Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 09:50

liberte-egalite-fraternite---dictatures-sud-americaines-uru.jpg

La Semaine contre l’Impunité se déroule ces jours-ci en Uruguay. Elle a pour but de raviver la mémoire historique de la société sur les graves violations des droits de l’Homme commises sous la dictature militaire mise en place après le coup d’état du 27 juin 1973 qui a ouvert des blessures profondes qui sont toujours béantes.

Cette semaine a été organisée après les résultats négatifs du référendum du 25 octobre 2009 au terme duquel le nombre de voix nécessaires n’a pas été obtenu pour faire abroger la Loi de Point Final dont bénéficient des tortionnaires, ravisseurs et assassins entraînés par les forces armées des Etats-Unis.

C’est dans le cadre du programme de cette semaine que s’est ouverte ce mercredi le premier Colloque International sur les Droits de l’Homme et le terrorisme d’état international, une excellente occasion d’échanger des expériences sur ce qui s’est passé dans plusieurs pays de la région qui ont tous été le théâtre, durant la seconde moitié du siècle dernier, d’une répression féroce et de l’assassinat de milliers de leurs meilleurs fils au nom de l’anticommunisme.

L’Histoire est longue et cruelle, mais ce qui est inconcevable c’est que la majorité des coupables se promènent librement dans els rues et que, dans certains pays, ils occupent même des postes de haute responsabilité ce qui est une véritable insulte à leurs victimes.

Rappelons qu’après l’échec de l’invasion de Playa Giron )la Baie des Cochons) par une armée de mercenaires armés et entraînés par les Etats-Unis dans le but de renverser la Révolution Cubaine, les Etats-Unis ont élaboré une politique pour l’Amérique Latine visant à empêcher que l’exemple de Cuba ne soit imité dans la région.

C’est ainsi qu’est née la doctrine de la sécurité et le développement, un programme ambigu qui, d’une part, par le biais de la dite Alliance pour le Progrès, a distribué des aliments, du matériel et mis en application quelques programmes sociaux, tandis que, d’autre part, des soldats et des policiers étaient entraînés dans la plupart des tactiques de guerre dans le but de paralyser les masses par la terreur et par l’assassinat de leurs dirigeants.

Cela a été le cas au Guatemala en 1960 ; en République Dominicaine en 1962 et au Brésil en 1964. Ces pays ont été les premiers théâtres d’application de ces tactiques de combat, caractérisées par une cruauté sans bornes contre la société civile. Ces tactiques ont été utilisées par les forces locales de répression ou, si besoin était, par les troupes étasuniennes elles-mêmes.

C’est ce qui est arrivé en Uruguay en 1973. Toujours en 1973, au Chili, un putsch sanglant a renversé le Président Salvador Allende. Cela a été le cas aussi de l’Argentine en 1976 ; de la petite île de la Grenade en 1983 et de Panama en 1989.

Des dizaines de milliers de Latino-américains sont encore portés disparus à cause de ces exactions et d’autres encore dont l’origine peut se cacher derrière les propos du Secrétaire d’État américain de l’époque Robert MacNamara qui, en 1962, a affirmé que les militaires latino-américains entraînés par les Etats-Unis étaient les leaders de l’avenir. Il a alors ajouté que pour son pays devenir ami de ces hommes n’avait pas de prix.

Il se référait à des hommes de l’acabit d’Efraín Ríos Montt, d’Augusto Pinochét, de Jorge Rafael Videla, d’Eduardo Massera, de Fortunato Galtieri, de Gregorio Álvarez et de tant d’autres qui, en appliquant les instructions contenues dans les manuels du Pentagone, ont ensanglanté le continent.

Lutter pour que les responsables de ces crimes soient punis est indispensable pour parvenir à la réconciliation. Ce n’est ni de la nostalgie de gauche ni une revanche des victimes mais d’une clameur en faveur de la justice, un outil indispensable dans toute société qui se veut civilisée. C’est maintenir active la mémoire pour empêcher le retour au passé.

En tout état de cause, les participants à cette Semaine contre l’Impunité en Uruguay rappellent la maxime qui veut qu’un peuple qui renonce à son passé, ne mérite pas d’avenir !

RHC

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Amérique Latine
commenter cet article

commentaires