Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 01:02

2289.jpg

Nous estimons utile de rediffuser cet appel et pétition pour la défense de Cuba qui a trouvé un large écho dans le monde.

A ce jour 28644 signatures pour tous les pays dont 390 en France !...

Dans un contexte de guerre médiatique et d'initiatives contre Cuba  : Le site internet www.cubadebate.cu dénonce la préparation par José Maria Aznar d’un nouveau show médiatique anti-cubain , l'initiative affligeante mais pas surprenante de la mairie de Paris qui appelle à soutenir les contre révolutionnaires cubains soutenus financièrement par la CIA, l'USAID le 18 mai à 11h30 au place de l'hôtel de ville , Cuba Si Lorraine appelle à :


- Signer et diffuser massivement la pétition


- A soutenir Cuba en se rassemblant le 18 mai à 11h30 place de l'hôtel de ville à Paris et exiger la libération des 5 cubains enfermés arbitrairement dans les geôles étatsuniennes.

 

Venez nombreux, à midi une délégation de Cuba Si France sera reçue par le groupe communiste de la Mairie de Paris


Initiative du réseau des Réseaux pour la Défense de l'Humanité, condamnant l'ingérence du Parlement Européen dans les affaires intérieures de Cuba.

Au sujet de la résolution du 11Mars prise par le Parlement Européen à propos de Cuba, nous, les intellectuels, universitaires, travailleurs sociaux, penseurs critiques et artistes du Réseau pour la Défense de l'Humanité, déclarons:


1. Nous partageons le souci manifesté par les parlementaires européens au sujet des prisonniers politiques. Comme eux, nous nous prononçons pour la libération immédiate et inconditionnelle de touts les prisonniers politiques, dans tous les pays du monde, y compris ceux de l'Union Européenne.


2. Comme eux, nous sommes profondément tristes du décès du prisonnier de droit commun Orlando Zapata, mais nous n'admettons pas que sa mort, tout d'abord, "...durant à peu près 40 ans", selon le Parlement lui-même, soit utilisée à des fins politiques très éloignées et contraires à celles de la défense des droits de l'homme.


3. Insister "...pour que les institutions européennes apportent un appui inconditionnel et soutiennent sans réserve le démarrage d'un processus pacifique de transition politique vers une démocratie pluripartite à Cuba" non seulement représente un acte d'ingérence que nous réprouvons en vertu de notre engagement à respecter le principe de non-intervention et d'auto-determination des peuples - défendu aussi par l'ONU - et qui est opposé à la colonisation, mais encore suppose un modèle unique de démocratie qui, à coup sûr, se montre chaque jour plus insuffisant et interrogeable. La recherche et l'approfondissement de la démocratie suppose, entre autres, d'aller au delà de ses principes formels et d'inventer de nouvelles formes de représentation, authentiques, qui ne sont pas forcément liées au pluripartisme. En effet, celui-ci, comme chacun sait, couvre souvent le fait que les décisions sur les grands problèmes du monde sont prises unilatéralement, au dessus du régimes des partis, par de petits groupes d'intérêt qui ont un immense pouvoir.


4. Prétendre justifier une ingérence dans les affaires intérieures du peuple Cubain en manipulant médiatiquement le cas de Orlando Zapata - délinquant de droit commun et en aucune façon prisonnier politique - coîncide avec la politique contre-révolutionnaire en application en Amérique Latine destinée à arrêter ou déformer les processus de transformation libératrice en cours, et s'ajoute au blocus criminel auquel a été soumis le peuple Cubain pour le simple fait de ne pas obéir aux ordres et de défendre son droit à décider de son destin avec dignité et indépendance.


5. Nous partageons la préoccupation affichée par les parlementaires au sujet du respect des droits de l'homme, mais nous l'étendons au monde dans sa globalité. De la même façon qu'ils sont préoccupés par le cas du délinquant décédé (aucun cas similaire en 40 ans), nous les invitons à exiger:

- la fin de l'occupation de Gaza et des hostilités envers le peuple Palestinien, qui ont provoqué non pas un, mais des milliers de morts;
- la fin de l'intervention en Irak et en Afghanistan qui sème la mort et la terreur sur les peuples et les villes; la fin des bombardements sur ceux-ci sous prétexte de défendre la démocratie;
- la fin de la double occupation de Haïti:
- la fermeture de la prison de Guantanamo et la restitution de son territoire à Cuba, à qui il appartient;
-, l'attribution des îles Malouines à l'Argentine;
- et, évidemment, la fin d'un blocus qui pourrait permettre de douter de la qualité morale de celui qui exige un traitement humain pour un délinquant, alors qui le dénie à un peuple entier.

