Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 14:08

nadeauj.jpg

 

C’est l’histoire d’un général d’origine chinoise qui a fait la révolution cubaine aux côtés du Che et celle d’un sculpteur québécois, nationaliste et excentrique à souhait. C’est l’histoire d’une rencontre surréelle entre deux hommes qui, chacun à leur façon, ont mené leur combat : l’un par les armes, l’autre par les arts.

 

La nuit tombe doucement sur la vieille maison de l’artiste. Ils sont là à l’attendre, un verre à la main. Ils doivent bien être une quarantaine. Un cracheur de feu fait son numéro, accompagné d’une jolie gitane qui chante d’une voix profonde sa douleur dans la langue de Cervantes.

Pour l’occasion, l’artiste a affiché une immense banderole exigeant la libération de cinq prisonniers politiques cubains détenus aux États-Unis. La même qu’on retrouve aux aéroports de Holguin et de Cayo Coco. Une autre, tout aussi immense, relève le nom de tous les pays ayant dénoncé l’embargo américain qui affame Cuba. Plusieurs convives arborent un macaron de Cu-bec Libre. Sur la rue donnant sur le parc Jeanne-Mance, les passants regardent la scène avec curiosité.

 Achoy_barbosa001.jpg
Une immense banderole demandant la libération de prisonniers politiques cubains aux États-Unis ornait la devanture de la maison d’Armand Vaillancourt. Photos Rogerio Barbosa

L’artiste et le révolutionnaire


À l’intérieur, on se prépare pour le festin. Un peu partout, des matériaux épars trônent en maîtres chez eux, nous rappelant que nous sommes dans l’antre d’un créateur.

L’artiste, c’est Armand Vaillancourt.

Le révolutionnaire, c’est le général Armando Choy, véritable monument de la révolution cubaine.

Le sculpteur tient à préciser qu’il a fait le ménage pour l’occasion. Il est ravi de recevoir un révolutionnaire, un vrai. « Ça mérite bien de faire le ménage pour l’occasion, non ?»

Le général arrive. On ouvre le portail. Chacun s’approche en retenant son souffle.

Il débarque avec sa garde rapprochée : un garde du corps, un interprète et le consul général de la République de Cuba, Sergio Vélez Camhi.

 Achoy_barbosa004.jpg
Armand Vaillancourt présente au général sa toute dernière œuvre
sur l’affaire Earl Jones.

 

Poignées de main, photos, sourires. On lui fait faire la tournée de la cour d’Armand Vaillancourt. Le vieil excentrique amène le vieux révolutionnaire dans son abri tempo défraîchi pour lui montrer une automobile datant d’une autre époque. Le général est tout sourire. J’apprendrai plus tard qu’il parlait boxe avec Armand Vaillancourt. Chacun dans sa langue respective. Au-delà des mots, ils s’étaient compris.

Puis, coups de tambour, Armand Vaillancourt dévoile sa toute dernière sculpture, celle faite avec les bâtons de golf d’Earl Jones qui garnissent, tels un bouquet de fleurs, une toilette en émail blanc sertie d’un siège vert. Certains murmurent que la toilette est encore trop blanche pour Earl Jones. On explique l’histoire du scandale financier au général. Il regarde la sculpture et en rigole un bon coup.


La culture et le processus révolutionnaire


C’est l’heure du souper. On a dressé une table d’honneur pour l’occasion. Le général siège au milieu. Il prend la parole, remercie Armand Vaillancourt de l’avoir invité chez lui, de lui présenter tous ces gens.

Il avait demandé à rencontrer la culture québécoise, il l’a trouvée. Pas celle qu’on voit dans les magazines, non. Armand Vaillancourt avait réuni autour de lui une quarantaine d’amis : artistes en arts visuels, musiciens, écrivains, éditeurs. « Des gens qui ne sont pas moulés dans le système », précise M. Vaillancourt.

 Achoy_barbosa005.jpg
Le général Armando Choy était accompagné du consul général de la République de Cuba,
Sergio Vélez Camhi.

 

Le général Armando Choy fait l’éloge de la culture, des hommes et des femmes qui l’inventent, la transmettent et la redécouvrent tous les jours. Il parle en espagnol. Son interprète traduit. Dans la salle à dîner, le silence est total. Chacun est suspendu à ses lèvres. Le général parle de culture et de révolution. « Sans la culture, on ne peut pas comprendre un vrai processus révolutionnaire. » Ce n’est pas de lui, il cite Fidel.

Il chante les louanges de la culture cubaine, de l’importance qu’on lui accorde au sein du parti, surtout depuis une dizaine d’années avec le mouvement de massification de la culture. C’est court, c’est simple, c’est efficace. En matière de discours, le général a appris avec les meilleurs.

