Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 21:51

images-copie-1.jpg

Lire ou relire : Un enfant français soigné par des médecins cubains (MinRex)

 

CENTRE INTERNATIONAL DE RESTAURATION NEUROLOGIQUE

ciren.gif• Le CIREN développe et exporte des logiciels de pointe pour perfectionner la chirurgie au niveau du noyau sous thalamus • Il ne s’agit pas d’une opération, mais d’un traitement pluridisciplinaire qui a donné de bons résultats • Des expériences sont également menées avec des cellules souches


Joaquin Rivery Tur


JE ne suis probablement pas le seul à avoir été surpris. Le Centre international de restauration neurologique (CIREN) livre un combat acharné contre la maladie de Parkinson en s’appuyant sur une technologie de pointe. D’autres affections neurologiques y sont également traitées en dépit des difficultés économiques que connaît actuellement le pays.


Nous avons rencontré le Dr Mario Alvarez, responsable de la Clinique des troubles du mouvement et des maladies dégénératives, qui a expliqué que Cuba fabrique des logiciels très complexes et de haute qualité, mis au point par les spécialistes de cette institution de santé, qui ont perfectionné la chirurgie fonctionnelle et sont exportés vers plusieurs pays.

Un de ces logiciels permet d’obtenir des images qui facilitent le planning chirurgical pour atteindre les zones profondes du cerveau, et un autre permet d’effectuer des observations concrètes de l’activité interne du système nerveux central et de localiser une lésion de la masse encéphalique.


Ainsi, l’opération, le traitement et les recherches sur la maladie de Parkinson et d’autres troubles du mouvement sont réalisés par des spécialistes en neurochirurgie, neurologie, psychologie, logopédie, et d’autres spécialités. Les équipes pluridisciplinaires du CIREN ont déjà traité plus de 28 000 patients, dont 8 000 étrangers qui ont fait l’éloge de la qualité du service.


« C’est comme la différence entre la nuit et le jour », a déclaré le patient Osvaldo Castro, opéré la veille de notre visite qui, assis sur le bord de son lit, nous a expliqué qu’avant d’entrer dans la salle d’opération il ne pouvait ni marcher, ni parler, ni mâcher.


Quant à Lazaro Arencibia, il souffrait d’une terrible torsion des bras, de tremblements, il ne pouvait pas ouvrir les yeux et avait perdu la voix. Nous l’avons trouvé souriant sur son lit au service de rééducation post-opératoire.


Rappelons que la maladie de Parkinson ne se guérit pas encore complètement, mais la sous-thalamotomie et d’autres techniques similaires peuvent contribuer à soulager les symptômes des patients à 95%, donc à améliorer la qualité de vie des personnes âgées de plus de 60 ans (dont le nombre croît d’environ 2% dans le monde).


Le CIREN est une institution unique en Amérique latine. En plus du Parkinson, ses spécialistes assurent le traitement d’autres


désordres du système nerveux comme différentes formes de démence, les ataxies (une affection génétique évolutive, due à l’atteinte de certaines cellules du système nerveux), les dystonies (maladie caractérisée par des contractions prolongées, involontaires des muscles d’une ou de plusieurs parties du corps, entraînant souvent une torsion ou une distorsion de cette partie du corps) et d’autres troubles neurologiques. Plusieurs types de chirurgie sont employés pour remédier à un excès d’activité des structures qui pourrait être à l’origine de perturbations des circuits cérébraux.


Depuis 1989, le CIREN a accumulé une expérience considérable depuis les premières greffes de neurones qui soulageaient dans une certaine mesure la maladie de Parkinson. Le travail se poursuit, et ses spécialistes tentent de percer les secrets du cerveau pour mettre leur savoir au service de l’homme.


UN TRAVAIL PLURIDISCIPLINAIRE


Le Dr Mario Alvarez insiste sur le travail des équipes pluridisciplinaires. Un bon neurochirurgien ne saurait remédier seul à une situation donnée, même si sa contribution est importante. Le Dr Alvarez souligne que l’équipe pluridisciplinaire du centre est parvenue à « consolider un ensemble de techniques de traitement régénératif en neurologie qui conjuguent plusieurs facteurs et basées sur le concept de la plasticité cérébrale pour une régénérescence organique et fonctionnelle de la partie endommagée. Ces techniques sont appliquées par des équipes de spécialistes hautement qualifiés dans les 6 cliniques (dont l’une est la Clinique consacrée à la maladie de Parkinson et aux troubles du mouvement), avec des prises en charge thérapeutiques spécialisées ».