Le harcèlement économique et médiatique auquel est soumis Cuba, et cela avant le décès du prisonnier de droit commun Orlando Zapata, constitue un attentat contre les droits humains et politiques d'un peuple qui a décidé de créer une voie différente.


Nous exigeons le respect du processus interne au peuple Cubain pour définir et exercer sa démocratie, et l'application des principes universels de non-ingérence établis par les Nations Unies.


Le Réseau pour la Défense de l’Humanité

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 22:57

haiti-26.jpg

Cela fait quatre mois qu’un violent séisme a dévasté Haïti, temps suffisant pour que la situation dans le pays le plus pauvre du continent ait disparu des manchettes des grands journaux et des transnationales de l’information donnant ainsi lieu à ce qui est peut-être la principale tragédie historique du peuple haïtien : le silence, la solitude et l’indifférence.

A l’exception des pays membres de l’ALBA, l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de notre Amérique dont plusieurs, comme cela est le cas de Cuba, apportaient leur collaboration à Haïti bien avant la catastrophe, presque tous ont d’ores et déjà quitté Port-au-Prince et rares sont les autres pays qui, comme des îles dans une mère de désolation, maintiennent leur engagement solidaire.


C’est fini les beaux discours et les visites de luxe et il n’y a, dans le Fonds International pour la Reconstruction, ouvert dans la Banque Mondiale, qu’un chèque de 55 millions de dollars, remis par le gouvernement du Brésil, le premier à faire un apport monétaire.


C’est un grain de sable dans le désert si l’on prend en considération le fait que rien que pour reconstruire ce qui a été détruit et faire revenir le pays à l’état où il se trouvait avant le séisme, on a besoin de 14 millions de dollars, selon des calculs de la Commission Economique de l’ONU pour l’Amérique Latine et les Caraïbes, la CEPAL.


Le violent tremblement de terre a causé de graves dégâts à l’infrastructure, mais il a endommagé aussi de façon sévère le tissu social d’Haïti : plus de 200 000 morts, des dizaines de milliers de blessés dont beaucoup mutilés qui ont survécu mais qui auront besoin d’un suivi spécial permanent et plus d’un million de sinistrés.


À compte goutte, à cause du manque de machines lourdes, les décombres disparaissent des rues, mais seules quelques familles aisées ont commencé à reconstruire, tandis que les autres familles restent sur les places et les camps de tentes aménagés pour les accueillir.


La reprise des cours dans les établissements scolaires est la seule chose qui a changé ces 120 derniers jours mais cette mesure a plutôt des objectifs prophylactiques à cause du manque d’établissements et d’enseignants qui ont également été affectés par le désastre.


Tout reste en l’état ou pire peut-être : un très grand nombre de personnes en proie à une faim chronique dont les besoins se sont multipliés soudain juste quand des signes positifs étaient perceptibles dans l’économie du pays.


Bien que la Secrétaire Exécutive de la CEPAL, Alicia Bárcena, ait lancé un appel en février à transformer Haïti en un modèle de reconstruction à travers une combinaison stratégique d’investissements publics et privés pour obtenir le développement, il n’y a encore aucun signe de la réalisation de ce projet.


Les espoirs, puisqu’il y en a toujours, sont fondés sur le Sommet Mondial sur la Reconstruction qui se tiendra en juin en République Dominicaine. Une réunion préparatoire aura lieu ce vendredi.


Il se peut qu’alors le gigantesque mouvement qu’a éveillé la tragédie se revitalise car il a été érodé au fur et à mesure que les jours passaient jusqu’au moment où les yeux et le cœur d’une bonne partie du monde se sont éloignés de ce coin des Caraïbes, guidés par ceux qui manipulent les informations et qui établissent les priorités en la matière.


On n’aura jamais assez répété, car ce sont des exemples à imiter, que l’aide de Cuba, du Venezuela et d’autres pays frères de l’Amérique Latine se maintient et s’élargit. Mais elle est insuffisante face à l’ampleur des besoins.


Sortir Haïti du retard et de l’opprobre et le ramener au 21e siècle avec toutes ses opportunités et potentialités exige des efforts concertés de la part de la communauté internationale qui a contracté une dette envers le peuple haïtien, historiquement laissé pour compte plongé dans sa misère et sa douleur dont nous sommes tous un peu responsables.

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 13:16

Che_Guevara_in_Congo.jpg

 

La RDC a toujours représenté un enjeu majeur du monde au point que non seulement les puissances de la haute finance internationale se sont intéressées et continuent à s’intéresser à ce pays mais aussi les grands révolutionnaires de la lutte internationaliste tel l’illustre et inégalée idole Che Guevara qui a foulé son sol il y a 45 ans !