« Même avec toutes les difficultés que nous avons connues dans le processus révolutionnaire, surtout les problèmes économiques avec le blocus des États-Unis, la culture a beaucoup avancé dans notre pays. Et nous sommes très heureux d’être avec vous aujourd’hui parce qu’à travers l’histoire de l’humanité, les femmes et les hommes de la culture ont défendu leur peuple et leur pays. »

Les applaudissements sont nourris. Mais ils redoublent bien vite d’ardeur sur la conclusion du général : « Je voudrais remercier M. Vaillancourt et sa femme pour cette rencontre ici parce que c’est une rencontre non pas avec moi, mais avec la révolution cubaine. »


Le général et Rue Frontenac


La musique reprend doucement. On fredonne le classique Commandante Che Guevara pendant que tout un chacun se sert. Le consul général de Cuba me cède aimablement sa place pour quelques minutes, le temps de faire une courte entrevue avec le général.

Je parle au général du média que je représente fièrement, Rue Frontenac, un journal fait par des travailleurs qui ont été mis en lock-out par leur employeur. Le général est intéressé, c’est lui qui pose les questions. Il écoute, réfléchit quelques instants, puis se lance :

« Je sens la difficulté de votre combat, ça me fait de la peine. La classe ouvrière est totalement protégée dans notre pays et sa voix est reconnue. Les travailleurs ont beaucoup d’avantages sociaux. Il faut chercher une solution à ça, donner raison à celui qui a raison. Et à voir le nombre de travailleurs qui sont sans travail, il me semble que ce sont les travailleurs qui ont raison. »


La révolution « plus forte que jamais »


Nous enchaînons sur sa vision de la révolution 50 ans plus tard. Son regard est incisif. Il impose le respect. Il parle avec détermination de la révolution, « sa » révolution.

 Achoy_barbosa010.jpg
Qu’importe la langue, Armando Choy et Armand Vaillancourt se sont compris au-delà des mots.

 

« Elle est plus forte que jamais. On connaît bien les enjeux, les questions sur lesquelles nous devons travailler et les choses qu’il faut renforcer. […] Nous travaillons toujours à l’intérieur de la révolution pour faire des améliorations et renforcer le processus révolutionnaire dans le pays. »

Il parle aussi d’environnement. À 77 ans, après des décennies de service au sein des forces armées révolutionnaires, il préside aujourd’hui une commission sur la restauration et la préservation de la baie de La Havane, fortement contaminée. Il consacre d’ailleurs tout un chapitre à cette question dans son livre, Notre histoire s’écrit toujours, dont il est venu faire la promotion à Montréal.

J’avais des tonnes de questions. Mais à sa façon de tourner la tête, je comprends que l’entrevue est terminée. Son repas est froid. Le consul, lui, a dû se trouver un autre siège au bout de la table pour commencer à manger.

C’est l’histoire d’un révolutionnaire communiste et de travailleurs de l’information mis en lock-out depuis plus d’un an. C’est l’histoire d’une rencontre surréelle entre des combattants qui, chacun à leur façon, mènent leur lutte et refusent de se laisser écraser par leur opposant, aussi puissant soit-il.

« Vous faites un site Web d’information pour contrer le blocus du patron ? », demande le général. Oui, c’est cela. Nous nous sommes compris. Nous faisons la révolution, chacun à notre façon. Lui a pris les armes. Nous, nos mots, nos photos. Nous répondrons par la bouche de nos crayons.

 

http://www.ruefrontenac.com/nouvelles-generales/societe/20015-vaillancourt-armando-choy-cuba

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 13:48

67cb8d4c05.jpg

 

Le 25 mars, l'écrivain cubain Domingo Cuza a rencontré les membres de la communauté Emmaüs Lescar-Pau. Invité par l'association Cuba Alba, il est en Béarn dans le cadre du festival CulturAmerica pour présenter une exposition alliant ses textes à des oeuvres de l'artiste chilienne Raquel Paves.

Domingo Cuza porte dans ses valises un projet qu'il souhaite développer dans la région de Bayamo, au coeur de Cuba. C'est à ce titre qu'il a passé une demi-journée à la communauté afin de s'imprégner de ses utopies et de rencontrer les compagnons.


Bus bibliothèque


L'écrivain a longuement présenté son projet culturel qui associe littérature et peinture et qui vise à amener la culture dans des zones difficiles d'accès. L'association Uneac (1), qui regroupe des artistes de toute l'île, souhaite aller vers les paysans de la montagne, éloignés de tout. Pour cela, elle a reçu le soutien de l'État qui fournira la logistique mais les besoins matériels manquent. La communauté Emmaüs Lescar-Pau envisage de créer un partenariat pour mettre en place un bus librairie bibliothèque. Le bus se rendra dans les régions les plus reculées pour prêter des livres, en vendre et diffuser l'accès aux oeuvres d'art.

