Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 01:40

wikileaks_article.gif

Selon de récentes informations, le gouvernement des Etats-Unis est à la recherche de l’administrateur du site internet Wikileaks, l’Australien Julien Assange, pour l’arrêter à cause de la publication de dizaines de milliers de documents sur la guerre en Afghanistan. Ces documents mettent au grand jour des violations des droits de l’Homme ainsi que de graves irrégularités commises par les troupes d’occupation dans ce pays.

Selon le Pentagone, ces informations mettent en danger les soldats étasuniens et leurs alliés bien qu’il ne précise pas de quelle façon car, jusqu’à présent, le plus important de ces documents sont les abus contre la population civile afghane. Il faut dire à ce propos que beaucoup de morts ne sont pas rendues publiques et ne figurent donc pas dans les statistiques officielles.

Il y a aussi des données sur des forces spéciales ayant pour tâche de tuer ou arrêter des chefs talibans, ainsi que sur l’utilisation d’avions sans pilotes pour procéder à des bombardements visant, dans bien des cas, des objectifs manquant d’importance au point de vue militaire.

Évidemment, la gêne des autorités étasuniennes est due au fait que plus de 90 000 dossiers avec des données secrètes ont échappé à leur contrôle et ont été remis à ce site internet par un soldat appelé Bradley Manning, qui aurait réussi à accéder aux archives.

Auparavant, Wikileaks, avait éveillé la colère du Pentagone lorsqu’il a diffusé une vidéo où l’on peut voir comment, depuis un hélicoptère Apache on tire sur un groupe de civils y compris contre un reporter d’une agence de presse internationale et contre son assistant qui sont morts des blessures reçues.

Il est clair que la vidéo a seulement pu être filmée par quelqu’un qui était au bord de l’hélicoptère, bien que le commandement militaire ait mis en cause sa véracité et refusé d’ouvrir une enquête poussée.
Cette vidéo, rendue public en avril dernier et les célèbres
«cyberpapiers » du Pentagone » publiés trois mois après, démontrent que la réalité des agressions contre les peuples de l’Irak et de l’Afghanistan n’a rien à voir avec ce que l’on fait connaître au monde.

Rappelons que les Etats-Unis et leurs alliés maintiennent une censure draconienne sur les opérations militaires. On ne peut voir dans aucun journal ou station de radio des victimes d’aucune des deux parties. Une interdiction a même pesé pendant longtemps sur la publication de photos des cercueils des soldats étasuniens rapatriés.

La plupart des Étasuniens n’ont pas non plus eu accès aux images des mutilés souffrant des séquelles physiques et psychologiques que laissent les guerres.

Bien que le montant des sommes astronomiques assignées aux dépenses militaires soit du domaine public, on ne dit pas qu’une partie d’entre elles est destinée au soin des blessés et aux pensions des invalides.

Et, soudain, Wikileaks fait son apparition en révélant des détails gênants. Il est vrai que les données appartiennent fondamentalement à la période 2004-2009, correspondant à l’administration Bush fils, mais la colère a été éveillée chez ceux qui essayent de vendre l’image sans tâche d’une guerre assez sale.

IL est trop tôt pour savoir si les autorités étasuniennes réussiront à arrêter Julien Assange et ses collaborateurs qui pourraient bénéficier de la protection des lois de plusieurs pays européens qui donnent une forte protection aux sources d’information. Dans tous les cas, si elles arrivaient à l’arrêter, ils ne pourront jamais l’accuser de menteur. L’enfermeront-ils en prison pour le grave délit d’avoir diffusé la vérité ?.

 Source : RHC

 


Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans L'Empire
commenter cet article

commentaires