Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 12:58

raul-castro-asamblea-nacional-ismael-francisco-3-580x410.jpg

Raúl Castro y José Ramón Machado Ventura, en la Asamblea Nacional del Poder Popular, de Cuba, el 1 de agosto de 2011. Foto: Ismael Francisco

Par Reynaldo Henquen

La Havane, 2 août (AIN/RHC) – Le Président cubain Raul Castro a réaffirmé ce lundi que sans changement de mentalité les transformations nécessaires pour parvenir au caractère soutenable et irréversible du Socialisme, ne pourront pas être entreprises, raison pour laquelle il a critiqué l’immobilisme, l’indifférence et l’insensibilité de certains dirigeants.


 Prononçant le discours de clôture de la session d’été de l’Assemblée Nationale de Cuba, Raúl Castro qui est également le Premier Secrétaire du Parti Communiste de Cuba, a souligné que cette barrière psychologique pourrait être un obstacle pour l’application des décisions prises au 6e Congrès du PCC.


« Nous serons patients et à la fois persévérants face à la résistance au changement, qu’elle soit consciente ou inconsciente –a dit Raúl Castro aux députés.


Le Président cubain s’est référé à un déplorable incident causé par des erreurs dans la politique de cadres qui ont provoqué le remplacement injuste d’une dirigeante parce qu’elle avait des croyances religieuses.


Il a indiqué que cela constitue une violation flagrante des droits citoyens et de ce que stipule l’article 42 de la Constitution de la République, à savoir, que la discrimination pour des motifs de race, de couleur de la peau, de sexe, d’origine nationale, de croyances religieuses ou tout autre motif portant atteinte à la dignité humaine, est interdite et punie par la loi.


Il a ajouté :

“A quoi nous servent cette expérience amère et le tort causé à une famille cubaine par des attitudes basées sur une mentalité archaïque ; alimentée par la simulation et l’opportunisme ? J’ai signalé à plusieurs reprises que notre pire ennemi n’est pas l’impérialisme et moins encore les individus à sa solde dans notre Patrie, mais nos propres erreurs et que, si celles-ci sont analysées avec profondeur et honnêteté, elles deviendront des leçons nous empêchant de les commettre de nouveau.  Par conséquent, il faut réviser, une bonne fois pour toutes, cette vision étroite et excluante et l’adapter à la réalité qui émane des décisions  du 4e Congrès qui s’est tenu en 1991 et qui ont modifié l’interprétation des statuts qui limitait l’adhésion à l’organisation des révolutionnaires croyants. Maintenant nous avons aussi les décisions prises au 6e Congrès du PCC.


C’est pourquoi je n’estime pas nécessaire de m’étendre là-dessus et je mets l’accent sur le fait que des attitudes comme celles qui ont été critiquées ici portent atteinte à notre arme principale pour renforcer l’indépendance et la souveraineté nationales, c’est-à-dire, à l’unité de nation.

Ce fait met en évidence, une fois de plus, que le plus grand obstacle auquel nous nous heurtons dans l’application des décisions  du 6e Congrès est la barrière psychologique dressée par l’inertie, l’immobilisme, la simulation ou la double morale, l’indifférence et l’insensibilité, barrière que nous sommes obligés de franchir avec constance et fermeté, en premier lieu, les dirigeants du Parti, de l’État et du gouvernement dans les différences instances nationales, provinciales et municipales ».


Dans la première partie de son intervention, le Président cubain s’est référé à la marche de l’économie de notre pays. Il a relevé :


“L’économie a connu une croissance de 1,9% para rapport à la même période de 2010 et l’on espère terminer cette année avec une croissance de 2,9% du PIB.


Bien que les résultats soient positifs en général, il existe encore des cas de non respect des plans dans l’agriculture et dans l’industrie alimentaire, l’industrie sidérurgique, l’industrie légère et dans celle des matériaux de construction, à cause du manque de planification et d’intégralité dans la direction de ces branches de l’économie.


Malgré les insuffisances qui existent encore, l’on peut indiquer que l’efficacité énergétique de l’économie nationale s’est améliorée ; la production de brut a augmenté et bien que celle de gaz qui l’accompagne ait légèrement baissé, l’on estime que le plan de production de cette année sera atteint.  


On a d’autre part arrêté la détérioration de la production de sucre ;  une augmentation importante de l’arrivée de touristes étrangers a été enregistrée ; des résultats supérieurs ont été obtenus dans divers secteurs ; l’on a réussi à maintenir un équilibre monétaire interne adéquat et un rapport favorable de la productivité et du salaire moyen est maintenu.


 Ces réalités nous obligent à accélérer le perfectionnement du travail de direction des organismes et d’autres institutions, à élever le niveau de formation des dirigeants pour transformer en réalité les Grandes Lignes de la Politique Economique et Sociale du PCC et de la Révolution et pour renforcer le rôle de la comptabilité et du contrôle interne en tant qu’instruments irremplaçables de la gestion des entreprises et des contrats, des facteurs décisifs dans les interrelations des différents acteurs de la vie économique de la nation ».   


Le Président cubain a également signalé qu’il faut absolument rétablir la discipline financière dans l’économie et en finir avec la superficialité et la négligence qui caractérisent la gestion consistant à payer et à se faire payer dans le pays. En ce qui concerne les investissements, il a mis l’accent sur le fait que bien que des progrès aient été faits, il reste beaucoup à faire pour bannir l’improvisation et les grosses dépenses irrationnelles.   