Domingo Cuza doit développer un travail dans ce sens. Les valeurs de l'écrivain se retrouvent dans celles de la communauté et devraient se développer. « Le bonheur est le résultat de la volonté humaine de solidarité et d'entraide entre les peuples », a-t-il précisé. Domingo Cuza a apprécié le travail fait à partir de la recyclerie. L'approche du quartier écoconstruction a aussi retenu son attention.




(1) Uneac : Union nationale des écrivains et artistes de Cuba.

 

http://www.sudouest.com/bearn/actualite/pau/article/915788/mil/5893518.html

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 13:31

cuba niños revolucion

 

CE MERCREDI 7 AVRIL 2010


A 18H30


C’EST « L’HEURE DE L’METTRE »


Sur RADIO CAMPUS Lille 106,6


En direct et en archives sur

www.campuslille.com

 


Que dire ? Par quoi commencer ? Faudrait-il en premier lieu se justifier ? Ou démonter les montagnes de mensonges et omissions qui nourrissent le conditionnement ?


Faire appel à l’Histoire et à ses heures révolutionnaires, avec le Che en avant ? Dire des faits et des chiffres incontestables et pourtant inconnus ? Dire l’instruction, la culture du peuple cubain ? Dire que ce peuple est tout le contraire d’un peuple apeuré et abruti ? Dire un système de santé inédit sous cette latitude ? Dire la solidarité internationaliste, singulièrement envers Haïti ?


Dire qu’aucun enfant ne fait la manche dans la rue ? Que les livres sont à la portée de tous ? Qu’il n’y a ni torture ni mauvais traitements, hors Guantanamo ?


Que d’après WWF, voici le seul pays engagé sur la voie du développement durable ? Que d’après l’UNICEF, « Cuba est un exemple dans la protection de l’enfance » ? Dire des chiffres, ceux de la mortalité infantile et de l’espérance de vie, les comparer avec ceux des voisins, y compris les plus développés ?


Dire une Histoire pendant laquelle le terrorisme fut à sens unique, de Miami vers La Havane ? Dire le blocus et ses effets, et son énorme coût ?


Dire toute l’injustice de ceci et que seuls les Etats-Unis, les Îles Marshall, Palau, et Israël, s’opposent à la dénonciation de cet embargo immoral ?


Dire que 5 antiterroristes cubains croupissent dans les geôles étatsuniennes à la suite d’un procès inique dénoncé, entre bien d’autres, par 10 Prix Nobel ?


 

Dire que Fidel n’est pas celui que vous croyez ?


Faut-il d’abord exiger de chacun qu’il se place dans le contexte d’un pays du Sud débarrassé du colonialisme du Nord à grands frais, et qu’il se souvienne que sur cette planète chaque jour on meurt de faim et de misère, mais pas à Cuba ?


Dire qu’il ne suffit pas d’entendre tout cela, mais qu’il faut en tirer des conséquences ?


Dire qu’il faut peut-être changer de lectures ?


http://www.legrandsoir.info/Discour...

http://francecuba-lillemetropole.or...


Prendre deux risques : celui d’apparaître comme terriblement incomplets auprès des companeros, et celui de se heurter aux haussements d’épaules entendus de quelques autres ?


Ou s’arrêter là en indiquant que ce mercredi, vous pourrez entendre Ernesto Ley Pino et Leyde Rodriguez Hernandez, respectivement Premier Secrétaire et Conseiller Politique de l’Ambassade de Cuba en France, lors d’une rencontre organisée par France Cuba Lille Métropole il y a quelques semaines.

 

Que vous pourrez entendre « La Semaine à Cuba » et d’autres reportages, le tout partagé avec nous par Radio Habana ?

 


Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 08:14

paasfolder_FR_recto.jpg

La campagne de Pâques de Médecine pour le Tiers Monde en collaboration avec ICS démarre le 1er mars. Les revenus de la vente des sachets d'oeufs de Pâques iront cette année au SNTS (Syndicat des travailleurs de la santé) de Villa Clara.

Le syndicat de la santé cubain SNTS est, avec ses 451 000 membres, la plus grande centrale syndicale à Cuba. Mais elle a pourtant peu de moyens pour son centre de formation des militants et délégués. Afin que Cuba puisse garder et améliorer ses excellents résultats en matière de santé, un bon travail syndical avec les travailleurs de la santé est primordial.

La campagne de Pâques de 2009 a rapporté 7500€ au bénéfice de la centrale syndicale de Pinar del Rio.

Un sachet d'oeufs de Pâques (250 gr) coûte 4 euro. Envie de participer? Faites-nous savoir combien de sachets il vous faut en envoyant un mail à info@g3w.be.