Le 45 anniversaire du passage du Che en R.D.Congo, a été célébré le samedi 8 mal 2010 dans la salle Mongita, dans la commune de Kinshasa. Le révolutionnaire Che Guevara avait foulé le sol congolais le 24 avril 1965. A ce mémorial, nombreuses personnalités importantes étaient présentes. Parmi lesquelles des Députés nationaux, Sénateurs ainsi que des ambassadeurs. La cérémonie commémorative était organisée concurremment avec l’apport de l’ambassade de la République de Cuba et celui de RICC/Afrique pour la libération des cinq cubains et le Groupe Parlementaire d’Amitié RDC-Cuba.


Le colloque organisé à cet effet, a connu plusieurs temps forts. Différents orateurs ont défilé sur l’estrade, en vue de développer un thème ayant un rapport avec le combat de Che Guevara ou la libération de cinq héros cubains, emprisonnés aux Etats-Unis d’Amérique. Sinon, on retient que Che Guevara, qui se considérait comme citoyen du monde, était quelqu’un qui avait beaucoup voyagé ; il avait foulé le sol de presque tous les pays de l’Amérique latine au nombre desquels il y a le Guatemala, le Costarica, le Salvador et bien d’autres. Toute sa vie, il la voua au service des opprimés. Son combat a été celui de Fidèle Castro.

Le passage de Che en RDC pour combattre l’impérialisme


En 1965, Che Guevara était arrivé au Congo Léopoldville pour combattre l’impérialisme, aux côtés de Laurent Désiré Kabila, encore au maquis à cette époque là. Che arriva au Congo pendant la crise. C’est la lutte dans laquelle il avait laissé LD Kabila, qui a conduit ce dernier, 32 ans après, au pouvoir. Ceci, explique le pourquoi de la présence de Marie-Madeleine Mienze, Secrétaire Général Adjointe du PPRD. D’autres révolutionnaires comme Dr Sondji, Mukulubundu, Mutomb Tshibal et bien d’autres, étaient également présents.


Par ailleurs, l’occasion était favorable pour des témoignages et des messages. Du combat de Che Guevara, des leçons ont été tirées. Comme par exemple: « La continuation de la lutte anti-impérialiste; la solidarité de dirigeants révolution, il faut que le peuple se mobilise ». L’un de objectifs visés, était qu’à la sortie du colloque, l’élite congolaise devrait être capable d’enseigner à la population, le bien fondé de la révolution.


Le mot de circonstance de l’Ambassadeur de Cuba


Le Président du Groupe Parlementaire d’Amitié RDC ­Cuba et bien d’autres orateurs se sont exprimés. Quant à l’Ambassadeur de Cuba, son discours a tout résumé. Dans la lecture de la lettre envoyée par Che à Fidèle Castro, quelque temps avant sa mort, toute la quintessence s’y trouve.


« Dans une révolution, on triomphe ou on meurt, si elle est véritable », disait-il. On a pu y entendre aussi: « Beaucoup de camarades sont restés sur le long du chemin menant vers la victoire ». « Dans les nouveaux champs de bataille, je porterai la foi que tu m’a inculquée, l’esprit révolutionnaire de mon peuple, la sensation de remplir le plus sacré des devoirs: lutter contre l’impérialisme où que je sois; cela réconforte et soigne davantage n’importe quelle blessure », déclara Che Guevara, à Fidèle Castro.


Dans son discours, l’Ambassadeur à notamment épinglé l’affaire de la libération de Gerardo, Antonio, Ramon, Fernando y René. Les cinq héros cubains emprisonnés aux Etats-Unis d’Amérique. D’autre part, il a déclaré que la politique de blocus des Etats-Unis qui dure depuis 50 ans, continue malgré les déclarations de l’actuelle administration. « L’année dernière les pertes enregistrées à cause des mesures des blocus de USA contre Cuba, dépassent le chiffre de 96 milliards de dollars. On continue d’empêcher l’exportation de biens et des services de Cuba aux Etats-Unis, etc. ».


Il sied de signaler que le Groupe Scolaire Che Guevara était venu agrémenter cet anniversaire. Le Coordonnateur de cette école s’est exprimé pour la circonstance. Il s’est dit satisfait d’honorer la mémoire de Che. Par ailleurs, la dénonciation faite vis-à-vis des Etats-Unis d’Amérique, est une interpellation, a-t-il laissé entendre.