Ce centre médical d’avant-garde dispose de deux programmes thérapeutiques uniques : le Programme de restauration neurologique et le Programme de restauration biologique générale (Rebioger).


On peut lire dans l’un des site Web du CIREN : « L’une de ses salles est spécialisée dans la technique chirurgicale de noyau sous thalamique, unilatéral ou bilatéral, une intervention à invasivité minimale qui présente l’avantage de maintenir le patient réveillé pendant l’opération. Celui-ci peut bouger et parler aux chirurgiens. Grâce à ce procédé, il est possible de localiser la zone exacte et de réaliser une exploration neurophysiologique (enregistrement par microélectrodes) de l’activité électrique cérébrale et d’avoir une meilleure visualisation de la cible chirurgicale.


Il nous a été permis de suivre les médecins pendant leur travail. Une patiente de la province cubaine de Villa Clara allait être opérée. Au-dessus de la patiente, le cadre stéréostatique (entièrement fabriqué par le CIREN et l’Institut des tests immunologiques). Il s’agissait de la chirurgie à invasivité minimale numéro 874 réalisée dans cette institution, à cette occasion dans la zone frontale du crâne. L’affichage des images sur des moniteurs dans le champ de vision du chirurgien permet de guider l’électrode dans les régions profondes du cerveau.

La patiente est réveillée, elle parle avec les chirurgiens, et l’opération du globe pâle (pallidotomie) visant éliminer une dyskinésie (une forme de dysfonctionnement du mouvement) est menée avec succès.


Le CIREN se caractérise par la rigueur des recherches biomédicales, depuis le niveau moléculaire jusqu’à la prise en charge clinique et pluridisciplinaire des patients atteints de la maladie de Parkinson. Le but étant la restauration organique et fonctionnelle du système nerveux endommagé.


Parce qu’il est essentiel de communiquer clairement qu’aussi bien le Parkinson que l’Alzheimer et d’autres troubles de ce genre sont des maladies neurologiques dégénératives qui touchent le plus souvent des personnes âgées, mais peuvent aussi affecter des sujets plus jeunes.


Au service de rééducation du CIREN, j’ai pu m’entretenir avec deux Vénézuéliens. L’un d’entre eux, Moisés Guedes, s’est dit très reconnaissant envers les spécialistes du CIREN. Il en était à son deuxième séjour et il m’expliquait que ses tremblements des bras et ses problèmes d’élocution s’étaient tellement atténués en 2009 qu’il avait repris son travail, mais que les médecins lui avaient suggéré de revenir pour une nouvelle séance de rééducation.

Sur le tapis de marche de rééducation, deux autres patients s’attelaient à leurs exercices. Une jeune fille faisait des exercices aux barres parallèles.


Ce centre est doté de tout le matériel nécessaire à la rééducation neurologique. Il dispose d’un gymnase pour adultes, des aires de physiothérapie et de mise en forme générale, un espace de mobilisation et de massage, un box d’entraînement fonctionnel, une unité de langage et de neuropsychologie, une aire de médecine holistique, une salle d’ozonothérapie et d’infirmerie, une piste lisse d’argile et une autre irrégulière pour la rééducation de la marche, un gymnase pour enfants, une salle de rééducation physique, une unité de rééducation neuropsychologique et logopédique pédiatrique.


CLINIQUES ET RECHERCHES SCIENTIFIQUES


Le CIREN possède également plusieurs cliniques de pédiatrie : neurologique, médullo-rachidienne, de neurochirurgie et des lésions statiques encéphaliques. Cette dernière, connue comme Rebioger, est destinée aux patients qui ne souffrent d’aucune des maladies mentionnées mais doivent se soumettre à une restauration biologique générale pour retrouver l’énergie nécessaire pour optimiser leur santé. La prise en charge est basée sur la prévention.

