Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 07:30

arton4705.jpg

Le 20 décembre 1993 l’Assemblée Générale de l’ONU a adopté une résolution proclamant le 3 mai Jour Mondial de la Liberté de la Presse dans le but de renforcer l’exercice d’un des droits fondamentaux des individus et de la société : celui d’être informé sur la base de la vérité, opportunément et avec objectivité.

La date a pour fondement la Déclaration de Windhoek promulguée en 1991 dans la capitale de la Namibie qui venait alors d’accéder à l’indépendance afin de promouvoir dans le continent africain une presse pluraliste et démocratique.

Quand on parle de liberté de la presse, on parle d’un privilège qui englobe toute la société, les médias, les communicateurs et journalistes, mais aussi l’homme de la rue qui ne doit plus être vu comme un simple consommateur ou objet de l’information mais comme un protagoniste, comme un facteur à même d’influer, pas seulement sur l’émetteur mais aussi sur le contenu même qui est mis à sa disposition.

C’est donner à la personne la possibilité de renvoyer le message, enrichi avec son propre point de vue, son expérience et ses attentes.

De tels objectifs ne sont pas cependant faciles à atteindre dans un monde dominé par un mode de pensée hégémonique basé sur le système capitaliste dans lequel tout est censé devenir une marchandise et dans lequel la règle d’or des relations entre les personnes est celle qui stipule que celui qui possède l’or, est celui qui détermine les règles et où la force du pouvoir économique est plus importante que la force du droit ou de la justice.

Dans ce panorama, la liberté de la presse se traduit littéralement par liberté d’entreprise et nous ne parlons pas précisément de n’importe quel type de liberté.

Rappelons qu’à cause du phénomène de la concentration des moyens de production, de gigantesques corporations transnationales de l’information qui tiennent à ce qu’on leur permette d’agir dans une anarchie totale, sans réglementations légales, sans respecter aucun principe de cohabitation, comme si elles se trouvaient au-dessus de tout et de tous.

Elles oublient qu’il n’existe aucun droit absolu, car toutes les relations sociales civilisées sont basées sur l’équilibre entre les libertés et les responsabilités dans le but fondamental d’atteindre le bien commun.

Grâce à son grand pouvoir économique et technologique, elles organisent des campagnes contre des gouvernements et des peuples qui ne sont pas de leur gré ou intérêt ; elles changent le cours des événements, transforment des voyous en héros ; « blanchissent des histoires criminelles » , inventent des guerres et des conflits et cachent des actes abominables. Les exemples sur le fonctionnement de cette machine sont nombreux, surtout dans la dernière décennie, à partir des attentats du 11 septembre sur lesquels on ne nous a pas encore tout dit.

La vérité, ce principe qui devrait être la matière première fondamentale de toute information, reste ensevelie sous des tonnes de papier, de bandes ou de mégabits sans aucune valeur pratique.

Pour nous, les journalistes qui continuons à aimer notre profession comme un moyen de rapprocher les hommes les uns des autres ; qui insistons sur le principe de notre Héros National José Marti : être cultivés pour être libres – c’est-à-dire, avoir une vision intégrale et objective du monde réel- est la seule façon d’être libres, le 3 mai est un jour de fête et de combat.

Un jour de fête car nous célébrons la liberté conscients de notre responsabilité sociale. Un jour de combat, car nous faisons toujours face aux ennemis de l’humanité, ceux qui désinforment, qui mentent ou gardent un silence complice qui est une autre façon de mentir.

 RHC

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans monde
commenter cet article

commentaires