Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 08:15

terremoto-haiti-earthquake-27.jpg

La réponse du monde a été généralisée et immédiate au désastre provoqué en Haïti par le tremblement de terre qui a dévasté ce pays ce mardi et dont les conséquences sont d’ores et déjà qualifiées de catastrophiques pour la population du pays le plus pauvre de la région.

Selon les spécialistes, rien qu’en trois heures, à partir de 16 heures 53 minutes de mardi, Haïti a été secoué par la pire chaîne de séismes de l’histoire des Caraïbes : plus d’une douzaine de tremblements allant depuis 7 degrés sur l’échelle de Richter, qui a été le premier, jusqu’à des répliques d’entre 4 et 6 degrés.

Cela donne une idée de l’ampleur des dégâts humains et matériels si l’on tient compte surtout de la grave pauvreté qui sévit dans ce pays où les logements précaires étaient très nombreux.

On sait d’ores et déjà que des édifices emblématiques comme le Palais du gouvernement, la cathédrale, le siège du parlement, les installations de la Mission de l’ONU pour Haïti ainsi que des hôtels et des centres de loisirs se sont effondrés à Port-au-Prince, la capitale, où vivent environ 2 millions de personnes.

Le manque d’une infrastructure adéquate en matière de télécommunications et l’ampleur des dégâts causés à celle existant empêchent de connaître, pour le moment, avec plus de précisions la situation désastreuse de Haïti. Cependant les informations qui nous parviennent sont bouleversantes.

Il faut signaler que la réponse de la communauté internationale a été massive et généreuse. Dès que l’information du tremblement de terre a été connue, le Président vénézuélien Hugo Chavez a ordonné l’envoi d’une aide humanitaire et demandé à la communauté internationale des actions urgentes pour secourir les sinistrés.

Des aliments, des médicaments, du matériel de premiers soins et du personnel spécialisé sont nécessaires surtout si l’on tient compte du fait que les installations d’attention médicale ont été sérieusement touchées.

L’aide commence à affluer depuis tous les continents. Le cœur du monde est en ce moment aux côtés des Haïtiens et cela est réconfortant surtout si l’on prend en considération l’oubli dont ce pays frère a été victime pendant tant d’années.

Et c’est qu’après s‘être occupé de toutes les urgences humaines et matérielles découlant du séisme, le monde doit passer à la réflexion du pourquoi une autre catastrophe humanitaire d’aussi grande envergure, invisible peut-être parce que quotidienne, a sévit pendant des décennies en Haïti face au regard indifférent de la planète.

Il faudra se demander pourquoi 65% des Haïtiens vivent en dessous du seuil de pauvreté ; pourquoi l’espérance de vie est d’à peine 55 ans ; pourquoi 80% de la main d’œuvre et au chômage et pourquoi 90% de ses habitants n’ont pas accès aux services de santé.

En Haïti, la faim la misère, les maladies prévisibles et guérissables, l’analphabétisme sévissent et le monde ferme les yeux sur ces maux.

Beaucoup de pays envoient du personnel militaire en Haïti grossir les rangs des Casques bleus pour pallier les effets sociaux et politiques de la pauvreté mais, très peu, dont Cuba et le Venezuela y envoient leurs cadres professionnels dont ceux de la santé et de l’éducation, pour contribuer à les éliminer.

Pourquoi a-t-on besoin d’un séisme dévastateur pour que le monde se souvienne qu’il y a dans les Caraïbes un petit pays pauvre où habitent 8 millions d’âmes au bord de l’abîme ? Nous saluons, bien évidemment, tous les envois d’aide d’urgence contribuant à soulager la douleur et les souffrances du peuple haïtien. Mais nous voudrions bien aussi qu’après, dès que les premières blessures causées par la catastrophe seront pansées, tous les pays qui y ont envoyé de l’aide y restent, avec le même esprit solidaire, pour sortir le pays qui a été le premier à proclamer son indépendance dans la région, d’une situation propre au Moyen Âge ou aux années atroces de la colonie.

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans monde
commenter cet article

commentaires

daniel gingras 14/01/2010 13:51


felicidales para su comunicar pero tienen observar que había un importante a falta de francés a ( éliminer )



ustedes tienen escriben eliminar ( éliminé)creo ke la palabra ustedes adaptar a ahí tienes (el apartado ) eso es ( alimenté ) en francés

en cuestión Muchos países envían del personal militar en Haití agrandar las filas de los Cascos azules para atenuar los efectos sociales y políticos de la pobreza pero, muy poco, cuya Cuba y hay
sus cuadros profesionales cuyas los de la salud y la educación, para para contribuir a el (eliminar). a cabiar por ( el apartado )

Beaucoup de pays envoient du personnel militaire en Haïti grossir les rangs des Casques bleus pour pallier les effets sociaux et politiques de la pauvreté mais, très peu, dont Cuba et le Venezuela
y envoient leurs cadres professionnels dont ceux de la santé et de l’éducation, pour contribuer à les ( éliminer ). en francés a cambiar por ( alimenté )


cuba si lorraine 14/01/2010 17:39


Bonjour,
J'ai repris cette version en français de l'article sur le site web de Radio
Havane Cuba.

Je n'ai pas retrouvé la version espagnol, cependant si dans celle ci, et cela parait plus juste, est écrit "el apartado" et non "el eliminar", la traduction juste peut être serait "à les écarter ou
éloigner".
Qu'en pensez vous?