Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 07:31

ceremonie-investiture-obama.jpg

Aucune cérémonie de célébration n’est prévue à l’occasion du premier anniversaire de la Présidence de Barack Obama à la tête des Etats-Unis, et de nombreux arguments l’expliquent. Obama est devenu le premier président noir de la nation la plus puissante au monde, après une campagne électorale novatrice dont le mot d’ordre était le changement. A sa victoire des élections, sa popularité allait au delà de 68% de la population étasunienne.

Un an plus tard, la célèbre agence de sondage Gallup rapporte que celui-ci a perdu 20 points et que sa popularité s’élève désormais à près de 50%, sa plus faible cote depuis qu’il a pris les commandes de la Maison Blanche. Le même sondage affirme qu’Obama serait sur le point de perdre la majorité au Congrès "étant donnée la vitesse à laquelle il a déjà perdu sa popularité".

 

“Yes, WE CAN”

Obama2008YesWeCan.jpgOui, nous pouvons. c’était le leitmotiv de l’enthousiaste Barack Obama dont les discours promettaient de profond changements dans la politique intérieure comme extérieure des Etats Unis. Son discours de Chicago fut en cela emblématique. 100 000 personnes se rassemblèrent dans les rues pour l’accompagner, et des millions l’écoutèrent au travers des médias audiovisuels.

"Même si nous sommes ici ce soir, nous savons qu’à cette heure, nos valeureux soldats se réveillent dans les déserts d’Irak et les montagne d’Afghanistan et jouent leur vie pour nous".

Au cours de sa campagne, Obama avait promis de retirer les troupes étasuniennes d’Irak dans un délai de 16 mois, et de réviser ses positions vis-à-vis du moyen Orient.

Ni l’une ni l’autre de ces promesses n’est aujourd’hui réalisée. Les troupes sont toujours en Irak. 30 000 nouveaux soldats ont été envoyés en Afghanistan sous la pression du général Stanley McChrystal, chargé de la mission militaire étasunienne dans ce pays.

Obama avait annoncé qu’il réévaluerait sa stratégie pour l’Afghanistan et qu’il n’enverrait pas de nouvelles troupes. McCrystal prit les devants et annoncé la nécessité de 30000 soldats supplémentaires dans la région.

Le président étasunien a ainsi reçu le premier "rappel à l’ordre" des représentants du Pentagone. Au bout du compte, la position du Haut Commandement Militaire et de la commission des Affaires Militaires de la Chambre des Représentants s’imposa.

images.jpg"Les temps sont venus pour nous de donner du travail à notre peuple, restaurer la prospérité économique et défendre la cause de la paix. pour retrouver lerêve américain et redonner sens à cette vérité fondamentale, qui est que tous ensemble nous ne formons qu’un. Tant que nous respirerons nous auront de l’espérance. Et là où nous trouverons le scepticisme et les doutes de ceux qui disent que nous ne pouvons rien faire, nous répondrons par ce crédo éternel qui résume l’esprit dun peuple : oui, nous pouvons. Merci. Que Dieu vous bénisse. Et que Dieu bénisse les Etats Unis d’Amérique" déclara Obama lors de son allocution de victoire.

 

La réalité est très éloignée de ce qui était annoncé. Le taux de chômage des Etats Unis est 2009-12-08T154856Z_01_APAE5B717XM00_RTROPTP_3_OFRWR-USA-PAU.JPGactuellement d’un peu plus de 10%, le plus élevé depuis la Grande Récession de 1929. Des milliers de personnes ont perdu leurs logements dans les arrières-cours d’une crise financière sans précédent.

Plus de 400 banques ont fait l’objet d’intervention de l’Etat pour empêcher leur faillite, et non pas pour défendre les intérêts des épargnants, mais bien celui du patrimoine et des grands banquiers. Pour remettre à flot le "système financier", un plan de relance économique d’un montant 787 milliards de dollars a été approuvé. Un fond d’aide hypothécaire de 75 milliards a également été crée pour empêche les pertes de logements.

Mais les plans se sont révélés sans conséquence réelle. l’économie reste chancelante, des millions de personnes ont perdu leur maisons et leurs biens immobiliers.

Le candidat Obama avait promis la fermeture de la prison de Guantanamo pour le mois de janvier 2010. Le temps est aujourd’hui écoulé, Obama a répondu qu’il n’avait pas de date exacte pour exécuter la demande de la communauté internationale de fermer ce "centre de torture".

Revers électoral

Les républicains ont obtenu une importante victoire sur la majorité démocrate contestée qui appuie Obama, en gagnant les élections dans les Etats de New Jersey et de Virginie, première élections (partielles) ayant lieu depuis son accession au pouvoir.

En Virginie, les républicains ont obtenu les charges de gouverneur et de procureur général. A New York, un candidat indépendant s’est imposé devant le candidat démocrate. Hier, le parti démocrate a joué sa majorité au Sénat, au Massachussetts, pour les élections spéciales désignant le successeur de Ted Kennedy, décédé lors de son mandat. De ce résultat dépend la majorité des 60 votes dont les démocrates ont besoin pour mener leurs réformes et neutraliser les manœuvres dilatoires des républicains. La perte de cette majorité au Sénat, surviendra si le vainqueur est le républicain Scott Brown, qui affronte la démocrate Martha Coakley.

Ni plus ni moins en sécurité

Malgré le renforcement de ses politiques bellicistes, le Prix Nobel de la Paix na pas obtenu une confiance plus grande de la part de ses concitoyens en matière de sécurité. Un sondage réalisé par la chaine privée CBS a révélé ce lundi que 41% de la population ne se trouve ni plus ni moins en sécurité, avec les politiques anti-terroristes d’Obama.

 

Le prix qui a crée une contestation mondiale

nobel.jpgL’attribution du prix Nobel de la Paix à Barack Obama fut une décision perçue négativement dans le monde entier et qui a été critiquée par une large part de la communauté internationale. Personne ne peut comprendre comment un président en pleine guerre, a pu recevoir un tel prix.

Quelques jours plus tôt, il avait annoncé l’envoie de troupes supplémentaires en Afghanistan. La signature d’un traité d’assistance et de coopération pour la sécurité et la défense avec la Colombie, qui permet l’utilisation des installations militaires de ce pays par des troupes étasuniennes, a été également largement critiquée par les pays d’Amérique Latine.

La présence militaire des Etats-Unis en Colombie ne donne qu’une issue belliciste au conflit et créera d’autant plus de violence. Ce qui signifie également une menace pour l’équilibre de la stabilité régionale, comme l’ont signalé James Petras, Eva Golinger ainsi que d’autres analystes connus.

Aucun changement

Selon le sondage déjà cité de CBS, le peuple étasunien tendrait à penser que les plus grands efforts d’Obama ont été dirigés à "sauver" les grandes banques et non la population elle-même et les masses ayant perdu leur logement et leur emploi, qui perdent tous les jours un peu plus de leur pouvoir d’achat et de leur niveau de vie, comme l’explique ce même sondage.

Le président étasunien assume désormais le "défi d’Haiti" pays dévasté par un puissant séisme. La communauté internationale montre son désaccord face à l’attitude des troupes américaines qui ont pris le contrôle militaire de ce qui reste du pays et empêchent le travail de sauvetage et de distribution de l’aide humanitaire à la population.

T/Modaira Rubio F/Archivo CO

Traduction : Grégoire Souchay pour : http://www.larevolucionvive.org.ve/

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans L'Empire
commenter cet article

commentaires