Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 13:00

 

terrorismo_vs_cuba.jpg

Lire ou relire : Procès d'un terroriste de Miami : De quoi a peur le clan Posada Carriles ?

(Roberto Pérez Betancourt)

La Havane, 11 janvier (AIN) – Les preuves des actions terroristes menées contre Cuba et du rôle jouté par Luis Posada Carriles dans leur planification ont été présentées par des officiers du Ministère de l’Intérieur. Elles sont actuellement entre les mains du ministère public des États-Unis.


L’émission informative La table ronde, de la télévision et la radio cubaines, a présenté mardi les preuves démontrant les liens du terroriste Posada Carriles avec ces différentes actions criminelles, et elle a donné des détails sur les méthodes employées par les personnes infiltrées sur le territoire cubain pour leur réalisation.


Le présentateur de l’émission, Randy Alonso, a informé qu’au cours de la deuxième journée du procès de l’assassin déclaré Luis Posada Carriles, actuellement jugé à El Paso (Texas), une deuxième ronde a été effectuée afin de sélectionner les jurés parmi les 130 personnes qui ont été interrogées dams ce but. Il doit être jugé pour 11 délits, mais aucun d’entre eux n’a à voir avec son passé de terroriste,
Finalement, les 12 jurés ont été choisis, sept femmes et un homme. Neuf d’entre eux sont d’origine latine, et il y a également un noir et deux personnes d’origine anglo-saxonne.


Répondant par téléphone aux questions des journalistes de La table ronde, l’avocat José Pertierra a expliqué que mercredi, interviendront les avocats de la défense et le procureur, et que ce dernier a averti la juge que les représentants de Posada Carriles ont l’intention d’influencer les membres du jury en présentant une caractérisation mal intentionnée du régime politique de Cuba.


A cela, a expliqué Pertierra, la juge a répondu que la salle du tribunal n’a rien à voir avec un forum de Miami, et elle a ajouté que toutes les preuves pourraient être débattues, y compris celles que présente Cuba. On s’attend à ce que le procès dure un mois.


Certaines agence de presse affirment qu’à la demande des deux parties, deux officiers et un médecin légiste cubains pourraient se présenter devant le tribunal, en relation avec la mort du touriste italien Fabio Di Celmo, victime d’un attentat réalisé contre l’hôtel havanais Copacabana.


Au cours de l’émission La table ronde, le général de brigade Alberto Rabeiro a rappelé certaines des actions terroristes réalisées contre Cuba au cours des cinquante dernières années, et en particulier, certaines de celles qui ont été réalisées à la fin des années 90, entre autres des attaques pirates et des infiltrations armées en 1994 au cours desquelles ont été introduites dans le pays des quantités d’explosifs C-4 suffisantes pour faire exploser les installations de 100 hôtels.


Il a expliqué qu’ensuite, des terroristes salvadoriens sont entrés à Cuba comme touristes et qu’ils ont utilisé une partie de ces explosifs pour réaliser des actions de sabotage, puis que, le 12 avril 1997, l’escalade terroriste a commencé avec l’explosion d’un artéfact dans la discothèque de l’hôtel Mellia Cohiba, suivi de 12 autres attentats à la bombe à Cuba et dans des installations cubaines de Mexico et de Nassau, qui ont causé une mort et de nombreux blessés.


Il a également expliqué comment les travailleurs des installations touristiques ont travaillé à la prévention d’actions semblables à celles qu’avait réalisé le terroriste Raúl Ernesto Cruz León, qui avait pu placer quatre bombes avant d’être arrêté.


Rabeiro a affirmé que les autorités nord-américaines ont constamment été informées de tous les détails des activités terroristes réalisées, de la disposition de Cuba de collaborer avec eux pour combattre ce type d’activité et de son désir d’établir une relation de collaboration entre les deux pays. Il a montré les copies des quatre dossiers remis aux experts nord-américains.


Le chef du département cubain des enquêtes de la Sécurité de l’État, Roberto Hernández, a expliqué quelles ont été les actions terroristes menées contre les installations touristiques, quel était leur potentiel destructif, et comment l’Agence Centrale d’Intelligence (CIA) et Luis Posada Carriles ont entraîné les mercenaires qui ont ensuite été infiltrés dans le pays antillais.


L’expert a mis l’accent sur le fait que plusieurs des actions criminelles réalisées ont causé des dommages à des installations situées dans d’autres pays, ce qui confère à l’affaire un caractère international.


Il s’est également référé aux avances de Cuba dans la capacitation et l’amélioration des techniques utilisées pour mener à bien les enquêtes. Il a donné des détails sur le procès contre le terroriste Francisco Chávez Abarca, qui a été condamné à 30 ans de prison, et les implications de ses relations avec Posada Carriles. Tous ces éléments se trouvent entre les mains du procureur nord-américain.


L’analyste Jean-Guy Allard a rappelé qu’un bon nombre de ceux qui financent et qui parrainent le terrorisme contre Cuba, comme “Pepe” Hernández, Ramón Novo Sampol et d’autres encore, tous bien connus, poursuivent encore ces activités à l’heure actuelle.


Le lieutenant-colonel Homero Fontes a également raconté plusieurs anecdotes et donné des détails sur sa tâche de combattre les délits, sur les méthodes employées par les terroristes, sur la composition et l’emploi des explosifs et sur la portée des explosions.


Il a expliqué que les terroristes avaient reçu l’ordre de placer les artéfacts explosifs dans les halls d’entrée des hôtels, non loin de panneaux de verre, afin que se multiplient les éclats dangereux. Le touriste italien Fabio di Celmo avait été atteint par un débris métallique provenant d’un cendrier dans lequel avait été déposée la bombe à l’hôtel Copacabana.


Fontes a insisté sur le fait qu’il y a des preuves concrètes pour chacune des 19 actions délictuelles et qu’elles ont été communiquées au Bureau Fédéral d’investigations (FBI) des Etats-Unis qui a ainsi pu déterminer qu’avaient été utilisés des détonateurs Dupont, fabriqués aux Etats-Unis, et que le type d’explosif C-4 provenait des Forces Armées nord-américaines.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article

commentaires