Vous pouvez aussi soutenir la campagne avec une contribution au profit du SNTC via la compte 001-1951388-18 de Médecine pour le Tiers Monde, avec communication "WS SNTS Cuba". Des dons à partir de 30 euro sont fiscalement déductibles.

paasfolder_FR_verso.jpg
Soins de santé à Cuba en temps de crise économique

Isabelle Van Brabant

La crise économique actuelle a beaucoup d’impact sur la santé de millions de personnes dans les pays en développement. Même en Belgique (tout comme en France, CSL), il y a beaucoup de débats quant au financement de notre système de santé. Cuba démontre néanmoins que, même après une crise de 20 ans, il est possible d’établir une politique de santé efficace, sans augmentation ou diminution des services octroyés à la population. Depuis l’effondrement de l’Union soviétique, suivi par un blocus sévère de la part des Etats-Unis, l’économie cubaine a déjà une certaine expérience des crises économiques. Mais malgré tout, cela n’a que très peu de conséquences sur la santé des Cubains.
A cause du blocus, l’importation des médicaments est devenue plus problématique, mais via les sociétés pharmaceutiques publiques, le pays réussit quand même à produire 85% des médicaments sur son propre sol. Des chiffres datant de 2009 démontrent que Cuba compte 63,4 médecins et 83,8 infirmiers pour une population de 10.000 habitants. Et cela pendant qu’une île voisine comme la République Dominicaine ne dispose que de 10,9 médecins et 1,3 infirmier pour 10.000 habitants. Dans ce même rapport ‘Health Situation in the Americas Basic indicators 2009’, nous pouvons lire que la moyenne de la mortalité infantile en Amérique latine est d'un ratio de 18,7. A Cuba, ce ratio est seulement de 4,7. De plus Cuba envoi 30.000 personnels de santé a l’étranger et offre à des milliers de jeunes étudiants des formations médicales via l’ELAM.

La question cruciale que nous pouvons nous poser actuellement est : est-ce que Cuba peut maintenir ces bons résultats ? La crise économique de ces dernières années a affaibli l’économie cubaine. Nous ne pouvons oublier que la crise mondiale du crédit à Cuba est tombée au même moment que la catastrophe naturelle la plus grave depuis cinquante ans : les ouragans Gustav et Ike. Les pertes se sont élevées à cinq milliards de dollars (3,9 milliards d’euros). De plus, l’économie cubaine est très sensible car elle dépend encore toujours de certains secteurs. Même dans le tourisme, il y a une tendance à la chute des revenus. Il est logique que les ressources (tant matérielles, financières qu'humaines) soient sous pression. Développer un système performant de soins de santé pour la population et en même temps créer un programme ambitieux de collaboration Sud - Sud dans le secteur de la santé (pensez à la récente mission cubaine en Haïti) n’est pas évident.

 

Les Cubains ont pour habitude de dire ‘no es facil’ (rien n’est facile) mais aussi ‘no hay problema’ (ne t'inquiète pas). Et c’est justement de cela qu’il s’agit. Cuba ne donne pas ce qu’il a en trop, mais partage ce qu’il a. Et même si ce n’est pas facile, le problème ne paraît jamais insurmontable.

L’autorité cubaine continue à prendre ses responsabilités quant à la protection et le développement du ‘droit à la santé’ pour sa population. C’est pour cette raison que nous sommes convaincus que ce système de santé mérite une belle récompense et peut jouer le rôle d’exemple pour d’autre pays en développement qui sont confrontés à une crise de leurs soins de santé. Let’s do it the Cuban way!

Trad. Monique Crock

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 08:02

banderas-cubanas-copie-1.jpg

Le Conseil National de l’Association Suisse Cuba (le CN de l’ASC), réuni dans le cadre de son Assemblée annuelle, a décidé ce samedi de rejeter la Déclaration anticubaine adoptée par le Sommet du Parti Populaire Européen qui de manière honteuse prétend poursuivre la grossière campagne médiatique contre Cuba et sa Révolution en l’accusant et lui exigeant le respect des Droits Humains.

 

Le CN de l’ASC regrette profondément le décès du prisonnier de droit commun qui fut encouragé à faire une grève de la faim suite à des manipulations criminelles au moyen desquelles aujourd’hui, avec les mensonges les plus éhontés, on tire profit politique de sa mort. Derrière ce montage contre la nation cubaine se cache la complicité toujours présente de Washington et de l’extrême droite de Miami qui, en parfaite harmonie idéologique, prétendent assiéger Cuba avec l’intention délibérée de détruire le système politique et social que le peuple cubain construit par décision souveraine.

 

Les considérant comme étant des actions d’ingérence, le CN de l’ASC rejette les appels de la droite européenne emmenée par le Parti Populaire Espagnol à stimuler les institutions du Vieux Continent à donner un appui inconditionnel et à encourager sans réserve le début d’un processus pacifique pour une transition politique vers une démocratie pluraliste à Cuba.

 

Le CN de l’ASC exige qu’on respecte les processus internes du peuple cubain qui définit et exerce sa démocratie tenant compte des principes universels de non intervention accordés par les Nations Unies, et que l’on mette fin au blocus économique, commercial et financier imposé à Cuba depuis un demi-siècle de manière arbitraire.