Hubert Mwipatayi/La Prospérité

http://www.digitalcongo.net/article/66786

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 13:14

9782296053649.jpeg

 

La Guerre civile espagnole a été l'occasion d'une solidarité internationale sans précédent dans la lutte contre le fascisme. Cuba a été le pays qui, eu égard à son nombre d'habitants, a fourni le plus de combattants pour la défense de la République espagnole. Pourtant la proximité de la guerre d'indépendance de Cuba - contre l'Espagne - et ses séquelles ne laissaient pas entrevoir une aussi forte participation. Comment expliquer pareil revirement ?. Ce texte analyse les conditions politiques et humaines de l'engagement, et trace avec minutie l'itinéraire des combattants jusqu'au retour à Cuba où Fulgencio Batista est encore à la direction des forces armées. Il présente enfin l'esprit de l'époque. Les grandes figures y apparaissent, Pablo de la Torriente Brau, Juan Brea, Rodolfo de Armas, mais aussi la témérité et le courage de " los de abajo ", ceux d'en-bas, qui donnèrent leur vie pour la défense de leurs valeurs. A partir de recherches d'archives et de documents inédits, d'entretiens réalisés à Cuba, et avec une connaissance intime de l'histoire de Cuba, Denise Urcelay-Maragnès livre ici un travail désormais incontournable pour ceux qui veulent comprendre l'originalité du lien de la grande île caribéenne avec l'Espagne, et connaître un volet oublié de la solidarité internationale avant le second conflit mondial

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 16:14

manifestacion-en-NEW-york.jpg

manifestacion-en-new-york2.jpg

manifestacion-en-NEW-york3.jpg

manifestacion-en-NEW-york1-copie-1.jpg

NEW YORK, 29 avr 2010 (AFP) - Plusieurs milliers de travailleurs, chômeurs et militants ont défilé jeudi près de Wall Street pour réclamer plus de contrôle des institutions financières et pour de meilleurs emplois. "  De meilleurs emplois maintenant !", "Faire payer Wall Street» et «Les banques responsables" pouvait on lire sur quelques banderoles des manifestants, qui marchaient dans l'après-midi près de la Bourse de New York.
Broadway Avenue a été fermée à la circulation à proximité de Wall Street pendant que se déroulait la manifestation pacifique, appelée par l'AFL-CIO et d'autres syndicats.
La mobilisation se tient au moment où le Congrès étudie un projet de loi pour tenter de mettre fin à des comportements à risque des grandes compagnies de Wall Street.
Ce mercredi, les sénateurs des États-Unis enquêtent sur les causes de la crise économique mondiale qui a commencé en 2008 à Washington, la direction de Goldman Sachs fut interrogée, le géant mondial de la finance, accusé d'avoir empoché des centaines de millions de dollars au détriment de leurs clients.

Source : Cambios en Cuba


Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 14:11

Capture 6-copie-1

Les peuples unis du Mexique à la Patagonie et leurs amis une fois de plus ensemble en cette occasion mémorable à Paris

 

L’EMPIRE ATTAQUE,

 CUBA SOCIALISTE AVANCE AVEC L’ALBA

ALLIANCE BOLIVARIENNE POUR LES PEUPLES DE NOTRE AMÉRIQUE

 

PREMIER MAI 2010 À PARIS

CÉLÉBRATION DE LA FETE DU TRAVAIL

DEFILE UNITAIRE 14h00

                                             Rendez-vous à 13h00

Angle du Bd St MARTIN et de la Rue René BOULANGER: descendre à la Station Strasbourg-Saint- Denis (lignes 3, 4 et 8). Prendre la sortie "Bd de St Denis, Bd de Strasbourg côté des numéros pairs". Sortir tout droit vers le Théâtre de la Renaissance.
http://www33.ratp.info/Pivi/proxi.php?exec=proxi&cmd=Plan&Profil=RATP&nom=+Boulevard+Saint-Denis+PARIS-10EME&type=Adresse&x=601290&y=2430115


 En Amérique Latine, les gouvernements progressistes et populaires qui remettent en question les années de néolibéralisme et de terrorisme d’État son en pleine expansion. L’héroïque Cuba socialiste a résisté de pied ferme aux attaques de l’empire. Aujourd’hui, le processus en cours sur le continent latino-américain puise dans cette expérience historique tout en la consolidant et en la défendant. Cuba n’est pas seule, Cuba avance avec les autres peuples en rébellion contre le néolibéralisme. Mais elle continue de subir des attaques et un acharnement médiatique qui nous poussent à continuer de leur témoigner notre solidarité et notre action de défense des succès de la révolution cubaine et de tous les processus de transformation révolutionnaire.

Pour la défense de la révolution cubaine et contre l’interventionnisme nord-américain

·  Contre le changement climatique, pour les droits de notre mère Terre et la reconnaissance de la dette écologique des pays développés. 

·  Non à l’installation de bases américaines en Amérique Latine.

·  Contre le coup d’État au Honduras,

·  Contre le massacre de Bagua-Pérou.

·  Contre les ingérences putschistes au Venezuela et dans les autres pays progressistes.

·  Pour la défense des droits de tous les travailleurs migrants et pour leur régularisation.  

