Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 08:26

jimmy-carter-meets-cuban-president-raul-castro-300x168.jpg

James Carter, qui a été président des États-Unis entre 1977 et 1981, vient d’effectuer une seconde visite à Cuba au cours de laquelle il s’est arrêté sur les points les plus épineux des relations entre nos deux pays.

Il a également parlé des pas qui devraient être faits, particulièrement à Washington, pour entamer des liens normaux et pleins.

L’ex gouvernant a exprimé sa gratitude publiquement pour la possibilité d’établir ce contact avec le peuple et les autorités cubaines. Il a rappelé que durant son gouvernement il a fait tout son possible pour améliorer les relations diplomatiques.

Le leader historique de la Révolution cubaine, Fidel Castro, l’a reconnu récemment. Dans des réflexions publiées sous peu, Fidel Castro a qualifié James Carter du seul président étasunien ayant suffisamment de sérénité pour aborder les relations de son pays avec Cuba.

En effet, c’est sous l’administration Carter qu’un bureau des Intérêts des Etats-Unis a été ouvert à La Havane et que celui de Cuba a été ouvert à Washington.

Sous son mandat la possibilité a été donnée à des citoyens étasuniens de se rendre en visite dans notre pays.

Malheureusement les initiatives de ce gouvernement ont été entravées par les secteurs de droite, les plus réactionnaires dont les intérêts ne coïncident pas avec l’existence d’un pays libre, souverain et maître de sa destinée, à quelques kilomètres à peine de leur territoire.

Au cours de la conférence de presse qu’il a donnée au terme de son séjour, Carter a réitéré sa conviction que le blocus imposé depuis un demi siècle doit être levé.

Cette politique criminelle, rappelons-le, a entraîné des pertes multi millionnaires pour notre économie et elle a été un lest pour atteindre le niveau de développement que ses potentialités lui permettaient.

L’ex président étasunien a par ailleurs déclaré que toutes les restrictions imposées par le gouvernement de son pays aux voyages des Étasuniens à Cuba devraient être annulées. Il a assuré qu’il aimerait pouvoir venir pour un 3è voyage à Cuba accompagné de toute sa famille, formée de 36 membres.

Concernant les 5 antiterroristes cubains condamnés à des peines inusitées au terme d’un procès truqué à Miami, alors qu’ils n’ont fait que surveiller les organisations anti-cubaines de Floride qui préparent des attentats contre notre pays, il a dit textuellement:
« Je crois que l’emprisonnement des 5 n’a pas de sens, il y a eu des doutes au sein des tribunaux étasuniens et aussi parmi les organisations des droits de l’homme dans le monde. Ils sont restés en prison pendant 12 ans, j’espère que dans le futur proche, ils seront libérés pour qu’ils rentrent le plus vite possible ».

D’autre part, il a qualifié de sérieuse erreur, la signature et la mise en vigueur de la loi Helms Burton, qui est venue renforcer les mesures du blocus contre Cuba. Il a sommé les autorités de son pays à l’abroger une fois pour toutes.

James Carter a confirmé sa gratitude envers le président Raúl Castro et d’autres hauts fonctionnaires du gouvernement cubain pour la possibilité qu’ils lui ont donnée de venir bavarder avec eux. Il a fait savoir que dès son retour aux États-Unis, il informera la Maison Blanche et le Département d’État, des résultats de sa visite.

Il s’agit sans aucun doute d’une voix ayant maturité, sagesse et cohérence, capable de mettre le bon sens par dessus tout autre chose et de comprendre, comme il a toujours été dit ici à La Havane, que les Etats-Unis et Cuba peuvent maintenir des relations mutuelles, sur la base du respect total à la liberté et l’autodétermination de leurs peuples.

Pourvu que cette voix trouve des oreilles réceptives à son retour.

Tiré de Radio Habana Cuba

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article

commentaires