Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 11:41

apathiejj6.jpg

Du balcon de la résidence parisienne, l’agréable soleil printanier – torride dans l’après-midi pour la majorité des Français – me servit de motivation tropicale pour un article basé sur un fait réel qui se renouvelle avec différents acteurs politiques et journalistes à la télévision française.


Le mercredi 20 avril 2011, monsieur Jack Lang, député du Parti Socialiste, était l’invité d’une émission de grande audience « Le Grand Journal [1]» de Canal Plus pour débattre sur divers thèmes en rapport avec la politique interne française. Mais, à la surprise de nombreux téléspectateurs, le journaliste de Canal Plus, Jean-Michel Apathie, entonna son extravagante rengaine anti-cubaine pour interroger Lang sur son thème de prédilection: « Fidel Castro est-il un dictateur de la pire espèce? » Et Apathie commenta «A cause de  ses prisonniers politiques et des personnes qui peuvent à peine respirer alors qu’il ne reste que quelques communistes, » dans un contexte où on voyait des images de Fidel accompagne du président cubain Raùl Castro Ruz à la réunion plénière du VI° Congrès du Parti Communiste de Cuba.


Il faudrait demander à Apathie pourquoi, avec un si grand nombre de thèmes en France et dans l’agenda de la politique mondiale, il faut toujours qu’il pose la même question à  ceux qu’il interroge, comme si son répertoire se résumait à une interpellation, comme si on le payait pour répéter sans arrêt le mot « dictature ». Devant cette situation extravagante, on pourrait suggérer aux lecteurs de chercher le nom d’Apathie dans la liste du « Projet d’Argent pour Cuba[2] », centre de paiement pour les journalistes de divers pays afin qu’ils fassent des interviews contre le gouvernement cubain. Ainsi donc, dorénavant, il faudrait savoir si Apathie apparaît  déjà sur cette liste ou s’il aspire à y être à cause de la réduction croissante du « pouvoir d’achat » dans son entourage. La route de l’argent, en ce qui concerne Apathie, serait une recherche intéressante qui aiderait à mettre à jour la cause de son attitude vicieuse envers Cuba car jusqu’à maintenant, trois hypothèses fondamentales me sont venues à l’esprit :


- C’est un mercenaire au service des grandes puissances ;

 

- Il est aveuglément et sans limites attaché à l’idéologie anti-communiste;

 

- Ou il s’agit d’une pathologie mentale complexe non encore diagnostiquée.


Mais poursuivons. A la brutale torture de l’antipathique Apathie qui répétait comme une ritournelle : « Dictature, dictature, dictature », comme une seconde voix dans un ensemble musical, Lang tenta placer quelques mots qu’il orienta peut être « inconsciemment » dans le sens de son interviewer, ce qui l’amena à prendre une position indigne jusqu’à ce qu’il plie comme un faible roseau au bord d’un fleuve, chose qui arrive toujours sous les rafales des ouragans.


Le bruit de cette rengaine subliminale dans la bouche d’Apathie troubla l’intelligence de Lang qui avoua à son inquisiteur qu’il avait évidemment raison : « Fidel Castro est un dictateur, un oppresseur qui a imposé à son peuple un régime politique. » 

A partir de là, Lang et   Apathie s’entendirent  comme larrons en foire jusqu’à ce que Lang rappelle les belles paroles du Siècle des Lumières français: « Castro est un despote éclairé qui a réussi de grandes choses dans la culture, le cinéma, l’éducation et la santé. » Ainsi, dans un système cruel et oppressif, on peut obtenir de telles conquêtes sociales, celles-là même qui existent aujourd’hui à Cuba et on travaille intensément pour qu’elles s’étendent et se perfectionnent.


Mais Lang avait dans sa plaidoirie contre Fidel une vérité révélée et c’était le moment de la publier: « Oui, évidemment, Cuba est une dictature ». Et il le dit avec la transparence de l’eau bénite qui coule dans la belle Seine. Evidemment, pour montrer aussi qu’il est un candidat idoine et idéal au nouveau poste de « défenseur » des Droits de l’Homme.


Lang batifola avec le qualification médiatique de dictateur et de dictature respectivement appliquées à  Fidel et à Cuba  et il voulut nuancer ses critères en vue d’une impartialité apocryphe lorsqu’il mit au crédit d’ Obama (Barack) la volonté de dialogue et de changement de politique envers Cuba, ignorant la position limpide du gouvernement cubain au sujet de ce problème qui lui avait été expliquée en 2009 par le président Raùl en qualité d’émissaire spécial du président Nicolas  Sarkozy à La Havane  pendant des heures de conversation qui l’honorèrent et  l’émurent . Il faudrait demander à Jack Lang si bien informé pourquoi il a ignoré les appréciations sur ce thème de James Carter, ex-président étasunien qui a visité l’Ile, eu des réunions avec  Fidel et Raùl et  de longues rencontres avec des secteurs et des institutions de la société civile cubaine et de ce qu’on appelle « dissidence » chapeautée par Washington. Ces omissions ont détruit tout équilibre dans ses jugements hâtifs sur Cuba.


