Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 00:33

1603-Havane-Del-Toro-A.jpg

Tournage à la Havane, Benicio del Toro entouré de l'actrice cubaine Daisy Granados, de l'acteur américain Osh Hutcherson et d'Emir Kusturica, le 10 mars 2011.

16.03.2011 | Mauricio Vicent | El País

Le tournage de Sept jours à La Havane, une coproduction franco-espagnole, a débuté dans les rues de la capitale cubaine. Ce portrait de la ville, qui veut sortir des clichés, a été confié à sept cinéastes d'horizon différents. L'acteur portoricain Benicio del Toro, qui a incarné Che Guevara à l'écran, passe pour cela à la réalisation et ouvre le bal. Reportage.

u sa beauté plastique et son charme, on pourrait croire que La Havane est facile à dépeindre. Il n'en est rien. Si l'on veut sortir des sempiternels clichés, dépasser l'esthétique des vieilles voitures américaines, des mulâtresses ensorcelantes et des immeubles au bord de l'écroulement, bref capter l'essentiel de cette ville si particulière et de ses habitants, le défi est de taille. Sept cinéastes venus d'horizons très différents s'y attellent, non sans un certain vertige, en tournant Siete días en La Habana [Sept jours à La Havane] : Benicio del Toro — qui passe pour la première fois à la réalisation —, le Français Laurent Cantet, l'Espagnol Julio Medem, l'Argentin Pablo Trapero, le Palestinien Elia Suleiman, le Franco-Argentin Gaspar Noé et le Cubain Juan Carlos Tabío, seul réalisateur local invité à participer au projet.

Ces sept histoires havanaises, une pour chaque jour de la semaine, s'appuient sur trois scénarios écrits par le romancier cubain Leonardo Padura, coordinateur de tous les récits. La musique, avec Descemer Bueno et Kelvis Ochoa en première ligne, fait partie des attraits de cette co-production hispano-française (Morena Films et Films House), dont la planification a commencé il y a un ou deux ans et qui a dû surmonter bien des obstacles.

En effet, aux difficultés logistiques sont venus s'ajouter des problèmes politiques. Du fait de l'embargo, l'Américain Benicio del Toro ne peut réaliser qu'un “documentaire”, et non un court-métrage, afin d'éviter toute transaction monétaire. Or c'est précisément à Del Toro, qui s'est rendu sur l'île une bonne dizaine de fois, qu'est revenu l'honneur d'ouvrir le bal. Son histoire, El Yuma [“étranger” en argot cubain], repose sur un scénario de Padura. Le tournage a débuté le 4 mars dans les rues animées du quartier d'El Vedado. Bien sûr, les passants n'en croyaient pas leurs yeux lorsqu'ils voyaient que ce type qui gesticulait, criait et dirigeait le tournage n'était autre que le célèbre acteur d'origine portoricaine [et qui a aussi interprété Che Guevara dans le film de Steven Sodebergh sorti en 2008]. “Je ne pouvais pas choisir un meilleur endroit pour passer derrière la caméra”, a-t-il déclaré dès son arrivée à La Havane.

Et, à en croire les acteurs qu'il dirige, la mise en scène lui réussit. El Yuma raconte les aventures d'un touriste américain (Josh Hutcherson) qui arrive à La Havane et descend à l'hôtel Nacional. Un chauffeur de taxi (Vladimir Cruz [un des acteurs cubains les plus connus]) lui montre pendant une journée une Havane qui n'a rien d'officiel, jusqu'à ce que l'un et l'autre finissent au petit matin dans un revue de travestis, avant de basculer dans la folie.

Le tournage du deuxième court-métrage, Jam Session, sur un scénario de Trapero, a débuté le 11 mars, avec Emir Kusturica dans le rôle principal. “Il incarne son propre personnage, explique Pablo Trapero. Son histoire est celle d'un réalisateur qui vient recevoir un prix au Festival de cinéma de La Havane ; il traverse une mauvaise passe affectivement, et son chauffeur de taxi devient son confident. A la fin, il découvre que le chauffeur est un musicien d'un talent incroyable et ils finissent ensemble dans une descarga [sorte de jam session]”. Il s'agit de “montrer la ville la moins connue, la face B de la Havane, et parvenir à le faire depuis plusieurs points de vue différents, mais en gardant un équilibre entre le pittoresque et la profondeur pour qu'on n'ait pas une impression de carte postale”.

Juan Carlos Tabío raconte l'histoire d'une psychologue qui fait des bonbons pour survivre, Cantet narre les préparatifs de la fête d'une fille d'Ochún [déesse de la féminité]. Ils tenteront de mener à bon port le projet Sept jours à La Havane.

Source : courrierinternational

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article

commentaires