·  Contre l’impunité des crimes d’État en Colombie

 

LES ORGANISATIONS LATINO-AMÉRICAINES ET DE SOLIDARITÉ AVEC L’AMÉRIQUE LATINE APPELLENT À LA MOBILISATION AVEC LES ORGANISATIONS SYNDICALES, LES MOUVEMENTS SOCIAUX ET POLITIQUES

APPORTEZ DES BANDEROLES, DES DRAPEAUX DE CHAQUE PAYS ET ORGANISATION AVEC VOS PROPRES SLOGANS.

SIX GROUPES DE MUSIQUE ET DE DANSE ANIMERONT LA MARCHE.

 

Contact: ALBA FRANCIA : 06.28.32.77.44 - 06.98 44.34.81 - 06.33.12.92.03                      

Un monde solidaire et complémentaire est en marche

LATINO-AMERICAINS ET CITOYENS DU MONDE À PARIS

UNISSEZ-VOUS AU CORTÈGE UNITAIRE DU 1er MAI !

  

Premiers signataires : Colectivo AlbaFrance (Alianza Bolivariana), Cuba Si, Petite Amérique, Consejo Pro Bolivia Francia, Colectivo Paraguay, Ciercle  Bolivarien de Paris, Alerte Honduras, Asociación los Cipotes, Coordinación Popular Colombiana en Paris, Unión de asociaciones latinoamericanas,  France Cuba, Raíces Cubanas, Colectivo de Peruanos en Francia, Nuestra América, Coordinación de solidaridad con Cuba, Polo Democrático Alternativo Colombia,  Comité Perú, TEJE - Travailler Ensemble Jeunes et Engagés, Unión de asociaciones latinoamericanas  ,Cuba linda, ,CIAL Nanterre,  Amulp,colectivo de peruanos en Paris, Espacio Carta Abierta Francia, Central de Trabadores Argentinos,  Argentinos en el Exterior-Francia, Kollasuyuo-Bolivia, Quipus de Bolivia

 

 

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 08:02

1_de_mayo.jpg

Sur RADIO CAMPUS Lille 106,6

En direct et en archives sur www.campuslille.com

Vous, on sait pas, mais pour nous, le 1er mai, c’est important. Et, mieux qu’un 14 juillet, c’est un jour partagé par tous les peuples, et qui les réunit. Et puis c’est une histoire, toute une histoire, et c’est une histoire qui n’a pas dit son dernier mot. C’est le jour où on se sent un peu comme l’ouvrière de Chicago ou le p’tit gars de Fourmies, avec de la revendication calée au fond de l’estomac, et la colère qui le remonte. Et on se reconnaît des frères, dans les défilés de Calcutta ou Ramallah, dans les manifs à Salonique et Caracas.

Et puis, en dépit des tiédeurs et des demi-teintes du moment, c’est encore un jour où fleurit le drapeau rouge, avec ce qu’il charrie de sang versé sur le pavé, avec ce qu’il appelle comme futur, avec ce qu’il dit à ceux qui le craignent. Vous, on sait pas, mais nous, on leur dit aussi.

Malgré Pétain, qui en fit le jour de « la Fête du Travail » - et non des travailleurs -, de ce Travail qui courbe et qui tue et qui réjouit l’exploiteur, cette fumeuse valeur du Travail manipulée de Vichy à Neuilly mais dont on paie le prix réel partout où l’on sue hors de la soie ; malgré les fascistes qui veulent lui substituer le catéchisme d’une pucelle en bleu blanc rouge ; malgré le train-train de la consommation et des modes, ce jour de lutte est définitivement nôtre – il est, dans le calendrier du vol quotidien, l’espérance cochée en rouge.

Avec l’accélération de la crise capitaliste, et même si tout le monde ne voit pas encore clair, ce jour-là sort et sortira des brumes où on tenta de le ringardiser. D’ores et déjà, pour quelques-uns plus nombreux que l’année précédente, ce 1er mai 2010 aura un sens – celui de la résistance aux projets les plus sombres, aux diversions les plus funestes, à la loi du profit et ce qu’elle détruit.

Nous parlerons de ce rendez-vous avec des militants CGT de Roubaix et Tourcoing, qui feront cortège ensemble samedi. L’occasion de parler des luttes menées et de celles à venir dans ce coin-là du monde…

Et puis, primero de mayo car, grâce à nos amis de Radio Habana, nous consacrerons une large partie de cette émission à la guerre médiatique menée contre Cuba, à la question des 5 anti-terroristes cubains emprisonnés par Washington, aux élections municipales dans l’île. Nous entendrons, dans ces divers programmes, outre Ricardo Alarcon, qui préside l’Assemblée Nationale, Maurice Lemoine, rédacteur en chef du Monde Diplomatique, un député UMP ( !) favorable à la levée du blocus et qui le dit, Danielle Bleitrach, Salim Lamrani… Tous des Français dont la parole, recueillie par Radio Habana, brise le blocus médiatique français en revenant à Radio Campus !