Durant ce programme, le dieu Chronos courrait rapidement. Apathie avait déjà pratiquement remporté le débat lorsque Lang se moqua du temps: il prit la tenue d’un gladiateur intrépide et en une seconde, se désolidarisa d’un « embargo anormal » que les cubains considèrent comme un blocus économique, commercial et financier  parce qu’il représente un ensemble d’actions agressives pendant un demi-siècle pour détruire tout un pays, c’est à dire un véritable génocide mais qui, dans l’esprit  d’un Français, est un simple « embargo » qui ne devrait pas exister après la « Guerre Froide ». Il apparaît ainsi que les stratégies, les méthodes et les procédés de cette période néfaste dans les relations internationales ne s’appliquent pas aujourd’hui dans la politique internationale et dans les «guerres chaudes » que les impérialistes occidentaux pratiquent avec la participation de l’OTAN en Afrique et au Moyen-Orient. Oui, pour de mesquins intérêts géopolitiques et économiques dans leur but de domination globale.


Enfin, Jack Lang fut méconnaissable dans le studio de Canal Plus où il assuma une posture irrespectueuse envers le leader et fondateur de la première Révolution socialiste qui parle espagnol, et qui est aussi autochtone que l’immense Palmier Royal  et continuera à l’être. Malheureusement, ce facteur de civilisation fut souligné par Lang, connaisseur avisé des questions socioculturelles.

Personne, aussi bien que le romancier Gabriel García Marquez, Prix Nobel de Littérature, simple ambassadeur de la culture universelle, n’a pu capter le Fidel authentique comme il l’a fait dans son article intitulé: « Le Fidel Castro que je connais » duquel je veux partager un fragment avec les lecteurs :


« Fidel est l’anti dogmatique par excellence (…) Lorsqu’il parle avec les gens de la rue, la conversation a le ton expressif et la franchise crue du la réalité. On l’appelle Fidel. On l’entoure sans problèmes, on le tutoie, on discute avec lui, on le contredit, on rouspète, c’est un réseau de communication immédiate où bouillonne la vérité. C’est alors qu’on découvre l’être humain insolite que l’éblouissement de sa propre image ne laisse pas voir. C’est le Fidel Castro que je crois connaître: un homme austère aux illusions insatiables avec une éducation formelle à l’ancienne, aux paroles  prudentes et aux manières pleines de finesse et incapable de concevoir aucune idée qui ne soit pas originale. Il rêve que ses scientifiques trouvent le remède définitif contre le cancer et il a créé une politique extérieure d’efficacité mondiale dans une île 84 fois plus petite que son ennemi principal. »


Face à ces paroles du célèbre romancier, le show Apathie-Lang est un spectacle bas et risible qui frôle le pire style de Miami basé sur la terreur médiatique sur et contre Cuba. Ce qui en sort, à l’évidence, est que Lang ne connaît pas le vrai Fidel, le connaître réellement ne l’intéresse pas non plus parce que c’est un révolutionnaire radical, anti-capitaliste et anti-impérialiste.


La seule chose qui intéresse Lang, c’est la démocratie bourgeoise et les institutions capitalistes imposées au monde par les riches puissances occidentales par le feu et le sang.

Le seul vrai combat de Lang, c’est le combat pour obtenir le poste français bien rémunéré de « défenseur des droits » en compétition aussi avec d’autres excellents paladins des « droits de l’homme et de la démocratie occidentale ». Je pense  aussi à Bernard Kouchner qui – à la différence de Lang – allègue des raisons intimes et entremêle les sentiments du cœur pour manifester sa haine viscérale de Fidel considéré comme un « dictateur scélérat  » dans ses diatribes anti cubaines assidues à la radio française. Dans les deux cas, même avec le mensonge médiatique ils ne pourraient pas atteindre l’illusion de s’octroyer la charge convoitée.


Tandis que la lutte pour la responsabilité justicière de « défenseur des droits » continue, Lang étourdi d’opportunisme et sous le fouet impitoyable de son bourreau Apathie, aurait pu encore se trouver frappé comme le public par l’émission phare de Canal Plus ou, pourquoi pas, absorbé dans l’analyse philosophique et sémantique de ce texte insondable : « Cuba: c’est tout et ce n’est pas tout. Cuba: ce n’est rien et ce n’est pas rien. Cuba: c’est ce qui est et ce n’est pas ce qui n’est pas. Oui, c’est non et non, c’est oui où j’ai dit, je dis, maintenant, je dis Diego. »


Ainsi, les lésions cérébrales que laisse Apathie chez les personnalités politiques qui sont fréquemment invitées au grand spectacle de Canal Plus, sont probablement graves. Certainement, messieurs, ceci est, selon moi, le journalisme de la pire espèce sur Cuba, en France, que par son impact et ses séquelles sur les esprits de millions de personnes, nous pourrions appeler « Le grand journal de la terreur ».


Croyez-moi, j’ai de la pitié pour Jack Lang, un homme qui aime la culture et professe le rêve du « Charme[3] cubain ».

 

(traduction Gaston Lopez)

[1]   En français dans le texte.

[2]   En anglais dans le texte « Cuban Money Project »

[3]   « Duende cubano »

 

 Source : Fidelista

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans France
commenter cet article

commentaires