Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 09:03

escudoDAS.jpg

LAURENCE MAZURE, BOGOTA    

COLOMBIE - Le parlement européen se plaint d'écoutes illégales organisées par les services de renseignement colombiens. Certains députés, critiques à l'égard de Bogota, se sont retrouvées sur liste noire.
Depuis plusieurs années, le parlement européen est la cible des services de renseignement colombiens du Département administratif de la sécurité (DAS). Le 22 juin dernier, lors d'une audience spéciale organisée par Isabelle Durant, vice-présidente du parlement, des personnalités des droits de l'homme ont fait part d'écoutes illégales et de menaces perpétrées par le DAS contre plusieurs ONG en Belgique dans le cadre de l'opération Europa. A cette occasion, la journaliste colombienne Claudia Julieta Duque a mentionné un document du DAS indiquant que la Commission européenne des droits de l'homme faisait partie des cibles à discréditer. Or il s'avère que le DAS a aussi espionné le parlement européen. Paul-Emile Dupret, conseiller juridique de la Gauche unie européenne (GUE), est hélas bien placé pour témoigner de ces actions illégales: «J'ai été victime d'interceptions par le DAS de courriels que j'ai envoyés de ma boîte mail du parlement européen, dans le cadre de mon travail de conseiller parlementaire, à Alirio Uribe, qui est un avocat défenseur des droits humains bien connu en Colombie et à l'étranger, puisqu'il est secrétaire général de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme. Les documents qui sont en mains de la justice colombienne font état d'interceptions depuis 2004. Je ne sais pas s'il y a eu d'autres interceptions après cette date, mais je crois que c'est très probable, car mon nom apparaît en divers endroits du dossier, comme l'une des personnes à surveiller et que le G3 (unité secrète spécialisée dans la pression et la surveillance des opposants, ndlr) considère comme cibles de ses actions dans le cadre de l'opération Europa.»


Pas de survol des Etats-Unis

A la suite des surveillances du DAS, M. Dupret a aussi été mis sur liste noire: il ne peut ni voyager aux Etats-Unis ni être à bord d'un avion survolant ce pays. Un communiqué de la Cour interaméricaine des droits de l'homme rappelle que le G3 était la cellule du DAS pour «surveiller les activités visant à porter des cas au niveau international» – les cas se référant à de graves violations des droits humains perpétrés par l'état colombien.
L'existence du G3 a été connue début 2009 quand l'hebdomadaire Semana a sorti le scandale d'écoutes illégales, de pressions et de menaces du DAS. Ce service s'est aussi intéressé à une douzaine de membres du parlement européen, selon une source colombienne confidentielle. Il fallait identifier les députés critiques de la politique du président Uribe. Toujours selon cette source, les renseignements colombiens ont compilé des informations accessibles au grand public sur cette douzaine de parlementaires ainsi que leurs photos. Mais il n'y a plus de traces écrites concernant les mesures prises après ce repérage préliminaire: début 2009, juste avant une perquisition du Parquet, le DAS a détruit des archives, dont celles de l'Opération Europa, postérieures à l'année 2005. Les informations accessibles ne portent donc que sur la période 2003-2005.


Le harcèlement continue

Les évènements montrent que les actions de discrédit et d'intimidation continuent au sein même du parlement européen, comme en témoigne M. Dupret: «Le 23 mars, j'ai vu le député socialiste Richard Howitt expulser d'une réunion une personne qui s'était présentée comme membre du service extérieur du parlement européen et qui interrompait constamment, et de façon menaçante, deux avocats colombiens venus au parlement européen pour demander une commission d'enquête internationale sur le cas des fosses communes découvertes à côté d'une brigade militaires dans la région de La Macarena. Je n'avais jamais vu cela, pour aucun pays. Il faut aussi constater que malgré la situation dramatique des droits de l'homme en Colombie, ce gouvernement est parvenu à agir en interne pour éviter que le sujet des droits de l'homme en Colombie soit inscrit à l'ordre du jour des séances plénières depuis au moins quatre ans.»
Aujourd'hui, face à la complaisance des institutions européennes à l'égard de la Colombie, les personnes affectées, comme M. Dupret, ont décidé de prendre les choses en main: «Une action judiciaire sera lancée en Europe dans les prochaines semaines. Pour le moment, les victimes, personnes morales ou physiques, sont en train de préparer cette action judiciaire à Bruxelles, avec l'aide de divers bureaux d'avocats et de la Ligue belge des droits de l'homme.» I

Source : Le Courrier

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Amérique Latine
commenter cet article

commentaires