À l’heure actuelle, le CIREN mène des travaux de recherche de base et pré-cliniques qui comportent des études sur les troubles du mouvement pour améliorer la protection cellulaire neurologique, la transmission neurologique, la modulation neurologique, et la toxicité et les expériences in vitro.


Ses spécialistes font des expériences sur des animaux de laboratoire, notamment des rongeurs et des singes.

Le centre a commencé à appliquer le traitement chirurgical d’un groupe d’épilepsies réfractaires (qui ne peuvent être contrôlées à l’aide de médicaments).

Le Dr Mario Alvarez a expliqué qu’une équipe de spécialistes effectue des recherches dans l’application des cellules souches dans les cas d’infarctus cérébraux, et qu’une autre étudie le traitement des épilepsies réfractaires. Des travaux sont également menés concernant l’ataxie (troubles de la statique et de la marche), et les spécialistes du CIREN ont mis au point un système très efficace basé sur la rééducation.

 

Le fait que le Centre ait confectionné un guide clinique basé sur l’évidence clinique dans n’importe quel endroit de la planète pour le traitement des patients atteints de la maladie de Parkinson, ce qui lui permet d’offrir des services de haut standard à l’échelle mondiale, constitue un autre motif de fierté de cet institut.
 

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 09:03

hsvyzvbhoh.jpgLa CIA, l’agence américaine de renseignement, rend public des documents concernant le débarquement de la baie des Cochons. Et le journal floridien, le Miami Herald révèle des détails encore inédits de cette expédition menée par des anticastristes à Cuba avec le soutien des Américains. Un débarquement qui a eu lieu il y a 50 ans précisément, en avril 1961. Le quotidien dévoile que « les documents rendus publics récemment par la CIA montrent la confusion, l’impréparation et les changements de dernière minute de cette mission ».

Première information : si la majeure partie des membres de cette opération étaient bien des exilés cubains qui voulaient renverser Fidel Castro, des membres de la CIA ont participé eux-aussi à l’assaut raté contre le gouvernement de l’île communiste. « Du matériel américain a aussi été utilisé », affirme un historien de la CIA interrogé par le journal. Des avions de l’armée américaine ont été maquillés aux couleurs cubaines. « Mais on voyait les bandes typiques de l’aviation américaine », se souvient un parachutiste. L’homme confie entre autre que leur groupe a essuyé des tirs amis et qu’au moins un combattant n’a pas été tué par l’armée adverse, preuve de la mauvaise organisation de l’opération.

« Les archives, jusque-là restées secrètes, ont pu être déclassifiées à l’occasion du 50ème anniversaire de l’invasion », précise le Miami Herald. L’opération, autorisée par le président américain de l’époque, John Fitzgerald Kennedy, avait été un fiasco. « 114 hommes avaient été tués en 72 heures et plus d’un millier capturés par les forces castristes », rappelle le Miami Herald. Elle avait surtout fait du tort à la crédibilité américaine qui s’était ensuite engagée à ne plus attaquer militairement l’île communiste.

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 10:04
Lire ou relire : Valentin va se faire soigner… à Cuba
arton14382-6242e.jpgValentin à l’aéroport d’Orly (France) avant son départ pour Cuba, le 7 août 2011 (photo prise par sa mère)


FRANCE, 10 Août 2011 - Pour le deuxième fois consécutive, le Centre de Réparation Neurologique de Cuba (Centro de Restauración Neurológica de Cuba - CIREN), accueille le jeune français Valentin Cagno, qui souffre d’une maladie affectant le moteur cérébral.

L’année dernière, avec l’appui de l’Ambassade de Cuba en France, la compagnie d’aviation Cubana de Aviacion et le Ministère de la Santé Public de Cuba, ont organisé le transfert et le séjour de l’enfant au CIREN.

A cette occasion, Valentin poursuivra le traitement sur l’île. "Il s’agit d’un traitement personnalisé caractéristique de la médecine cubaine" a déclaré sa mère Maria Goreti au quotidien français Le Parisien avant son départ.

Elle a affirmé que l’enfant était "très motivé" eu égard aux "progrès extraordinaires obtenus grâce aux soins des médecins cubains."

S’assoir, indiquer la position de 4 points et dessiner un cercle pour la première de sa vie ont été les premiers résultats obtenus lors de son premier traitement.