En guise de hors-d’œuvre, un exemple rare de ce que pourrait être le journalisme :

http://www.legrandsoir.info/Convers...

Vous, on sait pas, mais pour nous, c’est l’heure de l’mettre !

URL de cet article
http://www.legrandsoir.info/primero-de-mayo.html

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 07:20

2865-fotografia-g

L'information qui suit n'a pas été diffusée par les grands médias français.

René Préval, président de Haïti, vient de signer un accord tripartite Cuba-Brésil-Haïti en matière de santé. A cette occasion, il a tenu à déclarer :

"En 1998, la République de Cuba a initié un programme de collaboration en matière médicale avec Haïti.

Cette collaboration avait deux volets : d’une part, c’était d’envoyer des médecins cubains en Haïti dans tous les départements pour offrir des services à la population et, d’autre part, de former des médecins haïtiens en république cubaine pour remplacer au fur et à mesure les spécialistes cubains qui étaient ici.

Les services rendus par les spécialistes cubains en Haïti ont été grandement appréciés par la population.

Ce sont des médecins qui étaient dans tous les villages dans les conditions les plus difficiles pour apporter leur soutien aux Haïtiens et cette collaboration a toujours pris soin de ne pas entrer en compétition avec les médecins haïtiens qui pratiquent la médecine privée.

Les médecins cubains ont toujours eu le souci d’aller dans les coins les plus reculés où il n’y avait pas de médecin et j’ai entendu dans un village des populations qui appréciaient tellement ces services qu’un jour, il y a un villageois qui a dit "Après Dieu, les médecins cubains..."

Aujourd’hui, c’est avec plaisir que nous accueillons la présence du Brésil à côté de Cuba, pour une collaboration complémentaire.

Cuba est un pays qui est sous embargo depuis 50 ans et qui va profiter des ressources et de l’expertise également du Brésil pour être mieux efficace.

En plus des médecins cubains qui sont venus aujourd’hui, le fruit de cette collaboration avec Cuba a fait qu’il y a déjà 5.756 médecins haïtiens formés à Cuba et plusieurs d’entre eux sont ici actuellement à l’occasion du tremblement de terre pour aider.

Le Brésil a apporté également sa collaboration lors du tremblement de terre mais, pour que Haïti puisse sortir de l’assistance permanente d’autres pays, le Brésil s’est mis au service d’Haïti pour former mieux et plus de médecins et également pour améliorer les infrastructures de santé en Haïti.

C’est pour nous l’occasion de remercier, au nom du peuple haïtien, le Brésil et de remercier également Cuba pour s’être mis ensemble avec le système de santé d’Haïti pour délivrer de meilleurs soins médicaux à la population haïtienne. Merci".

JPD

Source : Le Petit Blanquiste

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 07:02

Chispa-Haiti-copie-1.jpg

Par Franck Laraque [1]

Soumis à AlterPresse le 8 avril 2010

Avant de définir cette culture anti-misère, considérons les solutions offertes par les dirigeants nationaux et internationaux ainsi que leurs thuriféraires face au séisme du 12 janvier 2010. Quel est grosso modo le bilan de cette catastrophe apocalyptique : Port-au-Prince, La Croix-des-Bouquets, Léogane, Jacmel et d’autres villes, en grande partie un amas de décombres. Sous ces décombres plus de 200 000 cadavres dont certaines dépouilles sont jetées comme ordures dans des fosses communes. Plus de 200 000 survivants, dont beaucoup seront amputés, sans abri, sans nourriture, sans soins médicaux. Des orphelins et des parents angoissés, désespérés devant tant de pertes de vies et de dégâts matériels. Un gouvernement absent, incompétent, déprédateur qui, comme nous l’avons plusieurs fois montré, avait ruiné l’économie du pays et causé les émeutes de la faim. Inutile donc de lire leurs recommandations. Quels plans l’ONU et son représentant principal en Haïti, l’ancien Président Bill Clinton et les pays dits amis mettent-ils sur le tapis. ? Le rejet du néolibéralisme qu’ils ont enfoncé dans la gorge du pays avec les résultats néfastes de la globalisation et de la privatisation ? Nenni. Plutôt son renforcement grâce à la technologie moderne.

