Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 14:29

t_evomorales_2_154.jpg

Mercredi 13 Octobre 2010  - Le président Bolivien, Evo Morales, a affirmé ce mardi qu'il trouvait "très suspecte" l'élection de ceux qui remportent le Prix Nobel et qu'après réflexion sur l'attribution de cette récompense il est arrivé à la conclusion qu'elle ne sera jamais remise à des personnalités dont la position politique "ne soutient pas l'Empire".

 "J'en suis arrivé à la conclusion que le Prix Nobel de la Paix ne va jamais être décerné à des mouvements sociaux ou à des personnalités anti-capitalistes et anti-impérialistes. De cela, je suis convaincu." assura-t-il.

 Il a fait ces déclarations lors d'une conférence de presse à laquelle participait aussi le vice-président de Bolivie, Álvaro García Linera, au cours de laquelle il a ajouté qu'il "était conscient que les organisations qui accordent ces récompenses ont le droit de faire leur choix", mais, cependant, il a souligné "qu'à ce niveau, les nominations sont très suspectes".

 En guise d'exemple pour argumenter sa position, Morales a rappelé l'attribution du Premier Prix Nobel de la Paix en 2009 au président des Etats-Unis, Barack Obama, et la remise de cette récompense en littérature à l'écrivain Péruvien Mario Vargas Llosa, qui est aussi un "personnage de la mouvance capitaliste".

 "Si lui (Obama) est considéré comme premier en en ce qui concerne la Paix, comment seront les autres premiers, comme celui de Littérature, Vargas Llosa, qui m'attaque personnellement tous les trimestres, et auquel je n'ai jamais répondu."

 Il a redit que le refus manifesté pour le gagnant de cette année, le Chinois Liu Xiaobo, n'était pas dû à "une attitude prédéterminée" mais qu'il y avait parmi les candidats des défenseurs de valeur des droits de l'homme qui l'auraient mérité.

 "Il y avait par exemple les Mères de la Place de Mai en Argentine qui représentaient une candidature convaincante, mais elles ne furent pas élues",

 En dernier, il a fait savoir que le prix Nobel ne sera pas plus fort que ses valeurs et qu'il maintiendra sa position révolutionnaire.

 Evo Morales a postulé pour le Nobel de la Paix depuis 2006, quand il est arrivé à la présidence de la Bolivie. Il a reçu l'appui de personnalités internationales, généralement de gauche, qui appuyaient les pays progressistes, les groupes indigènes et les divers mouvements sociaux.

 Campagne mondiale contre le racisme.

 Lors de la célébration du 87° anniversaire des forces Aériennes de Bolivie (FAB), Evo Morales en a profité pour annoncer que ce pays allait prendre la tête au niveau mondial d'une campagne contre le racisme et la discrimination.

 "C'est un mal qui créé des dommages et divise les peuples", a-t-il manifesté.

 Il a ajouté que "la liberté d'expression, ce n'est pas fait pour promouvoir le racisme et la division" et il a certifié que la discrimination pour "des questions d'ethnie" était le produit de l'héritage colonial et qu'elle devait être éradiquée.

 "La lutte contre le racisme a commencé avec l'approbation d'une loi qui tend à défendre le droit des Boliviens"

 Il a souligné que, pour faire front à la discrimination, le rôle d'une armée agissant conjointement avec le peuple est fondamental pour consolider le processus de transformations sociales.

 "Une nouvelle doctrine a vu le jour dans les Forces Armées de Bolivie, qui est un exemple pour les militaires des autres nations Latino-Américaines et ceux du monde (...) Elles ne sont pas là pour provoquer des guerres, ce qui ne veut pas dire qu'elles ne sont pas préparées à défendre la patrie si celle ci est menacée", a-t-il souligné.

 

Petra Dos Santos

Source :radiomundial

Traduction : Alma

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Amérique Latine
commenter cet article

commentaires