 

 

ASC

La Chaux-de-Fonds, le 28 mars 2010

 

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 07:48

Capture 5Cliquez sur l'image

Total de signatures dans le monde 7945, en France : 174

N'hésitez pas à faire passer la pétition dans vos réseaux.


La Havane, 31 mars, (AIN-RHC) . De nouveaux témoignages d’appui sont exprimés dans le monde à la position transparente de Cuba en défense de la vie et contre la campagne de diffamation orchestrée par les Etats-Unis et l’Union Européenne.

La Coordination Équatorienne de Solidarité avec Cuba dénonce, dans une déclaration, le fait que cette nouvelle campagne lancée par des groupes politiques et par certains gouvernements, accuse le gouvernement cubain de prétendues violations des droits humains et présente des prisonniers de droit commun comme des dissidents.

La déclaration émise à Quito signale que les ennemis de la Révolution cherchent à saper le leadership cubain en attaquant sa force principale : la défense de la vie humaine pour essayer de justifier ainsi le blocus cruel des Etats-Unis.

A Santiago du Chili, une délégation de journalistes, accompagnés de métallos a rendu visite à l’Ambassadrice de Cuba, Ileana Díaz-Argüelles, pour exprimer leur appui à notre pays.

En Espagne, des associations de Cubains résidant dans les communautés autonomes d’Andalousie et de Galice ont dénoncé le fait que l’Europe tente d’outrager la noblesse du système politique de l’île avec la complicité de puissants médias.

 

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 08:04

rene-preval-haiti-terremoto-pres.jpg

• Le président René Préval signe un accord de coopération sanitaire avec le Brésil et Cuba

complot-2-29marzo.jpgLeticia Martinez Hernandez / Juvenal Balan (photo), Envoyés spéciaux Granma

Port-au-Prince, Haïti.- Ce samedi était placé sous le signe du bonheur, même si bien peu de Haïtiens ont pu s’en rendre compte. Mais un pays où la mortalité infantile dépasse les 80 pour mille, où l’espérance de vie n’atteint pas 60 ans et où des dizaines de milliers de personnes meurent de maladies telles que la tuberculose, la malaria, la dengue… ce pays ne pouvait vivre meilleure journée que celle où des dirigeants du plus haut niveau se sont mis d’accord sur un programme de santé et la création d’un réseau de surveillance épidémiologique.

La signature du mémorandum d’entente entre les gouvernements de Cuba, du Brésil et de Haïti parle bien haut de cette solidarité qui se prolonge dans le temps et qu’aucune secousse, même sismique, ne saurait ébranler. Selon l’Organisation panaméricaine de la santé, Haïti compte deux médecins et moins d’un infirmier pour dix mille habitants. Toujours selon l’OPS, près de 80% des équipements des institutions publiques de santé sont défectueux ou hors d’usage. Cuba et le Brésil sont donc convenus de venir à la rescousse de ce système de santé défaillant, grâce à ce que le président haïtien René Préval a appelé un « complot de solidarité ».

Depuis quelque temps, le transfert de médecins, infirmières, physiothérapeutes, ainsi que de matériel médical à destination de zones d’accès difficile est le pain quotidien de la brigade médicale cubaine en Haïti. Ses membres l’ont compris dès leur arrivée, quelques heures après le formidable séisme : l’aide requise en Haïti s’inscrivait dans le long terme. Aujourd’hui, les habitants de Port Salut ou de Lasil écarquillent les yeux devant des camions qu bringuebalent dans leurs rues, chargés d’équipements comme on n’en avait jamais vu dans ces parages. Et puis, un matin pas comme les autres, un hélicoptère a atterri à Corail pour y laisser des médecins latino-américains et cubains venus sauver ses habitants de l’oubli et d’une mort précoce.

C’est ainsi que l’idée du commandant en chef Fidel Castro –restructurer totalement de système haïtien de santé publique— prend corps progressivement, et cette fois avec l’aide inestimable du Brésil, un pays qui, de l’avis de José Gomes Temporao, ministre de la Santé, partage avec Cuba les mêmes principes, la même philosophie. Parmi les hôpitaux qui ferment pour mieux renaître, figure celui de La Croix des Bouquets, le plus important des hôpitaux de campagne montés par la brigade médicale cubaine et qui traite tous les jours plus de 700 Haïtiens. L’hôpital va donc quitter le jardin où les tentes sont demeurées pendant plus de deux mois et gagner avec sa troupe les bâtiments d’une institution de santé à l’abandon.

C’est en ce lieu sur lequel ondoient tous les jours les drapeaux de Cuba et de Haïti que le ministre cubain de la Santé publique, José Ramon Balaguer, a dit à plus de trois cents membres du contingent cubain Henry Reeve q’ils étaient la fierté de la patrie. Haïti peut compter sur eux : ils vont semer la santé et envahir jusqu’au dernier village, avec leur équipement et leur bonne volonté. Ce samedi, les médecins cubains et latino-américains ont entonné ensemble une célèbre chanson de Pablito Milanés dont le texte dit à peu près ; « J’aime cette île, je suis des Caraïbes » : leur engagement a pris la forme d’une chanson.