Valentin Cagno est né il y a 11 ans avec de graves complications qui ont provoqué de graves handicaps cérébraux et moteurs. Tout au long de sa vie il a été traité dans de nombreux établissements de santé français qui ont diagnostiqué un cas désespéré incurable. Les parents ont rejeté le diagnostique et ont décidé de faire appel aux CIREN, une des institutions de traitements neurologiques les plus prestigieux au monde, dont le siège est à Cuba.

La commission médicale du centre qui est situé à l’ouest de la Havane, a examiné le dossier clinique du patient et a déterminé qu’il existait la possibilité d’une amélioration substantielle de la qualité de vie pour Valentin, malgré ses capacités mentales qui correspondent à celles d’un bébé de 16 mois.

(Cubaminrex-Embacuba Francia)

http://www.cubaminrex.cu/Actualidad/2011/Agosto/ninno.html

(Traduction à la volée par Le Grand Soir)

URL de cet article 14382
http://www.legrandsoir.info/un-enfant-francais-soigne-par-des-medecins-cubains-minrex.html
Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 18:25

1-comandante-en-jefe-2006-580x326.jpg

Comandante en Jefe. 2006 Foto: Roberto Chile

A suivre sur Cubavision ou Radio Havana Cuba

Des artistes de 9 pays prendront part à la Sérénade de la Fidélité »

La Havane, 11 août, (RHC)- 22 artistes de 9 pays prendront part ce vendredi soir à la « Sérénade de la Fidélité », convoquée par la Fondation Guayasamín, au théâtre Karl Marx de la Havane pour saluer l’empreinte politique et intellectuelle du leader historique de la Révolution Cubaine, Fidel Castro, qui fêtera samedi son 85e anniversaire. La sérénade mettra également l’accent sur les acquis et les luttes du peuple cubain.


 Au cours d’une conférence de presse à la Maison de l’ALBA Culturelle, Pablo Guayasamín, le fils du peinte d’ibéro-latino-amérique  Oswaldo Guayasamín,  a signalé que la sérénade mettra en relief, avec affection et admiration, la taille d’une figure essentielle dans la pensée révolutionnaire latino-américaine et mondiale.


Pablo Guayasamín qui est également président de la fondation qui porte le nom de son père,  a mis l’accent sur les liens étroits d’amitié qui unissaient  son père et Fidel Castro. Il a ajouté :


“Nous transformons de nouveau en réalité les rêves  de la Fondation Guayasamín. Les chanteurs de l’Amérique Latine et du monde voudraient tous être ici pour célébrer le 85e anniversaire d’un des hommes qu’a donnés le 20e siècle et maintenant le 21e siècle. Ce camarade s’appelle Fidel Castro.


Les intellectuels, les hommes sensibles à tout ce qui entoure notre Amérique, à nos besoins, nos angoisses, nos douleurs ont trouvé dans le Commandant, en cet homme, une partie de la raison de leurs vies, Nous allons continuer à célébrer ses anniversaires, le 90e, le 95e ,  le centenaire, pour que Fidel soit toujours nôtre en raison de la sincérité, de la solidarité, de l’engagement envers les peuples, envers les démunis de la terre dont il fait preuve depuis le triomphe de son processus révolutionnaire dans la Sierra Maestra.


Pour sa part, Alfredo Vera, coordonnateur de la rencontre et chargé des questions internationales de cette entité équatorienne, a signalé :


“Ce qui intéresse c’est l’esprit qui anime cette célébration. C’est un esprit hérité d’Oswaldo Guayasamín. C’est une coïncidence car le 10 août 1988 il y avait une passation de pouvoirs en Équateur à laquelle a assisté le Commandant Fidel Castro. Quand il est arrivé et quand nous avons appris que son anniversaire était le 13, Oswaldo Guayasamín a invité peu de personnes, le 12, et lui a fait faire un gâteau d’anniversaire au chocolat. Il a obligé Fidel Castro à être l’acteur principal d’une festivité.


Après nous avons célébré le 70e anniversaire, le 80e c’est quand le Commandant est tombé malade et c’est pourquoi nous n’avons pas plus attendu et nous sommes venus fêter le 85e anniversaire de Fidel Castro  maintenant qu’il a une si bonne santé ; qu’il veille à la santé du Commandant Hugo Chávez, président du Venezuela et c’est le moment de lui dire de nouveau, joyeux anniversaire Commandant ».