Clinton et le cellulaire miraculeux

Au cours d’une séance du comité des Affaires étrangères du sénat américain, Clinton a admis sa culpabilité dans l’effondrement de la production du riz haïtien, par l’abaissement du tarif douanier haïtien à l’importation, en 1973, au profit des producteurs de riz américain. Une demi-vérité puisque cette réduction de tarif n’a pas seulement détruit la production de riz mais toute la production alimentaire haïtienne. Il prétend que c’était une erreur. On peut, à bon droit, en douter. Un président aussi intelligent que Clinton n’envoie pas 20 000 soldats en Haïti par erreur mais pour y instaurer le Programme d’Ajustement Structurel qui déstabilise l’économie des pays ciblés au profit des E.U. Le gouvernement haïtien n’a pas été moins coupable. Fritz Deshommes économiste et vice-recteur à la recherche de l’Université d’Etat d’Haïti explique : « Il y a eu en 1994/1995, dans le cadre de la problématique du retour à la démocratie, les impositions faites par les puissances qui incluaient une baisse des tarifs douaniers. Et Haïti a été encore plus loin en appliquant le tarif zéro. Si bien que j’ai moi-même rencontré des personnes de la BM et de la BID qui me disaient : dites à votre gouvernement que l’on en demande pas tant ! » [2]. L’aveu de Clinton paraîtrait sincère s’il annonçait le rejet du système néolibéral coupable. Mais il n’en est pas du tout question. Ses regrets sont tout simplement des larmes du crocodile étoilé dévorant sa proie. Avant d’aborder son effarante solution, il faut remarquer à son crédit son incroyable capacité de fund-raising pour les milliards de dollars que réclame la reconstruction après ce séisme. (Rayi chen di dan l blanch dirait Fanfan, la tulipe à l’oreille gauche). Là où le bât blesse, c’est sa vision pour la refondation du pays. Il faut qu’Haïti soit le premier pays au monde à connexion sans-fil. Chaque Haïtien même dans les régions les plus reculées aura son portable. Il pourra ainsi avoir accès à l’ordinateur pour l’éducation et le commerce en ligne. Le paysan juché sur sa montagne la plus isolée aura la possibilité de recevoir les toutes dernières informations comme le gars au coin d’une rue de Manhattan. Un véritable conte de fée. Le relèvement économique est garanti, non pas dans l’intérêt des agences de cellulaires en Haïti que possèdent républicains et démocrates, parmi lesquels Madame Clinton et des Kennedy. C’est la bourde que le « tzar de la co-reconstruction » veut faire avaler. Le téléphone à chaque gueule devient magique, partant nourricier, dans le pays de l’imaginaire. Sans oublier la dispersion des usines d’assemblage et des ateliers de sueur dans les provinces pour favoriser la décentralisation de la pauvreté. Et moutons de Panurge d’applaudir. Personne pour dire à Clinton que nous ne sommes pas des cons.

L’ONU et la culture salvatrice

L’UNESCO (Organisation de l’ONU pour l’éducation, la science, et la culture) se devait de justifier son nom à Paris, le lieu par excellence de la culture occidentale. Adoptant le slogan : « La culture sauvera Haïti », elle a organisé, en mars dernier, une séance spéciale à cette fin. De quelle culture s’agissait-il ? La plupart des grands pontifes ont, comme le voulait l’Unesco, plaidé en faveur de la culture des belles-lettres et des beaux-arts. Voilà notre point de contention. Sans nier l’importance des belles lettres et des beaux-arts, nous pensons qu’ils sont des facteurs d’expansion de l’économie, des éléments de la superstructure de la structure économique et non pas des facteurs de la création de celle-ci comme l’ont prétendu des orateurs. A notre connaissance il n’y a pas de pays où la culture des belles lettres ait précédé la culture dans son sens étymologique, la culture de la terre, le développement économique. En parlant de cette réunion à Paris, rappelons que Sully, l’illustre conseiller d’Henri IV, roi de France, affirmait, en 1606, « Le Labourage et le Pastourage, voilà les deux mamelles de la France ». Il a, en outre contribué à la création de routes, de ponts et d’autres infrastructures.

L a Culture Anti-Misère

Le choix d’une culture des belles-lettres et beaux-arts dans le maintien du système néolibéral amélioré ou le choix d’une culture anti-misère rejetant le néolibéralisme pour l’adoption d’un système donnant la priorité au développement agricole à partir des régions rurales n’est pas un choix sémantique. Il détermine lequel de ces deux choix est le plus capable d’affranchir tout individu de la faim et de lui garantir les droits jugés fondamentaux par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de l’ONU : droit à la nourriture, droit au logement, droit à l’emploi, droit à la santé, droit aux vêtements, droit à l’éducation, droit à l’égalité sociale. Notre choix porte sur ce deuxième concept, à contre-courant des préférences de l’ONU, de Clinton, des pays amis et de leurs alliés internationaux et nationaux. Ce choix est celui adopté le 18 mars écoulé dans la « Position des mouvements sociaux haïtiens sur le processus de ‘reconstruction’ d’Haïti » par plus de cinquante associations paysannes et urbaines qui ont opté pour un « processus alternatif » recommandant les ruptures suivantes : rupture avec l’exclusion, rupture avec la dépendance économique, rupture avec la centralisation excessive du pouvoir et des services publics, rupture avec les rapports actuels de la propriété de la terre. Ce processus inclut des recommandations sur l’éducation publique, la valorisation de la langue créole, la protection de l’environnement, la santé, une justice égalitaire, la gouvernance de l’Etat, les relations internationales et la mobilisation des masses pour la défense de leurs intérêts. La présentation du professeur Alex Dupuy, a souligné des recommandations similaires mais sa voix et celle de l’ancien ministre de la Culture et cinéaste, Raoul Peck, semblent avoir été des cris isolés à la séance de l’UNESCO qui, à tout le moins, a rendu hommage à la créativité de « notre trésor national, Frankétienne » dans le domaine de la littérature, de la peinture et de l’éducation.