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 12:50
Capture 5Je signe, tu signes...cliquez sur l'image

Pour la défense de Cuba
Initiative du réseau des Réseaux pour la Défense de l'Humanité, condamnant l'ingérence du Parlement Européen dans les affaires intérieures de Cuba.


Au sujet de la résolution du 11 Mars prise par le Parlement Européen à propos de Cuba, nous, les intellectuels, universitaires, travailleurs sociaux, penseurs critiques et artistes du Réseau pour la Défense de l'Humanité, déclarons:


1.   Nous partageons le souci manifesté par les parlementaires européens au sujet des prisonniers politiques. Comme eux, nous nous prononçons pour la libération immédiate et inconditionnelle de touts les prisonniers politiques, dans tous les pays du monde, y compris ceux de l'Union Européenne.


2.   Comme eux, nous sommes profondément tristes du décès du prisonnier de droit commun Orlando Zapata, mais nous n'admettons pas que sa mort, le premier "...depuis à peu près 40 ans", selon le Parlement lui-même, soit utilisée à des fins politiques très éloignées et contraires à celles de la défense des droits de l'homme.


3.   Insister "...pour  que les institutions européennes apportent un appui inconditionnel et soutiennent sans réserve le démarrage d'un processus pacifique de transition politique vers une démocratie pluripartite à Cuba" non seulement représente un acte d'ingérence que nous réprouvons en vertu de notre engagement à respecter le principe de non-intervention et d'auto-determination des peuples - défendu aussi par l'ONU - et qui est opposé à la colonisation, mais encore suppose un modèle unique de démocratie qui, à coup sûr, se montre chaque jour plus insuffisant et interrogeable. La recherche et l'approfondissement de la démocratie suppose, entre autres, d'aller au delà de ses principes formels et d'inventer de nouvelles formes de représentation, authentiques, qui ne sont pas forcément liées au pluripartisme. En effet, celui-ci, comme chacun sait, couvre souvent le fait que les décisions sur les grands problèmes du monde sont prises unilatéralement, au dessus du régimes des partis, par de petits groupes d'intérêt qui ont un immense pouvoir.


4.   Prétendre justifier une ingérence dans les affaires intérieures du peuple Cubain en manipulant médiatiquement le cas de Orlando Zapata - délinquant de droit commun et en aucune façon prisonnier politique - coîncide avec la politique contre-révolutionnaire en application en Amérique Latine destinée à arrêter ou déformer les processus de transformation libératrice en cours, et s'ajoute au blocus criminel auquel a été soumis le peuple Cubain pour le simple fait de ne pas obéir aux ordres et de défendre son droit à décider de son destin avec dignité et indépendance.


5.   Nous partageons la préoccupation affichée par les parlementaires au sujet du respect des droits de l'homme, mais nous l'étendons au monde dans sa globalité. De la même façon qu'ils sont préoccupés par le cas du délinquant décédé (aucun cas similaire en 40 ans), nous les invitons à exiger:

-  la fin de l'occupation de Gaza et des hostilités envers le peuple Palestinien, qui ont provoqué non pas un, mais des milliers de morts;
-  la fin de l'intervention en Irak et en Afghanistan qui sème la mort et la terreur sur les peuples et les villes; la fin des bombardements sur ceux-ci sous prétexte de défendre la démocratie;
-  la fin de la double occupation de Haïti:
-  la fermeture de la prison de Guantanamo et la restitution de son territoire à Cuba, à qui il appartient;
-, l'attribution des îles Malouines à l'Argentine;
- et, évidemment, la fin d'un blocus qui pourrait permettre de douter de la qualité morale de celui qui exige un traitement humain pour un délinquant, alors qui le dénie à un peuple entier.

Le harcèlement économique et médiatique auquel est soumis Cuba, et cela avant le décès du prisonnier de droit commun Orlando Zapata, constitue un attentat contre les droits humains et politiques d'un peuple qui a décidé de créer une voie différente.


Nous exigeons le respect du processus interne au peuple Cubain pour définir et exercer sa démocratie, et l'application des principes universels de non-ingérence établis par les Nations Unies.

Traduction Alma Meyer Cuba Si Lorraine
Le Réseau pour la Défense de l’Humanité
Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 09:13

medico-cubano

La Havane, 9 mars (RHC)--. Le gouvernement cubain a envoyé au Chili une nouvelle brigade médicale pour porter secours aux sinistrés du séisme du 27 février.

Cuba a répondu de manière immédiate à la demande présentée par le gouvernement chilien le 1er mars.