De son côté, le chanteur uruguayen Daniel Viglieti, une des principales figures de la chanson populaire latino-américaine, a indiqué que ce sera une sérénade de grand envergure car celui qui fait l’objet de l’hommage est une figure historique et sa pensée continuera à traverser de siècles, car c’est la pensée d’un révolutionnaire conséquent qui a laissé son empreinte dans la conscience latino-américaine.

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 08:03

alan-gross.jpeg

Par Redacción AHORA / redaccion@ahora.cu / Mercredi, 10 Août 2011 11:43

La salle des délits contre la Sécurité de l’État du Tribunal suprême populaire a émis une résolution définitive dans laquelle elle rejette l’appel interjeté par le ressortissant étasunien Alan Phillip Gross et son avocate contre la sentence dictée par le Tribunal provincial de La Havane.

Gross avait été déclaré coupable du délit d’actes contre l’indépendance ou l’intégrité de l’État, et sanctionné à 15 ans de privation de liberté, au terme d’un procès oral et public, tenu le 4 mars dernier, dans lequel il a été démontré qu’il a introduit à Cuba, de façon illégale, du matériel de télécommunications dans le but de créer des réseaux internes dans le cadre d’un programme du gouvernement des États-Unis destiné à promouvoir des actes de déstabilisation dans le pays et à subvertir l’ordre constitutionnel cubain.

La sentence du Tribunal suprême rejette de manière argumentée les éléments de non-conformité présentés par l’accusé et son avocate contre la décision de l’instance provinciale. Ceux-ci ont eu la possibilité d’exposer de façon directe devant les juges saisis de l’affaire, lors de l’audience publique qui lui a été accordée à cet effet par le principal organe judiciaire du pays, le 22 juillet dernier.

Au cours du procès, Alan Gross a disposé de toutes les garanties sur le droit à un procès judiciaire équitable prévues par la Constitution, les lois cubaines et les instruments internationaux relatifs à ce sujet. Dans ce sens, il a reçu le traitement digne et humanitaire approprié. Alan Gross l’a lui-même reconnu expressément et publiquement à plusieurs reprises.

Dans le cadre de ces garanties et de ces droits, il a pu bénéficier du contact systématique avec sa famille et d’un accès régulier à l’assistance des fonctionnaires consulaires du Bureau des Intérêts des États-Unis dans notre pays.

Tiré de Granma International

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 21:20

cesen.jpg

Par Reynaldo Henquen

La Havane, 8 août, (RHC-PL).- Le professeur français Salim Lamrani présentera prochainement dans son pays un livre dans lequel il analyse les sanctions politiques, économiques et commerciales des Etats-Unis contre Cuba.

« Etat de siège ; les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba, une perspective historique et juridique » est le titre du livre dont l’édition française sera présentée au siège du quotidien « L’Humanité », en septembre prochain.

Le premier chapitre fait un parcours dans les relations bilatérales depuis les sanctions de 1960 jusqu’à l’actuelle administration de Barack Obama.

Le livre aborde également l’impact du blocus sur la santé publique cubaine, le caractère extraterritorial des mesures et l’opposition de la société étasunienne au maintient de la politique hostile à Cuba.   

Salim Lamrani, journaliste et professeur des universités Paris-Descartes et Paris-Est Marne-la Valleé, a exposé que les relations Etats-Unis-Cuba ne peuvent pas être expliquées à partir de la guerre froide, bien que ce soit là la rhétorique politique utilisée par Washington depuis 1959 jusqu’à 1989.

« Cependant, avec l’effondrement de l’ancienne Union Soviétique l’on assiste à une recrudescence de l’affrontement avec les Lois Torricelli et Helms-Burton, ce qui laisse sans effet les motivations publiques du gouvernement étasunien » -a-t-il relevé-.

L’auteur a cité un mémorandum sur lequel le secret a été levé et qui appartient au Conseil de Sécurité Nationale, daté du 23 décembre 1958 qui cite les propos d’Allan Dulles, alors directeur de la CIA qui a indiqué : nous devons empêcher la victoire de Castro ».  