Le Président du Conseil d’État et du Conseil des Ministres de notre pays a ajouté que les exportations ont augmenté et les importations ont baissé mais qu’une situation tendue persiste dans les finances.


“Nous persisterons sur le chemin du rétablissement de la crédibilité  de l’économie cubaine » –a-t-il indiqué- et il a fait savoir que le Conseil Élargi des Ministres a approuvé, en juillet dernier, les lignes générales pour l’élaboration du plan de l’année prochaine qui doit surmonter les insuffisances de l’économie nationale.


Raul Castro a relevé que les effets de la crise et de la hausse des prix des aliments annoncée par la FAO continueront à se faire sentir ; que les prix des combustibles et d’autres matières premières resteront élevés et que les restrictions pour obtenir de nouveaux financements subsisteront.


Raúl Castro s’est également référé au rôle de la Commission Permanente pour l’Application et le Développement des Grandes Lignes, qui conduira le modèle économique y compris le perfectionnement du gouvernement à tous les niveaux et qui élaborera les concepts économiques et intégraux de l’économie socialiste cubaine.   


Le Président du Conseil d’Etat et du Conseil des Ministres de notre pays a précisé dans la clôture de la session d’été de l’Assemblée Nationale, que cette commission ne remplace pas la responsabilité institutionnelle des organes et des entités   et que toutes les opinions sur un sujet ou une étude doivent être analysées et que, quand le consensus ne sera pas obtenu, elles seront soumises aux instances supérieures.


Raúl Castro a fait savoir que le Conseil des Ministres s’est prononcé pour l’assouplissement supplémentaire du travail à son compte et de son régime d’impôts ; pour la simplification du transfert des propriétés des logements et des véhicules et pour la réduction du prix du matériel destiné aux producteurs agricoles, entre autres questions.


Dans une autre partie de son intervention le camarade Raúl Castro a signalé que l’on avance dans l’abrogation de toute une série de mesures qui régulent la politique migratoire de notre pays et qui ont joué un rôle à un moment donné mais qui durent plus que nécessaire.


Il a rappelé que l’espoir d’améliorer le niveau de vie constitue le principal objectif de ceux qui émigrent, pas seulement de Cuba, mais aussi de tous les autres pays du monde, encouragés en plus par le vol éhonté de cerveaux dont sont victimes les pays du Tiers Monde.


« Nous ne pouvons pas oublier que nous sommes le seul pays de la planète dont les habitants se voient accorder le permis de séjour et de travail en territoire étasunien, sans besoin de visa, en vertu de la Loi criminelle de Rajustement cubain en vigueur depuis 1966 aux États-Unis » a souligné le Premier Secrétaire du PCC.


Toujours au sujet des changements qui seront introduits dans la politique migratoire cubaine, Raúl Castro a indiqué :


“Nous faisons ce pas comme un apport au renforcement des liens de la nation avec la communauté d’émigrants dont la composition a radicalement changé par rapport aux premières décennies de la Révolution durant lesquelles le gouvernement des Etats-Unis a donné protection aux criminels de la dictature de Batista, à des terroristes et à des traîtres de toute sorte et il a encouragé le départ de cadres professionnels pour saigner à blanc notre pays. Rappelons, pour ne mentionner qu’un exemple, que sur 6 000 médecins que nous avions au lendemain du triomphe de la Révolution, en 1959, la moitié -3000- sont partis pour l’étranger.


Aujourd’hui, la majorité écrasante des émigrants cubains quittent le pays pour des raisons économiques bien qu’une poignée d’entre eux se présentent comme de prétendues victimes d’une persécution politique pour obtenir des privilèges ou pour abandonner une mission ou un contrat. Ce qui est vrai c’est que presque tous les Cubains émigrés gardent l’amour envers la Patrie qui les a vus naître et éprouvent de la solidarité envers leurs compatriotes. 


Comme c’est logique, pour l’assouplissement de la politique migratoire, l’État révolutionnaire prendra en considération son droit légitime de se défendre des plans d’ingérence et de subversion du gouvernement des Etats-Unis et de ses alliés et l’assouplissement sera accompagné, en même temps de contre-mesures raisonnables pour préserver le capital humain créé par la Révolution du vol de talents auquel se livrent les puissants ».


Dans une autre partie de son discours, Raúl Castro a félicité le Président vénézuélien Hugo Chávez pour son récent anniversaire et exprimé sa certitude qu’il sortira vainqueur de cette nouvelle épreuve que lui a imposée la vie, faisant ainsi allusion au rétablissement de sa santé.

Raúl Castro a terminé son discours par des salutations aux 5 antiterroristes cubains prisonniers aux États-Unis et il leur a confirmé, une fois de plus, que le peuple ne cessera jamais de lutter pour leur libération. 


Ce lundi, l’Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire a décidé d’appuyer et d’approuver les Grandes Lignes de la Politique Économique et Sociale du PCC et de la Révolution Cubaine, adoptées au 6e Congrès de cette organisation et le rapport sur l’utilisation du budget de 2010 présenté par Lina Pedraza Rodríguez, ministre des Finances et des prix.


Un chronogramme de travail ayant pour but d’appliquer avant 2015 les plus de 300 Grandes Lignes approuvées au 6e Congrès du PCC sera présenté en septembre par la Commission chargée de conduire et de contrôler cette tâche a indiqué Marino Murillo, Vice-président du Conseil des Ministres et président de cette commission.

Source : RHC

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article

commentaires