Une note diffusée à La Havane souligne que le lendemain arrivait la première brigade médicale cubaine formée de 27 cadres professionnels de la santé spécialisés en situations de désastre.

Cuba a envoyé au Chili un hôpital de campagne et 12 tonnes de médicaments et d’équipements.


Le ministre chilien de la santé remercie Cuba de son aide solidaire


La Havane, 9 mars, (RHC).- Le ministre chilien de la santé, Alvaro Erazo et l’ambassadrice de Cuba, Ileana Diaz Arguelles ont rendu visite aux médecins cubains qui travaillent à Rancagua, où ils ont installé un hôpital de campagne.

Le ministre a remercié les médecins cubains de leur disposition d’aider dès le premier moment et de leur solidarité avec les Chiliens.

Le Chili aura besoin de quelque 3 milliards 600 millions de dollars pour la reconstruction des hôpitaux, dont l’infrastructure a été sévèrement endommagée à la suite du séisme qui a secoué ce pays fin février. La campagne internationale de solidarité a été à la hauteur des besoins du peuple chilien. L’Argentine, Cuba, le Brésil et le Pérou, ont envoyé des hôpitaux de campagne pour palier les besoins.

Dans le cas de Cuba une brigade de 27 médecins a été envoyée dans la ville de Rancagua, à 90 kilomètres au Sud de Santiago, la capitale. L’hôpital régional a souffert d’importants dégâts. Les Cubains y ont installé un moderne hôpital qui dispose de tous les équipements nécessaires pour assurer les soins de la communauté de la 6è région. Notre correspondant au Chili, Osiel Moya que nous avons contacté par téléphone a interviewé le représentant du Comité de solidarité avec Cuba, le médecin Carlos Lago qui a signalé à ce sujet.

« Le seul hôpital de campagne d’un autre pays qui est en train de fonctionner pleinement est cubain. Il y a des salles d’hospitalisation, il y a un pavillon de chirurgie, il y a un laboratoire, un service de radiologie, il y a même un service des soins intensifs, avec toutes les conditions. Ils travaillent dès leur arrivée jour et nuit. Ils dorment à peine 2 ou 3 heures. L’attention médicale qu’ils donnent est très bonne, d’excellence ».

Le Docteur Carlos Lago a également mis l’accent sur les qualités humaines des membres de la brigade médicale cubaine.

 

 

 

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 08:44
Flag-Pins-Haiti-Cuba



Traduit par AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



par José Manzaneda, journaliste espagnol,



responsable de la chaîne de télévision de solidarité avec Cuba 'Cubainformacion'

membre et ancien président de l'Association Pays Basque-Cuba



Les près de 400 collaborateurs de la Brigade médicale cubaine à Haïti ont constitué la plus importante aide sanitaire apportée au peuple haïtien durant les 72 heures qui ont suivi le séisme. Cette information a été censurée par les grands médias internationaux.



L'aide de Cuba au peuple haïtien n'a pas commencé à l'occasion du séisme. Cuba travaille à Haïti depuis 1998 en développant un Plan Intégré de Santé, par lequel sont déjà passés plus de 6 000 collaborateurs cubains du domaine de la santé.



brigada-medica-cubana-a-haiti-4-580x348.jpgQuelques heures après la catastrophe, le 13 janvier, se sont ajoutés à la brigade cubaine 60 spécialistes en catastrophes, faisant partie du contingent 'Henry Reeve', qui sont venus de Cuba avec des médicaments, du sérum, du plasma et des aliments.



Les médecins cubains ont transformé le local où ils vivaient en hôpital de campagne, en portant secours des milliers de personnes chaque jour et en réalisant des centaines d'opérations chirurgicales dans 5 points de secours de Port-au-Prince. Par ailleurs, quelques 400 jeunes d'Haïti formés comme médecins à Cuba se sont joints et ont renforcé la brigade cubaine.



Les grands médias ont passé tout cela sous silence. Le quotidien El Pais, dans son édition du 15 janvier, publiait une synthèse sur l'« Aide financière et matériel d'assistance », dans laquelle Cuba n'apparaissait même pas parmi les 23 Etats qui avaient collaboré. La chaîne Etats-unienne Fox News en arrivait à affirmer que Cuba était un des rares pays voisins des Caraïbes à ne pas avoir apporté d'aide.



Des voix critiques aux Etats-Unis même ont dénoncé ce traitement de l'information, même si elles sont toujours confinées à des espaces de diffusion limités.



Sarah Stevens, directrice du Center of Democracy in the Americas affirmait sur le blog The Huffington Post: « Si Cuba est prête à coopérer avec les Etats-Unis, en ouvrant son espace aérien, ne devrions-nous pas coopérer avec Cuba sur des initiatives terrestres qui permettront aux deux nations d'atteindre leur objectif commun: aider le peuple haitien? »



Laurence Korb, ancienne sous-secrétaire à la Défense et aujourd'hui liée au Center for American Progress, demandait au gouvernement d'Obama « de profiter de l'expérience d'un voisin comme Cuba » qui « a un des meilleurs corps médicaux au monde » et de qui « nous avons beaucoup à apprendre ».