Une analyse des nationalisations des premières années de la Révolution Cubaine, à la lumière du droit international, montre une façon légale d’agir qui a été acceptée par les autres pays affectés y compris européens. Seuls les Etats-Unis ont exigé des indemnités « effectives, adéquates et rapides » a signalé Salim Lamrani.

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 20:59

diane-nyad-al-momento-de-emprender-su-aventura-entre-cuba-y.jpg

 

Ce que ne dit pas cet article ci dessous, c'est que Diana Nyad a dit qu'elle souhaitait , par cette tentative, rappocher ces deux pays, et qu'elle adorait Cuba.... faut-il s'en étonner ?..

 

 

Une Américaine de 61 ans s'est mise à l'eau pour tenter de traverser à la nage les 166 km séparant Cuba de Key West, en Floride. Si elle y parvient, elle établira un nouveau record du monde. Partie dimanche à la tombée du jour de la Marina Hemingway, dans la banlieue ouest de La Havane, Diana Nyad espère rejoindre les Etats-Unis au bout d'une soixantaine d'heures.

A 08h30 locales ce lundi matin (14h30 à Paris), la chaîne de télévision CNN indiquait que la nageuse se trouvait à 21 km du littoral cubain, toujours dans la première phase d'une éreintante traversée. Le reportage de CNN réalisé en direct d'un des bateaux l'accompagnant la montrait en train de nager dans des eaux calmes, tout près d'un kayak spécialement équipé pour projeter un champ magnétique afin d'éloigner les requins.

L'Américaine avait déjà tenté la traversée en 1978 avant d'échouer devant la force du vent et des vagues. Ce parcours avait été réalisé avec succès en mai 1997 par l'Australienne Susan Maroney. La différence est ici que Diana Nyad fait la traversée sans cage contre les requins, alors que le détroit de Floride en est infesté. Elle s'arrêtera toutes les heures pour boire et manger, mais les règles établies pour ce record du monde l'empêchent de toucher les bateaux qui l'escortent. Diana Nyad veut ainsi aider les gens de son âge ou même plus âgés à comprendre qu'ils peuvent réaliser encore beaucoup de choses. Elle entend aussi contribuer à améliorer les relations entre les Etats-Unis et l'île communiste.

Source

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 07:56

habanastation78-580x386.jpg

habanastation2-580x395.jpg

Habanastation

Par Cecilia Crespo / redaccion@ahora.cu

Après une brillante carrière comme documentaliste, le jeune cinéaste Ian Padrón a tourné son premier long-métrage de fiction, Habanastation, apte pour tous les âges et interprété par des enfants de la compagnie de théâtre infantile La Colmenita.

 

L´histoire aborde un passage de la vie de deux enfants qui étudient dans la même salle de classe d´une école de La Havane et passent un 1er mai ensemble.

La trame est soutenue par des enfants accompagnés par des acteurs reconnus de la scène cubaine comme Luis Alberto García, Blanca Rosa Blanco, Claudia Alvariño, Miriam Socarrás, René de la Cruz Ortíz, Omar Franco, Pedro Fernández, Herón Vega, Rigoberto Ferrera et Raúl Pomares.

La direction de la photographie est d´Alejandro Pérez, l’édition de José Lemuel, la musique de René Baños et de la production de Noel Álvarez. Le scénario est du réalisateur avec la collaboration de Felipe Espinet.

Comment est apparue l´idée de l´argument et, ensuite, le scénario ?

En 2000, lors d’une convocation de l´ICAIC (Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Cinématographique) pour faire trois courts-métrages qui seraient unis pour faire un long-métrage, j´ai présenté cette histoire, mais elle n´a pas été choisie. De cette convocation est sorti Tres veces dos. Un an après, la productrice Vilma Montesinos, de l´ICRT (Institut Cubain de Radio et de Télévision), m´a convoquée pour qu’Habanastation soit la première production audio-visuelle de La Colmenita. J´ai alors appelé le scénariste Felipe Espinet et nous sommes ici.

Sur quoi t’es-tu inspiré fondamentalement ?

Durant mon enfance j’avais un ami qui vivait dans un quartier du Vedado appelé La Timba. Ses expériences étaient très différentes des miennes car je vivais dans un secteur plus aisé et moins bruyant. Je me suis inspiré de sa vie pour créer cette histoire.

