Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Cuba Si Lorraine
  •  Cuba Si Lorraine
  • : blog des amis de Cuba en Lorraine
  • Contact

19610419-CubaVictoryPlayaGiron-crop.jpg
-
cooltext517277295.png
MILCIA---copie-1.jpg
cooltext517276476.png
cooltext517276264.pngcooltext517275991.png
cooltext517276810.png
             -
colonne-gauche-copie-1.jpg
.

logo-gauche.jpg
-
Capture-freeforfive.JPG
cuba-debate.jpg 1er-mai-cuba
Pour en savoir plus
Cliquez sur l'image !

Recherche

nos amis + liens utiles

  .

titre_891504.jpg
.
.
.
RHC-1.JPG
Cubavision-TV.jpg
.
.
cuba_linda.jpg
. 

Archives

cooltext518801341.png
cooltext518803453.gif

Catégories

 

Sans-titre-1-copie-3.jpg

neruda-fidel.jpg

  logo-bas-ok.jpg

 

16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 19:53

img_just_embargo_big.jpg

Je vous invite à lire ce rapport dans son intégralité afin de mieux comprendre l'impact du blocus sur l'économie cubaine, c'est faramineux, les médias  glosent sur Cuba qui diminue de manière importante le nombre de ses fonctionnaires sans prendre en compte cette réalité là du blocus. C'est sans doute vrai que celui ci n'est pas à l'origine de tout, mais imaginons un seul instant Cuba sans blocus, peut -on même l'imaginer tant ses intrications sont importantes dans tous les domaines  de la vie économique et sociale !

 

 Sur la résolution 64/6 de l’Assemblée générale des Nations Unies :
« Nécessité de lever le blocus économique, commercial et financier appliqué à Cuba
par les États-Unis d’Amérique »
Juillet 2010
 


INTRODUCTION


Le conflit historique qui a caractérisé les relations entre les États-Unis et Cuba durant plus de deux cents ans s’explique par la prétention des différentes administrations étasuniennes de contrôler les destinées de l’île et la volonté permanente des Cubains de défendre leur droit d’être une nation libre, indépendante et souveraine.
Cette prétention a atteint son apogée au triomphe de la Révolution à Cuba en 1959. Dès lors, toutes les administrations étasuniennes ont utilisé avec des nuances différentes les mêmes instruments politiques pour tenter de la détruire. Le blocus économique, commercial et financier, la subversion et la guerre psychologique, la propagande ont été des outils permanents et systématiques de cette politique.
De par son caractère, le blocus appliqué à Cuba par les États-Unis constitue un acte de génocide aux termes de l’article II c) de la Convention de Genève pour la prévention et la répression du crime de génocide, du 9 décembre 1948, et un acte de guerre économique, selon la définition donnée dès 1909 par la Conférence navale de Londres, dans sa déclaration relative au droit de guerre maritime. Ce blocus continue d’avoir un caractère foncièrement extraterritorial dans la mesure où les sanctions imposées unilatéralement à Cuba on des effets qui s’étendent, hors du territoire étasunien, à des sociétés et citoyens de pays tiers.
L’entrée à la Maison-Blanche d’une nouvelle administration démocrate, censément animée d’une philosophie du changement, n’a même pas signifié en tout état de cause une modification essentielle de cette politique de blocus.
Cuba ne peut toujours pas exporter ni importer librement des produits et des services vers ou depuis les USA ; aucune personne naturelle ou juridique cubaine ne peut utiliser le dollar des États-Unis dans ses transactions internationales ni ouvrir des comptes dans cette monnaie dans des banques de pays tiers ; Cuba ne peut accéder à des crédits de banques des États-Unis, de leurs filiales dans des pays tiers ou d’institutions internationales comme la Banque mondiale, le Fonds monétaire international ou la Banque interaméricaine de développement.
Les lois Torricelli et Helms-Burton, toujours en vigueur, continuent d’empêcher, du fait de leur application extraterritoriale, le commerce de Cuba avec des filiales de sociétés étasuniennes dans des pays tiers, de faire appliquer des sanctions aux hommes d’affaires souhaitant investir à Cuba, d’entraver et de renchérir le transport maritime de marchandises entre Cuba et des pays tiers en interdisant tout cargo touchant des ports cubains ou transportant des marchandises pour le
3
compte de Cuba d’accoster aux USA pour six mois, ou encore en interdisant l’entrée aux USA de tout cargo, même battant pavillon d’un pays tiers, dont l’équipage inclurait des Cubains.
De même, l’administration étasunienne, violant des normes internationales élémentaires, continue de recourir à la subversion politique comme arme de lutte contre Cuba, dégageant pour des programmes de ce genre un budget ayant totalisé 40 millions de dollars pour les exercices fiscaux 2009 et 2010.
Depuis que l’Assemblée générale des Nations Unies a voté, le 28 octobre 2009, la résolution 64/6, l’administration étasunienne a maintenu et renforcé ses principales actions de blocus contre Cuba, ce qui s’est traduit par des sanctions économiques accrues et une intensification de sa traque contre les affaires et les transactions financières cubaines.
Les dommages économiques directs infligés au peuple cubain par le blocus économique, commercial et financier des USA se sont chiffrés, au bas mot, jusqu’à décembre 2009, à prix courants, à plus de 100 154 000 000 de dollars.
Ce montant s’élèverait de 239 533 000 000 de dollars si les calculs étaient faits en prenant pour base l’inflation des prix de détail aux USA, selon le CPI Calculator de l'U.S. Department of Labor, Bureau of Labor Statistics (http://www.bls.gov).
Compte tenu du fait que la valeur du dollar, calculée à partir de la cotisation de l’or sur le marché financier international, a diminué de plus de trente fois de 1961, quand le cours de ce métal était fixé à 35 dollars l’once, à la fin 2009 où il a dépassé les mille dollars, le préjudice total infligé à l’économie cubaine se monterait à 751 363 000 000 de dollars1.

 

1 Pour calculer ce chiffre, on a utilisé la série des montants des préjudices causés par le blocus depuis 1861 et on a déterminé les montants annuels en dollars de chaque année. On a utilisé les cours de l’or en vigueur sur le marché mondial à la fin de chaque année, tirés de la série statistique publiée sur le site Web USA Gold (http://www.unagold.com). Pour déterminer toutes les fois où le dollar a perdu de sa valeur face à l’or, on a divisé le cours de l’or à la fin de l’année 2009 avec les cours de chaque année, ce qui a permis de constater que le dollar s’était déprécié de 31,1 fois entre 1971 et 2009.

Partager cet article

Repost 0
Published by cuba si lorraine - dans Cuba
commenter cet article

commentaires