de tous les maux qui affectent ce pays frère.

L’arrogance du Congrès étasunien et l’attitude du gouvernement français viennent prouver, que les souffrances des pauvres intéressent peu les riches. Autrement dit, il s’agit d’une leçon sans équivoque de ce qu’est « la solidarité capitaliste ».

Source : RHC

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article

commentaires