Le film est-il autobiographique ?

Mon père est un artiste reconnu et il voyageait beaucoup. J´ai toujours voulu avoir un ATARI ou un PLAYSTATION et je ne l´ai jamais eu. À l´école nous paraissions tous égaux pour l´uniforme, mais nous étions très différents. J´ai toujours senti qui il y a beaucoup de Cuba dans Cuba.

Quelles différences fondamentales établis-tu entre ce film et tes propositions précédentes ?

Ce film est mon opéra prima quant au long-métrage. Je suis heureux d´être arrivé à la fin. Il n´y a pas de différences de base avec les travaux que j´ai réalisé avant. Le travaille toujours pour le public cubain, pour l’émouvoir et le faire rire.

Que préfères-tu, les documentaires ou les films de fiction ?

Les deux domaines sont très difficiles, mais c’est beaucoup plus difficile d´obtenir un bon documentaire long-métrage. Une fiction dépend de 60 pour cent du scénario et si celui-ci est bien travaillé, l´aventure est dure, mais divertissante.

Viva Cuba et La edad de la peseta sont des antécédents du cinéma interprété par des enfants à Cuba. Quelles sont les principales différences entre Habanastation et ces films ?

Comme je te l´ai dit, j´ai écrit mon histoire avant que ces films soient réalisés. Quand je les ai vu, je me suis senti heureux de voir que ce que je voulais faire n´était pas si éloigné de ce que sentaient d´autres réalisateurs d´avant-garde comme Pavel Giroud et Juan Carlos Cremata. Maintenant c’est notre moment, nous ne serons ni les premiers ni les derniers à inclure des enfants comme protagonistes d´un film cubain.

Pourquoi as-tu intitulé ce film ainsi ?

À l´origine on voulait l’appeler PLEIESTEICHON. C’est ainsi que nous, les Cubains, prononçons le mot PLAYSTATION. Cette marque n´a pas voulu que nous mettions leur nom au film et nous l’avons changé en incluant La Havane. Et il va très bien avec le slogan du film : La même Cuba, deux Havane différentes.

Comment a eu lieu la sélection de la distribution et de l´équipe ?

J’ai trouvé Ernesto Escalona et Andy Fornaris facilement. Quand j’ai eu mes deux acteurs principaux, j’ai fait appel à des acteurs reconnus, et avec lesquels j’avais toujours voulu travailler : Luis A. García, Blanca Rosa Blanco, Raúl Pomares, Evert Álvarez, Miriam Socarrás et Omar Franco. J’ai aussi appelé Rigoberto Ferrera et Herón Vega, avec lesquelles j´ai travaillé en 2000 dans mon court-métrage Motos. Je me suis aussi donné le luxe d´étrenner la jeune actrice Claudia Alvariño au cinéma. Je crois que j´ai un très bon casting.

Diriger des enfants, même s’ils sont des acteurs, est tout un défi. Comment valorises-tu cette expérience ?

Si les enfants étaient comme Andy et Ernesto, de nombreux autres films ayant une thématique infantile seraient réalisés à Cuba. Ils ont été rigoureux quant à la préparation de leurs rôles et ils avaient tant de vérité que les acteurs professionnels. Mon expérience avec eux a été merveilleuse. J’en profite pour les remercier d’avoir donner de la vie aux personnages qui étaient seulement sur le papier ou dans mon esprit.

Quels ont été, en plus du précédent, les plus grands défis assumés pendant cette réalisation ?

Un budget 100 pour cent cubain sans coproduction étrangère. Tourner durant notre été. Les insécurités propres de la première fois. Il y a trois pièces clef du staff qui m´ont beaucoup aidé : Hoari Chiang, le directeur assistant ; Javier Figueroa, l´ingénieur du son, et Alejandro Pérez à la photographie. Nous avons été les mousquetaires, nous nous sommes accordés tout le temps. Un pour tous et tous pour Habanastation.

Que soulignerais-tu fondamentalement du film ?

C´est une histoire très simple, très cubaine et très actuelle. Comme production, c’est un grand effort de la maison de production de l’ICRT, de l’ICAIC et de La Colmenita. Ils créent des espaces pour faire des audio-visuels adressés aux enfants et aux adolescents.