Nous voulons espérer que les journalistes, animateurs de radio et internautes « progressistes » cesseront de donner la préférence à la diffusion des écrits et interventions des partisans du statu quo et accorderont désormais une plus grande place à la vulgarisation des idées et actions qui luttent pour un changement radical et la viabilité d’un développement alternatif en Haïti.

 

[1] Professeur Emérite, City College, New York

[2] Interview de Fritz Deshommes par Sophie Perchellet in « Haïti Liberté » 31mars-6avril 2010

 

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 09:53

alba_gervasio_umpierrez.jpg

La solidarité que tous les pays membres de l’ALBA, l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de notre Amérique, ont témoigné en tout moment à Haïti, devrait servir d’exemple à ceux qui, durant des années, ont exploité les ressources de ce pays caribéen, le plus pauvre de la région et dévasté par un violent tremblement de terre le 12 janvier.

« L’aide de Cuba et des autres membres du mécanisme d’intégration se matérialise chaque jour dans l’attention médicale donnée aux sinistrés du fort tremblement de terre. Cette aide datait d’avant la tragédie.


Les médecins cubains se trouvaient déjà en Haïti au moment du séisme. Depuis 10 ans, les médecins cubains donnent leur aide solidaire à tous les Haïtiens, qui bénéficient également du travail des coopérants qui prennent part à la campagne d’alphabétisation avec la méthode cubaine « Yo sí puedo » Moi, oui, je peux ».


Au cours de la « Conférence Internationale des Donateurs pour un nouvel avenir en Haïti » qui s’est tenue récemment à New York, l’ampleur de la solidarité de l’ALBA a été de nouveau mise en évidence. Les pays membres de ce boc, ayant à leur tête le Venezuela et Cuba, ont proposé d’accorder à Haïti une aide de 1 milliard 147 millions de dollars, un chiffre qui dépasse l’aide accordée par les Etats-Unis et l’Union Européenne.


Les ressources seront destinées à des projets concernant l’éducation, la santé, l’agriculture, l’alimentation, l’énergie, le logement et l’infrastructure.


Le gouvernement du Venezuela avait annulé la dette haïtienne, se montant à 395 millions de dollars et il destine chaque mois à Haïti, quelque 18 millions de dollars pour les dépenses quotidiennes.


Pour sa part, Cuba a présenté à la Conférence de New York un Programme de Reconstruction et de Renforcement du Système National de Santé d’Haïti, élaboré par des autorités haïtiennes et cubaines, avec la coopération du Venezuela et qui garantira une large couverture médicale à la population, en particulier à l’intention des couches ayant les revenus les plus bas.


Ce schéma s’appuie sur 101 centres de santé d’attention primaire qui pourront accueillir près de 3 millions de patients par an ; assurer 1 300 urgences médicales et administrer 3 millions de vaccins.


Le programme comprend 30 salles de rééducation, 3 centres d’électro-médecine, un laboratoire de prothèses orthopédiques et un Programme Intégral d’Hygiène et d’Epidémiologie.


La réponse des pays membres de l’ALBA à la tragédie des Haïtiens a été immédiate et généreuse car leur principal objectif consiste à travailler unis en faveur du bien-être de tous les peuples de l’Amérique Latine et des Caraïbes.


Comme l’a relevé le ministre cubain des Affaires étrangères à la conférence des pays donateurs, aux Nations Unies, il faut la générosité et la volonté politique. On a besoin –a-t-il indiqué de l’unité d’Haïti au lieu de sa division en parts de marché et dans des projets d’une charité douteuse.


C’est de solidarité dont a besoin l’humanité et tout spécialement maintenant le peuple haïtien qui a perdu 230 000 des siens à cause du tremblement de terre. Espérons que l’exemple donné par les pays de l’ALBA secouera la conscience de beaucoup et qu’ils laisseront au moins une fois, de côté, leurs intérêts économiques et politiques et tendront une main amie à ceux qui en ont besoin.

 

 

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans solidarités
commenter cet article