Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 17:58

1500495798.jpg

Ken Loach - Stefan Simanowitz

Traduit par Diáspora Saharaui

En 1960, l'ONU a adopté la résolution 1514 qui stipule que tout peuple a droit à l'autodétermination et que le colonialisme doit être amené à une fin rapide et inconditionnelle. Un demi-siècle plus tard, des lecteurs pourront être surpris d'apprendre qu'il y a encore 16 territoires à travers le monde qui n'ont pas encore obtenu leur décolonisation. Connu comme «territoires non-autonomes», la liste des endroits toujours gouverné par une puissance étrangère contient quelques noms familiers: Gibraltar et les îles Falkland (Malouines) pour n'en citer que deux. Mais alors que certains de ces territoires, comme la petite île de Tokelau, sont des dépendances qui pourraient être considérés comme ayant rejeté l'indépendance et démocratiquement choisi de maintenir leur statut territorial, d'autres sont plus controversées. Le plus remarquable est le Sahara occidental, connu sous le nom de dernière colonie d'Afrique, qui a lutté pour l'autodétermination depuis plus de 35 ans contre le Maroc voisin

A New York, la Quatrième Commission de l'ONU sur la décolonisation a entendu des pétitions émanant de personnes parlant au nom de ces territoires non-autonomes. Comme pour les occasions précédentes, la réunion de cette année a été dominée par des pétitions sur le conflit au Sahara occidental, un conflit qui demeure l'un des plus anciens dans le monde. 
 
gal_1426.jpgA peu près de la taille de la Grande-Bretagne, le Sahara occidental se trouve sur la côte Atlantique de l'Afrique. En 1976, en violation du droit international,  les Espagnols sur le départ ont divisé le Sahara occidental entre le Maroc et la Mauritanie en échange du maintien de leurs droits de pêche et de la propriété partielle des intérêts miniers. Une guerre de 15 ans a eu lieu entre les Marocains et le Front Polisario, avec le retrait des Mauritaniens en 1979. En 1991, un cessez-le feu a été déclaré et aux termes d'un accord de l'ONU, la tenue d'un référendum pour l'autodétermination a été promise. Dix-neuf ans plus tard, les Sahraouis autochtones sont toujours en attente de ce référendum.
 
Un nombre estimé à 165.000 de réfugiés sahraouis qui ont fui les combats sont toujours hébergés dans des camps de réfugiés dans le désert algérien. Malgré l'aide de l'Organisation des Nations Unies, les conditions dans les camps sont abjectes, avec des problèmes de santé généralisés, y compris l'hépatite B, l'anémie et la méningite. Une enquête menée en 2008 par l'Organisation mondiale de la Santé,a suggéré qu'un enfant sur cinq dans les camps souffre de malnutrition aiguë. 
Dans le Sahara Occidental occupé, la population sahraoui fait face à la discrimination et aux violations des droits humains. Les organisations internationales, y compris le Haut Commissariat aux droits de l'homme ont exprimé de sérieuses préoccupations sur les violations des droits de l'homme dans le territoire et un rapporo d'Human Rights Watch en 2008 a constaté que le Maroc avait violé les droits d'expression, d'association et de réunion au Sahara occidental. 
 
Vendredi dernier, 15 octobre, devait commencer le procès de trois éminents défenseurs des droits humains - Brahim Dahane, Ali Salem Tamek et Ahmed Naciri– arrêtés il y a plus d'un an à Casablanca, à leur retour d'une visite dans les camps de réfugiés en Algérie. Bien qu'ils n'aient commis aucun délit, ils sont accusés de trahison, et risuent donc la peine capitale. Amnesty International a émis un communiqué, qui devait être publié au moment de l'ouverture de leur procès, appelant à leur libération immédiate et inconditionnelle, mais au jour prévu, le procès a été reporté au 5 novembre.
 
Dans le contexte de cette tragédie humaine, l'Union européenne a conclu un accord de pêche avec le Maroc en vertu duquel les eaux du Sahara occidental sont illégalement exploitées par des navires de pêche européens. De nombreux gouvernements étrangers et entreprises sont impliqués dans des affaires avec le Maroc, qui leur donnent accès à des vastes ressources minérales du Sahara Occidental, en particulier les phosphates. 
 
La IVème Commission des Nations Unies a entendu plus de 80 pétitions sur le Sahara occidental, y compris un plaidoyer passionné de Suzanne Scholte, présidente de la Fondation Forum de la Défense. "Ne permettez pas que la confiance du [peuple sahraoui] dans ce Comité soit vaine ou vous enverrez un signal terrible au monde que l'invasion, l'agression et la violence auxquelles le Maroc a recouru, sont les moyens de parvenir à vos fins", a-t-elle dit. 
 
Malgré de nombreuses tentatives pour sortir de l'impasse diplomatique prolongée, les progrès vers une résolution ont été lents et tortueux. Une solution politique peut sembler lointaine avec des positions des parties si éloignées: le Front Polisario n'est pas disposé à renoncer au droit légitime à l'autodétermination, le Maroc rejette toute proposition qui contient ne serait-ce que la possibilité de l'indépendance, et le Conseil de sécurité est à ce jour réticent à appliquer ses propres résolutions. Mais l'histoire a montré qu'une solution politique est la seule façon d'avancer.
 
Néanmoins, il est important de souligner que la solution politique à ce problème est beaucoup trop importante pour être laissée entre les mains des politiciens. C'est à nous tous, à groupes de la société civile, militants et particuliers de faire entendre notre voix. Nous devons exiger que nos gouvernements dans le monde exercent une pression diplomatique et politique sur ceux qui ignorent les exigences énoncées en vertu du droit international et le blocage d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental. 
 
Comme Martin Luther King l'a dit: «L'arc de l'univers moral est long, mais il est tendu versvers la justice." Il ne fait aucun doute que le peuple du Sahara occidental a à la fois le cours de l'histoire et la force de la justice de son côté.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article

commentaires