Quelle est la thèse essentielle du film ?

Nous devons penser à la Cuba des prochaines années où les enfants d´aujourd´hui seront les inévitables protagonistes. Ma thèse est que la société cubaine doit se reconnaître dans sa diversité et dans ses problèmes réels. L´égalitarisme ne conduit à aucun lieu intéressant.

Quel est le message d’Habanastation ?

Sincèrement je me conforme à remplir les cinémas et les salles de vidéo. D’émouvoir le public. Mon plus grand prix sera de me sentir comme quand j’étais un enfant et que je voyais les films de mon père Juan Padrón dans les cinémas et que tout le monde passait du bon temps. De lui, j´ai hérité le respect envers le public et sa rigueur au moment de raconter une histoire.

Comment espères-tu que le film soit reçu, spécialement par le plus jeune public auquel il est aussi dirigé ?

Tous ceux qui l´ont vu et ceux qui y ont travaillé ont beaucoup d´espoirs de remplir les cinémas. Mais parfois je pense à l’été, aux salles dont l´air conditionné est en panne, si les gens vont prendre un autobus pour aller au cinéma, etc. on ne se sait jamais. Mais Habanastation est là, prêt devant tous les défis qui surviennent.


Tiré de Cubarte

 

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 10:08

bandera-siria.jpg

Par Reynaldo Henquen

La Havane, 4 août (RHC-PL).- Le Vice-ministre cubain des Affaires étrangères, Marcos Rodríguez, a rejeté les tentatives de saper l’indépendance de la Syrie au Conseil de Sécurité de l’ONU.

« Cuba réaffirme sa confiance dans la capacité du peuple et du gouvernement syriens de résoudre leurs problèmes internes sans ingérence étrangère » a souligné Marcos Rodríguez dans une déclaration.

« Nous exigeons le plein respect de l’autodétermination et de la souveraineté de ce pays arabe » a ajouté le Vice-ministre cubain des Affaires étrangères en exprimant la préoccupation pour la façon d’aborder à l’ONU la situation interne en Syrie.

Marcos Rodríguez s’est référé aux pressions qu’exercent les puissances occidentales membres du Conseil afin d’essayer de faire adopter des décisions contre le gouvernement légitime de ce pays.

“La position cubaine  prend en considération les précédents créés à partir de cas récents dans lesquels, la manipulation de la Charte des Nations Unies et le deux poids deux mesures qui caractérise le Conseil de Sécurité, ont été mis en évidence » -a-t-il souligné-

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 10:06

Raul.jpg

Par Reynaldo Henquen

La Havane 4 août (AIN-RHC) – Le Général d’Armée Raul Castro, Président du Conseil d’État et du Conseil des ministres de notre pays a reçu ce mercredi Abdulhafid M. Zlitni, Secrétaire du Comité Populaire Général à la Planification et aux Finances de la Libye qui effectue une visite dans notre pays en qualité d’envoyé spécial du leader libyen Mouammar El Kadhafi.

 Le quotidien cubain Granma a précisé qu’Abdulhafid M. Zlitni était porteur d’un message du leader libyen pour Raul Castro qu’il a informé des efforts que déploie son gouvernement pour faire face à la campagne d’isolement international que tentent de lui imposer les puissances occidentales.

Le Président cubain a de nouveau condamné énergiquement l’agression militaire de l’OTAN contre la Libye, en particulier les bombardements contre des installations civiles qui provoquent la mort de personnes innocentes. Il a également demandé la cessation immédiate de ces actions ce qui permettrait d’avancer vers une solution pacifique sur la base du respect de l’indépendance, de l’intégrité territoriale, de la souveraineté sur ses ressources naturelles et de l’autodétermination du peuple libyen.  Il a également exprimé son appui aux démarches des leaders de l’Union Africaine pour atteindre cet objectif.

Cet illustre visiteur était accompagné d’Ahmed Jarrud, sous-secrétaire du Comité Populaire Général de Liaison avec l’Extérieur et d’Ali Mohamed Ahmed Ajeilí, Ambassadeur de la Libye à Cuba. Bruno Rodriguez, ministre cubain des Affaires étrangères a également assisté à l’entretien.

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article