Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 23:30

barbados-ain_2.jpg

La Habana, le 5 octobre 2010

M. Barack Obama

Président des Etats-Unis d’Amérique

Monsieur le Président,

En tant que membres du Comité des familles des victimes de la destruction en vol de l’avion cubain à la Barbade, nous nous permettons d’attirer votre attention sur les faits suivants : en 1976, un avion commercial a explosé en vol, suite à un sabotage, et 73 personnes y ont perdu la vie, dont 59 citoyens cubains.

Le commanditaire du crime, Luis Posada Carriles, vit aujourd’hui aux Etats-Unis, et les autorités judiciaires de votre pays refusent de le juger pour terrorisme. Posada Carriles, l’homme qui a donné l’ordre d’exécuter ce crime atroce, a comparu devant les médias de votre pays et, avec un manque absolu de respect pour la vie, pour les lois de la nation étasunienne et pour l’humanité la plus élémentaire, s’est flatté de cet acte qui créait un précédent : il s’agit en effet du premier acte de terrorisme contre l’aviation civile dans l’hémisphère occidental.

Nous avons eu l’occasion de lire les paroles sincères et émues que vous adressiez, le 11 septembre 2010, au peuple étasunien. Vous y affirmiez notamment : « ...Aujourd’hui, nous prions pour les familles des victimes. Nous partageons la peine des époux et des épouses, des enfants et des parents, des amis et des proches. Nous pensons  à tous les moments qui ont marqué pour eux ces neuf dernières années - naissances, baptêmes, noces, fêtes de fin d’études - et où, chaque fois, un siège était vide. »

Ce même jour, devant le monument érigé dans les jardins du Pentagone, vous évoquiez encore les victimes des actes terroristes : « C’étaient des pères et des mères qui élevaient leurs enfants, des frères et des sœurs lancés à la conquête de leurs rêves, des fils et des filles qui avaient la vie devant eux... Ils étaient blancs, noirs, métisses, des hommes et des femmes, et même quelques enfants, de toutes les races... Ils nous ont été arrachés trop tôt et sans rime ni raison. »

Monsieur le Président,

Les êtres chers qui auraient dû occuper leur place aux grands moments de nos vies - « naissances, baptêmes, noces, fêtes de fin d’études » - en sont absents depuis plus de 34 ans. Ils avaient la vie devant eux et une foule de rêves à réaliser, mais leur existence a été tronquée sans rime ni raison.

Le 7 juillet dernier, les autorités de la République bolivarienne du Venezuela remettaient aux autorités cubaines le citoyen salvadorien Francisco Antonio Chavez Abarca, qui a avoué avoir posé des explosifs dans les installations touristiques de notre pays et qui a recruté des terroristes centre-américains chargés de semer la terreur à Cuba. Chavez Abarca a reconnu que Posada Carriles, en complicité avec la Fondation nationale cubano-américaine, lui avait fourni les moyens, l’instruction et le financement nécessaires à l’exécution des actes criminels qui ont coûté la vie au citoyen italien Fabio di Celmo.

Monsieur le Président,

Tandis que des terroristes avoués jouissent d’une totale impunité aux Etats-Unis, cinq jeunes Cubains dont la mission consistait à éviter que des actes de terrorisme soient commis à Cuba et en territoire étasunien contre l’aviation civile et d’autres objectifs ont déjà purgé douze années de prison injuste et cruelle dans des geôles étasuniennes. Il est en votre pouvoir de mettre fin à cette injustice et de gracier ceux qui sont devenus des symboles du combat antiterrosite et des plus hautes valeurs de la condition humaine.

Monsieur le Président,

Vous qui avez mérité le Prix Nobel de la Paix, permettez par vos actes que la paix s’installe dans les âmes des honnêtes familles cubaines qui ont un jour vu massacrer leurs êtres les plus chers.

Nous vous demandons de faire en sorte qu’à partir des preuves présentées contre le terroriste Posada Carriles, les autorités étasuniennes jugent et condamnent cet assassin, que le poids de la Loi retombe sur le véritable coupable de tant de crimes qui ont endeuillé notre peuple et d’autres nations sœurs. Si votre gouvernement  ne souhaite pas juger Posada Carriles pour terrorisme, permettez qu’il soit extradé au Venezuela, un pays pleinement en droit de le juger pour avoir fui la justice de cette nation.

Un enfant illustre du peuple étasunien, Martin Luther King, proclamait en 1963 : « J’ai un rêve ». Nous autres, familles des victimes du crime de la Barbade, avons aussi un rêve : voir le jour où justice sera faite contre les auteurs de ces abominables agissements terroristes. Lorsque ce jour viendra, n’en doutons pas : l’humanité se libérera du cauchemar de vivre dans un monde où un acte de terrorisme demeure impuni.

Nous réclamons justice!

Comité des familles des victimes de la destruction en vol de l’avion cubain à la Barbade
Granma

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article

commentaires