Gary Maybarduk, ancien fonctionnaire du Département d'Etat, a proposé la livraison aux brigades médicales d'un équipement médical durable en utilisant les hélicoptères militaires des Etats-Unis, afin qu'elles puissent se déployer dans des localités peu accessibles d'Haïti.



Et Steve Clemons, de la New America Foundation et éditeur du blog politique The Washington Note, affirmait que la collaboration médicale entre Cuba et les Etats-Unis à Haïti pourrait générer la confiance nécessaire pour mettre fin à la suspension des relations entre les Etats-Unis et Cuba qui dure depuis des décennies.



Toutefois, l'information sur le tremblement de terre à Haïti, provenant des grandes agences de presse et d'entreprises médiatiques situées dans les grandes puissances, apparaît plus comme une campagne de propagande sur les dons des pays et des citoyens les plus riches au monde. Bien que la vulnérabilité face à la catastrophe due à la misère ait été répétée maintes et maintes fois par les grands médias, aucun d'entre eux n'a osé aller jusqu'à analyser le rôle des économies d'Europe et des Etats-Unis dans l'appauvrissement d'Haïti. Le drame de ce pays démontre une fois de plus la véritable nature des médias: être l'attaché de presse des puissants, transformés en donateurs-sauveurs du peuple haïtien quand ils ont été et sont, sans palliatifs, ses véritables bourreaux.



Tableau informatif. Données sur la coopération avec Haiti depuis 1998


  • Depuis décembre 1998, Cuba offre une coopération médicale au peuple Haïtien par le biais du Programme Intégré de Santé

  • Jusqu'à maintenant, travaillent dans le secteur de la santé à Haïti 6 094 collaborateurs qui ont réalisé plus de 14 millions de consultations médicales, plus de 225 000 opérations chirurgicales, 100 000 accouchements et ont sauvé plus de 230 000 vies.

  • En 2004, après le passage de la tempête tropicale Jeanne dans la ville de Gonaives, Cuba a offert son aide avec une brigade de 64 médecins et 12 tonnes de médicaments.

  • 5 centres de Diagnostics Intégrés, construits par Cuba et par le Vénézuela, ont offert des services au peuple haïtien bien avant le séisme.

  • Depuis 2004, est réalisée l'Opération Miracle à Haïti et jusqu'au 31 décembre 2009 qui avaient opérés un total de 47 273 haïtiens.

  • Actuellement, étudient à Cuba un total de 660 jeunes haïtiens; parmi eux 541 sortiront diplômés comme médecins.

  • A Cuba, ont déjà été formés 917 professionnels, dont 570 comme médecins. Cuba coopère avec Haïti dans des secteurs comme l'agriculture, l'énergie, la pêche, dans les télécommunications, en plus de la santé et de l'éducation.

  • En conséquence de la coopération de Cuba dans la sphère de l'éducation, 160 030 haïtiens ont été alphabétisés.

Quelques données sur l'activité du Contingent International des Médecins Cubains spécialisés dans des situations de désastres et de graves épidémies, la brigade « Henry Reeve », avant l'opération à Haïti:

  • Depuis sa constitution, la Brigade Henry Reeve a réalisé des missions dans 7 pays, avec la présence de 4 156 collaborateurs, dont 2 840 sont médecins.

  • Guatemala (ouragan Stan): 8 octobre 2005, 687 collaborateurs dont 600 médecins

  • Pakistan (séisme): 14 octobre 2005, 2 564 collaborateurs, dont 1 463 médecins

  • Bolivie (inondations): 3 février/22 mai 2006, 602 collaborateurs; dont 601 médecins

  • Indonésie (séisme): 16 mai 2006, 135 collaborateurs; dont 78 médecins

  • Pérou (séisme): 15 août 2007/25 mars 2008, 79 collaborateurs; dont 41 médecins

  • Mexique (inondations): 6 novembre/26 décembre 2007, 54 collaborateurs; dont 39 médecins.

  • Chine (séisme): 23 mai/9 juin 2008, 35 collaborateurs; dont 18 médecins.

  • 4 619 personnes ont été sauvées

  • 3 083 158 patients ont pu accéder à des consultations médicales

  • 18 898 patients ont été opérés (chirurgie)

  • 36 hôpitaux de campagne complètement équipés ont été installés et offerts par Cuba (32 au Pakistan, 2 en Indonésie et 2 au Pérou).

  • 30 patients touchés par le séisme au Pakistan ont pu bénéficier de prothèses de membres à Cuba

haiti-cuba.jpg
Traduction du dessin: "Cette catastrophe est une réplique des séismes précédents... le colonialisme et le capitalisme"

 

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article